Archives par mot-clé : solidarité

Pour les enfants hospitalisés ou handicapés, #1Blog1Séance !

Découverte via le blog de Cécile, voilà une chaine de solidarité lancée par PriceMinister Rakuten pour soutenir « Les Toiles Enchantées » à laquelle j’ai plaisir à participer.

« Les Toiles Enchantées », pour ceux qui ne connaissent pas, est une association qui offre gracieusement aux enfants et adolescents hospitalisés ou handicapés des séances de cinéma dans leur établissement. Les films sont ceux qui sortent en salles. Ils sont parfois même projetés en avant-première en présence des comédiens ou des réalisateurs.

PriceMinister Rakuten invite donc les blogueurs à participer à l’opération #1Blog1Séance, et s’engage pour chaque participation à faire un don de 15€ aux Toiles Enchantées.  Grâce à ce don, l’association peut offrir une séance de cinéma à 3 enfants hospitalisés ou handicapés.

Comment faire pour participer ? Simple, il suffit de parler de l’opération, de  répondre à une mini interview, et de communiquer le lien du billet à la personne qui va bien chez PriceMinister Rakuten.

#1Blog1Séance

Alors vous aussi, pour que ces enfants puissent continuer à profiter des films à l’affiche sur grand écran comme au cinéma,  je vous invite à participer à #1Blog1Séance et/ou encore à faire un don. L’opération dure du 03/02 au 28/02.

Et voici mon Interview cinéma & enfance

Quel est votre premier souvenir du cinéma ?

Sans aucun doute c’est la belle et le clochard. Je ne sais plus quel âge j’avais, ni où c’était. En tous les cas j’ai adoré cette toute mignonne histoire d’amour entre Lady et le Clochard. D’ailleurs  je crois bien que c’est la première love story que j’ai vu, et depuis je craque devant toutes les histoires d’amour, une vraie guimauve.

Quel est selon vous le meilleur film pour enfants de tous les temps ?

Je n’ai malheureusement pas vu beaucoup de film pour enfants, il m’est donc difficile de répondre objectivement mais j’en citerai un qui m’a profondément marquée.
Il s’agit de « l’incroyable randonnée » produit en 1963. Le remake, sorti en 1991, s’appelle « l’incroyable voyage ». Je suis bien sur allée le voir avec mes enfants, et j’ai ressenti autant d’émotion qu’avec la première version.
C’est l’histoire de 3 animaux, Chance le jeune chien fou indiscipliné, Shadow le vieux chien au bout du rouleau mais plein de sagesse, et Sassy la malicieuse chatte. Mis en pension dans une ferme, ils se sont crus abandonnés et sont partis ensemble pour un très long voyage à la recherche de leurs maîtres. Durant ce périple, ils vivent toutes sortes d’aventures, ils apprennent à survivre ensemble en s’entraidant, se soutenant, et chacun s’adapte à la personnalité de l’autre malgré les différences. C’est une belle leçon de « vivre ensemble », et de solidarité. Je ne vous raconte pas la fin mais ce sont les gros sanglots garantis à chaque fois.
Franchement j’adore ce film. Il est très touchant et très émouvant !

Une machine à voyager dans les films vient d’être inventée. Vous avez la possibilité de vivre les aventures d’un de vos héros cinématographiques d’enfance, dites nous qui ?

Mary Poppins sans aucun doute !!! Chanter, danser, se déplacer dans les airs, tout régler d’un claquement de doigts ! oh oui, le rêve quoi !

Dites nous en une phrase pourquoi vous aimez les Toiles Enchantées !

Parce qu’elles amènent un moment d’évasion aux enfants hospitalisés ou handicapés grâce à la magie du cinéma !

« Faire du bruit contre le cancer » on vous avait dit !

Le cancer tu te dis ça va drainer du monde. Il y a tellement de gens qui en meurent, et même bien avant de connaître les joies de la retraite, que bon quand une association crée un évènement à Montpellier et à Fès au Maroc pour faire du bruit contre le cancer, tu te dis ça ne peut pas passer inaperçu.

Alors quand tu vois qu’il y a une soirée de Gala, tu te dis ben vais donner mes sous là tiens ! Au moins ça sera utile puisque les bénéfices sont reversés à l’association organisatrice, Etincelle LR, pour ses actions d’accompagnement. En tous les cas c’est  certainement moins con que de spammer les réseaux sociaux avec des chaînes inutiles qui n’apportent rien à la lutte contre le cancer, si vous voyez ce que je veux dire.

Donc avec le peuple qu’il y a dans le coin, soit une agglomération de 387 000 habitants et des soupières, allez restons humble, soit une population de 257 000 habitants et des soupières à Montpellier, tu te dis hou là là va y avoir du monde à ce Gala, genre le gratin du coin et tout et tout.

Et d’aller au Gala quand même, parce que même pas peur !

Et bien figurez-vous qu’il n’y avait à cette soirée même pas 100 personnes. Et oui on n’atteignait pas les 100. Me suis amusée à compter tellement ça faisait vide cette salle. ça se résumait aux suiveurs de l’asso et moi et moi et moi ! J’m’étais égarée là quoi !

Le cancer merde ! A croire que les gens s’en foutent total. Bon ok il y avait un sacré déluge sur la ville, m’enfin quand-même ! Je veux juste rappeler en passant qu’on en crève vachement beaucoup du cancer, notamment les femmes du cancer du sein.  Et si vous êtes un chouilla observateur vous vous rendrez compte que l’histoire du « on vit plus longtemps » est une grosse connerie, genre manipulation des masses. Regardez simplement autour de vous, vos proches, vos amis, vos connaissances, et même vos contacts Facebook pour les accros. Rien que pour dire, j’ai de plus en plus de potes qui sont encore là sur le Net mais… bref partis emmenés par le crabe.

Non sans déconner, ne me dites pas que les gens préfèrent se donner bonne conscience en spammant les réseaux sociaux plutôt que participer à des évènements qui profitent réellement aux asso accompagnantes des malades face au cancer. Des milliers de femmes pour donner la couleur de leur soutif sur facebook, ce qui ne sert à rien de chez rien et qui n’est cautionné par aucun organisme, la chaîne quoi, contre quasi personne à un évènement dans la vraie vie. ça me scie !

C’était quoi déjà le slogan de l’évènement ? Ah oui « Faire du bruit contre le cancer et repenser la relation aux autres et changer le regard de la société sur le cancer« .

Et ben on n’est pas arrivé ! Pour le moment question bruit c’est à peine un chuchotement !

Et plouf, un bain de Noël pour les restos du coeur !

le bain de Noël pour les restos du coeur, vous savez quoi  cette année ? et bien je me suis éclatée ! J’étais avec un super groupe de doux dingues, comme moi quoi. On est même resté un moment dans l’eau à faire les cons, la ronde, chanter, toussa, toussa… J’ai adoré ! en tous les cas l’entrainement du samedi matin a fait son effet, je n’ai eu aucun mal à rentrer dans l’eau, bien qu’elle mijote autour des 12°.

Et oui, mon défi cette année, c’est d’aller tous les samedis matin, sauf cas exceptionnel, faire une marche rapide à la playa  que j’enchaine par un plouf dans la mer, et ce, quel que soit le temps et la saison. Quand je vous le dis que je suis un peu dingo comme fille… mais bon je ne suis pas la seule non plus…hinhin

Donc ce bain ce matin à la plage des roquilles à Carnon a été super sympa et vivifiant.  Le temps était de la partie, pas de vent en plus… ensuite un bon vin chaud, un casse-croute et pour finir une ventrée de fruits au chocolat fondu, pour le plus grand plaisir de mon bide, et surtout au profit des restos !

Le genre de sorties que j’apprécie vraiment et qui me met d’une excellente humeur !

Note :

Le 18e bain de Noël était organisé par l’association Apervie et la ville de Pérols sur la plage des Roquilles à Carnon dans l’Hérault.

 

Un bain de Noël comme un défi !

Hier il faisait un temps magnifique ! du soleil, pas de vent, bref un temps idéal pour participer au bain de Noël organisé par la ville de Pérols (Hérault) et l’organisation « Apervie » au profit des « restos du coeur ».

Je me suis donc baignée plage des roquilles à Carnon, en compagnie de 173 pèlerins dans une eau à 11,5°… puis j’ai mangé un sandwich accompagné d’un bon verre de vin chaud, contribuant ainsi à une récole de 5000 repas environ pour les restos !

101212-bainrestosducoeur

Il n’aurait pas fait beau, je serais venue quand même, car cette année j’ai pris ce plongeon dans la mer en décembre comme un défi. Déjà je n’ai plus de souci de santé pour m’empêcher de me jeter à l’eau dans de telles conditions, c’est une première ! Mais surtout j’ai une autre raison…
Il fut un temps j’ai été bénévole aux restos pour le repas de Noël aux gens de la rue. Aujourd’hui je suis bénéficiaire des paniers repas hebdomadaires faute de revenus suffisants, et ce depuis deux hivers… Alors participer à une telle action est une autre manière de continuer à donner selon mes tous petits moyens à ceux qui ont encore plus besoin que moi. C’est aussi un moyen d’entretenir l’énergie qu’il me reste encore sous le capot quoi qu’il arrive, pour ne surtout pas m’écrouler, même si ce Noël qui arrive s’annonce encore une fois bien solitaire et tristounet loin de mes enfants. Je continue, et je continuerai à bouger et surtout à me battre malgré le chômage et les empêcheurs de tourner en rond !

Comptez sur moi, ces fichus verrous, ces barrières de « non » d’employeurs potentiels, je finirai bien par arriver à les faire sauter pour enfin m’ouvrir de nouveaux horizons ! J’ai encore de belles années devant moi pour rebondir encore et encore !

still alive !

Le poster Foulards Bleus est prêt !

Vous vous souvenez de l’idée de Miss Rainette que j’avais relayée en mars 2009 dans mon billet « le foulard autour du cou, pas sur la tête » ?
Non ? Bon allez je vous rafraichis la mémoire.

Miss Rainette avait été frappée par une photo parue le 8 mars dans le figaro. Cette photo prise à Kandahar au sud de Kaboul représente des femmes avec un foulard bleu sur leur burka. C’est tout ce qu’elles avaient pu faire pour exister l’espace d’un instant pour marquer la journée internationale de la femme.

Interpellée, Miss Rainette s’est alors lancé un défi, rassembler des photos d’un maximum de gens, tête nue avec un foulard bleu clair autour du cou, pour en faire un poster pèle mêle, en espérant la leur faire parvenir. Ainsi l’opération Foulards Bleus est née !

Et bien aujourd’hui, grâce à la contribution de 328 personnes, le poster est prêt ! Mardi 7 juillet ……..le voilà !!

poster-FB.jpg

Attention cette image de poster n’est pas libre de droits, et ne doit pas être diffusée en dehors du contexte opération Foulards Bleus à laquelle elle est dédiée.

Bravo à sa ténacité ! Il ne reste plus à Miss Rainette qu’à trouver le contact qui va bien pour acheminer ce poster aux femmes qui ont osé poser à Kandahar, ou bien à défaut, à une ONG qui travaillent auprès d’elles.

Si vous avez une idée vous pouvez la contacter, l’adresse e-mail est sur le blog Opération Foulards Bleus.

VeoSearch.com, un moteur de recherches solidaire

Il y a quelques jours j’ai reçu un communiqué de presse relançant VeoSearch, un moteur de recherches créé en octobre 2007.
Ils existent des tas de moteurs de recherche, mais celui-ci sort un peu de l’ordinaire. En effet, il a pour principe de transformer les recherches effectuées par les internautes en acte solidaire sans que ça leur coûte un sou. Ce sont les revenus publicitaires, dont 50% sont reversés à des associations choisies par les Internautes, qui financent ce moteur.
VeoSearch propose aussi d’autres services, dont un espace Shopping Solidaire avec comparateur de prix.

Je trouve le concept intéressant d’autant que les causes soutenues sont nobles : le droit des femmes, l’enfance, la santé, l’éducation ou encore l’environnement..

Donc pour être solidaire, pour accroitre la collecte en donnant gratuitement, c’est simple, il suffit juste :

  • de s’inscrire sur VeoSearch,
  • d’accepter de rajouter veosearch à la liste des outils de recherche de son navigateur,
  • de choisir les asso que l’on souhaite soutenir,
  • et d’utiliser le moteur, c’est tout !

Alors allez-y, inscrivez vous, puisqu’ avec VeoSearch « donner, c’est gratuit » !

veosearch.jpg

Le foulard bleu autour du cou, pas sur la tête !

Il n’est jamais trop tard pour rattraper le retard… quoique j’ai déjà envoyé une photo de ma tronche fatiguée à foulardsbleus(at)laposte.net pour participer.

bon de quoi s’agit-il ?

L’idée vient de Bénédicte, blogueuse créatrice de bijoux[1]. Elle a été frappée par une photo parue le 8 mars dernier dans le figaro. Cette photo :

mod_article400420_2.jpg

À Kandahar au sud de Kaboul, pour marquer la journée internationale de la femme, des femmes ont mis un foulard bleu sur leur burka. C’est tout ce qu’elles ont pu faire pour exister l’espace d’un instant….

Voilà ce qu’elle en a pensé :

Ces femmes ont voulu signifier « leur appel à plus de justice« , mettre un peu de lumière sur l’ombre qu’elles sont, derrière les barreaux de cette prison de tissu.

Je (Bénédicte) me suis alors dit que nous, hommes et femmes libres, pourrions leur dire que nous savons. Qu’elles ne crient pas dans le désert.

Alors l’idée m’est venue de rassembler des photos de tous les gens qui auront envie de participer , tête nue avec un foulard bleu clair autour du cou, pour en faire une grande photo pêle mêle, en espérant la leur faire parvenir.

Foulards bleus Si vous êtes d’accord avec elle, que ces femmes ne crient effectivement pas dans le désert ;

si vous souhaitez participer, envoyez vos photos (format 800×600 px) à l’adresse foulardsbleus(at)laposte.net.

La récolte paraît tous les jours anonymement sur le blog foulards bleus

Alors le foulard autour du cou, pas sur la tête ! A vos appareils photo et n’hésitez pas à relayer…

Notes

[1] Miss Rainette

Je soutiens mon Département…

Suppression des départements : André Vezinhet appelle à la mobilisation des maires de l’Hérault,
et à la mobilisation de tous ceux qui sont attachés à l’institution départementale.

Je soutiens donc mon Département[1], et je le dis ! Normal je bosse pour. Et puis quand même, c’est qui qui va continuer à s’occuper du social sur le terrain, s’il n’y a plus le Département hein ? la Région, elle a bien d’autres chats à fouetter…

Aussi je soutiens mon Département, et je le dis ! Tous Hérault !.
Mais mon Département me soutient-il ?

Ben là non, faut pas rêver tout de même. 😉
Pas titulaire, mon poste qui va être ouvert à des titulaires, pas de soutien politique pour que je puisse rester à ce poste, ou à un autre ou être titularisée[2]. Un concours raté à l’écrit avec les conséquences et réflexions que ça implique, genre c’était bien la peine… sic ! Une carrière et des diplômes qui ne servent à rien dans le public, qui se base sur le grade, et pas sur les compétences. Une conjoncture pas du tout favorable pour les agents titulaires, donc encore moins pour les non titulaires. Une absence pour opération à venir… Je cumule les critères pour ne pas être soutenue par mon Département….

Et J’ai beau signer des pétitions pour soutenir mon Département, voter comme il faut, m’appliquer dans mon travail, faire des concessions sur ma carrière et surtout mon salaire, rien à faire, mon Département n’en a que faire, et ne me soutient pas. 🙁

Bref dans deux jours je rentre à la clinique pour une durée indéterminée, et je ne sais pas du tout ce qu’il va m’arriver professionnellement pendant cette longue absence. Et comme les absents et les derniers arrivés, quinqua de surcroit, ont toujours tord… Je crains le pire, vu que mon Département ne me soutient pas… [3]

Youhou, puisqu’on est censé faire dans le social, y aurait pas un élu qui passerait par là, et qui aurait la bonne idée de glisser un petit mot pour moi ? hein ? que je puisse continuer à travailler sans avoir à faire l’aumône.
Ben quoi ? au point où j’en suis ! qui n’ose rien n’a rien… 😉 Ah bon ça ne se fait pas ? Ben tant pis ! c’est fait, c’est dit, j’ai besoin de soutien pour garder mon boulot, ou à défaut en trouver un autre.

Notes

[1] Département avec un D majuscule parce qu’il s’agit de la collectivité

[2] si certain voulait j’en aurais, mais comme chez nous on ne mange pas de ce pain là, pas de soutien politique donc

[3] mise à jour : bon, maintenant je sais… je suis de nouveau sur le marché de l’emploi, et j’ai une marge de 4 mois.

Stop à la violence à l’égard des femmes !

J’ai failli oublier. Pourtant aujourd’hui est un jour très important. C’est la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Quand j’étais plus jeune, j’ai longtemps subi la violence masculine. Humiliations, rabaissements, coups, insultes, harcèlement moral, discriminations, je croyais que ça faisait partie de la normalité des choses… Aujourd’hui, je ne laisse plus jamais, au grand jamais, quiconque me prendre pour son souffre-douleur ou son punching-ball. Je ne laisse plus jamais quiconque ruiner ma vie.

La violence n’est pas normale, elle ne doit pas être banalisée. Les injures, les humiliations, les coups, les viols, les tortures sous prétexte de traditions culturelles barbares, comme l’excision ou l’infibulation, nous devons lutter contre ça. Ne laissons pas la violence s’installer, réagissons et parlons-en !

Et si on faisait la fête de la couleur le 20 novembre

La récession, la régression humaine, l’automne, la grisaille, le froid qui arrive, les factures, les découverts, il n’y a rien que des choses tristes en ce moment. Alors voilà une idée qu’elle est bonne pour égayer une action caritative qui se déroule en plein novembre.

La Fête de la Couleur en faveur des droits de l’Enfant.

fete-couleur.jpg

Cette joyeuse fête aura lieu le 20 novembre prochain à l’occasion du 19e anniversaire de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant instituée par l’Organisation des Nations Unis.
L’UNICEF, Hermes qui s’engage à ses côtés cette année, ainsi que d’autres partenaires, vont donc sortir crayons, pastels, peintures pour égayer cette journée de jolies tâches colorées. Chacun pourra ainsi retrouver l’esprit de l’enfance, au travers du langage intuitif et universel de la couleur, premier mode d’expression des tous petits.
L’objectif de ce barbouillage général est de réunir des fonds pour réhabiliter des écoles, et scolariser les petites filles dans des pays qui ne voient pas toujours la couleur de l’argent. Cette année, c’est la région de la Casamance au Sénégal qui recevra ces dons. Pour cela il est indispensable que tout le monde se mobilise, collectivités, entreprises, médias et particuliers.

Pour participer rien de plus simple, il suffit de porter des vêtements colorés, de se maquiller, et surtout de donner à l’UNICEF. Et si ça marche, on remet ça l’année prochaine pour les 20 ans, en 2009. D’ailleurs à ce propos, ce serait quand même bien que ce ne soit pas encore qu’une fête de parisiens, et que tout le monde s’y mette.

Pour suivre la préparation de la Fête de la Couleur, l’écrivain et chroniqueur David Abiker a ouvert un blog : lafetedelacouleur

Allez zou, un peu de couleurs pour égayer la morosité ambiante !

La Fête de la Couleur
Recommandé par des Influenceurs