Archives par mot-clé : recette

Ma bouillie de pain perdu pour caler

Cette fois, je racle les fonds des placards et du fridge pour trouver quelque chose pour m’alimenter. Rien  de ce qui reste ne me tente et il n’y a surtout pas grand chose.

Ah si miracle, il reste une moitié de baguette toute dure de la semaine dernière, et j’ai de quoi faire une super bouillie de pain perdu pour bien me caler l’estomac.

Donc je mets dans mon saladier :

  • de la boisson d’avoine, quantité au pif (Je ne digère pas le lait et je n’en bois jamais, donc quand je peux, j’alterne avec des boissons d’avoine ou d’amande. J’aime pas le soja, question de goût.)
  •  2 oeufs
  • un peu de gingembre en poudre, de la cannelle, et du sucre roux (Ça à défaut d’avoir à manger, j’ai toujours des épices dans mon placard.)

Et hop je jette dans le mélange le reste de baguette coupé en tranches jusqu’à ce que le tout s’imbibe bien. Ouais je sais, ça fait un peu patchoque,mais l’important est que ce soit bon.

Ensuite je transvase la mixture dans une poêle bien chaude. Je laisse dorer, et pcccchit en 5 minutes c’est prêt !

Achement bon c’te bouillie !

Carottes violettes à la crème soja au cookéo

Cette semaine on m’a donné 1 kg de carottes violettes (merci). Des carottes violettes ! Je n’en avais encore jamais vu et encore moins mangé.

Du coup j’ai fait un petit essai de recette.

Les ingrédients
  • 1 kg de carottes violettes
  • 1 oignon
  • 10 cl soja cuisine bio
  • épices : coriandre en poudre, gingembre en poudre et piment d’Espelette (au jugé)
  • un peu de coriandre fraîche ou persil
Préparation
  • 2016-10-20-13-37-56Mettre dans le cookeo en mode « dorer » un peu d’huile, moi c’est de l’huile d’olive mais vous faites ce que vous voulez.
  • Faire revenir un oignon, d’ailleurs j’aurais pu en mettre deux…
  • Rajouter les carottes coupées en tronçon.
  • Laisser dorer 5 mn.
  • Rajouter les épices, puis un peu d’eau.
  • Passer le Cookéo en mode « cuisson rapide » 10 minutes.
  • Rajouter le  soja liquide.

Un peu de coriandre fraîche pour la couleur. Et voilà !

carottes violettes

Ben c’est très bon, moins sucrées et plus terroir que les oranges. Manquait juste un peu de sel, j’ai besoin de sel en ce moment.  Quoi que avec les épices…

 

Cookéo : Endives braisées au citron

J’adore les endives braisées et à chaque fois j’essaie de varier les recettes, en voici une.

Ingrédients (pour 2)

  • 4 endives
  • 1 citron
  • 1 oignon
  • noix de muscade en poudre
  • gingembre en poudre
  • piment fort en poubre
  • 1/2 cube de bouillon de boeuf
  • 1 sucre

Préparation

Enlever les feuilles flétries des endives, couper la base, enlever la partie amère et couper les endives en deux.

  • Mettre le Cookéo en mode « Dorer »
  • Faire revenir dans un peu d’huile les endives sur chaque face avec l’oignon émincé
  • Quand les endives commencent à colorer saupoudrer de muscade, gingembre et piment fort (moi je saupoudre au pif mais 1/2 cuillerée de chaque devrait suffire), puis saler
  • Rajouter le jus d’un citron,  et un 1/2 verre d’eau avec 1/2 cube de boeuf  et 1 sucre  (Il n’est pas nécessaire  de rajouter trop d’eau, les endives en perdent suffisamment)
  • Passer le Cookéo en mode cuisson rapide 10 mn

Et voilà ! C’est pas beau mais c’est bon.

2016-03-18 16.49.27

Cookéo : Velouté de brocolis au Saint Agur

Ma fille m’a offert un Cookéo  pour mon anniv l’année dernière, et ce fut un cadeau vraiment utile car je m’en sers souvent, surtout pour faire des soupes avec les légumes qu’on me donne. Alors j’ai décidé de vous faire profiter de temps en temps des recettes que je concocte.

Cette fois ci, j’ai eu des brocolis, des oignons et du mascarpone. Et comme il me restait des pommes de terre et du Saint Agur de la semaine précédente voilà ce que j’ai cuisiné.

Ingrédients (on va dire pour 4, parce que je mets 3 bols au congèl)

  • 2 brocolis
  • 1 Saint Agur (environ 125 g)
  • 1 grosse pomme de terre (sinon 2 si elles sont moyennes)
  • 1 oignon
  •  2 gousses d’ail
  • 3 cuillères à soupe de Mascarpone
  • 1 l de bouillon de légumes (1 cube)
  •  Paprika
  • huile d’olive ou autre

Préparation

  • Mettre le Cookéo en mode « Dorer »
  • Faire revenir dans un peu d’huile la pomme de terre, l’oignon et l’ail  épluchés et émincés
  • Rajouter les fleurettes de brocoli et le tronc émincés
  • Ajouter 3 cuillères de mascarpone
  • Couvrir avec le bouillon de légumes
  • Rajouter le Saint Agur grossièrement coupé en petits morceaux
  • Passer le Cookéo en mode cuisson rapide et cuire pendant 15 mn
  •  Mixer, poivrer et ajouter deux pincées de paprika en poudre

Et voilà ! vite fait bien fait une bonne petite soupe originale, complète et ma foi bien fameuse.

SoupeBrocolis

Des bains de pieds pour calmer l’inflammation

J’ai le chic pour collectionner les pathologies, d’ailleurs ma nouvelle toubib en est restée pantoise pour pas dire sur le cul.
Comme il faut bien commencer par soigner le plus urgent, c’est à dire le bras droit indispensable à tout vu que je suis droitière, je fais patienter le reste comme je peux. Et du coup pour ma tendinopathie achilléenne je me suis trouvée une recette de bain de pieds facile à réaliser et en plus agréable à appliquer.

2015-10-15 16.36.41Donc dans une bassine d’eau tiède, je mélange 10 gouttes d’huile essentielle de ravensare à 2  gouttes d’huile essentielle de wintergreen (gaulthérie), et plouf j’y fais mijoter mes petits petons pendant un quart d’heure.

Ensuite  je sèche bien. Je masse avec 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle de gingembre et je finis par une crème spéciale pour les pieds. Moi j’utilise l’onguent pieds secs de chez Diabelle.

Pour trouver huiles et crèmes, et bien Gogole est ton ami. On peut les acheter sur le Net et la livraison est rapide.

Je ne prétends pas que ça soigne, mais au moins ça fait du bien. Ça calme les élancements et ça évite les durillons du côté douloureux, alors pourquoi s’en priver.

Et puis prendre soin de ses pieds, c’est le pied !

Mon sauté de porc mogettes

En ce moment je n’ai pas trop de sou pour m’acheter à manger, alors je cuisine ce que je récupère, et je racle les fonds de congélateurs. Et bien que je n’aime pas trop cuisiner, j’aime bien faire mijoter des plats que l’on peut faire réchauffer le lendemain, voir même beaucoup plus tard après un séjour au froid.
D’ailleurs en revenant de Savoie j’avais  cuisiné un sauté d’agneau courgettes bien épicé avec tout ce que m’avait donné une amie. Ce délicieux plat m’a tenu quelques temps.
Cette semaine comme il me reste du sauté de porc qui s’ennuie tout seul dans mon congélo (oui je sais c’est pas très religieux, mais faut bien manger), et des mogettes au fond du placard, j’ai eu envie de les cuisiner ensemble.

J’ai donc préparé les mogettes hier, trempage d’une heure et cuisson à l’eau salé avec un peu d’ail.

Et aujourdhui je passe au mijotage du plat:

  • J’ai fait revenir mon kg de viande décongelé avec de l’huile, j’ai rajouté des lardons, un reste d’oignons émincés congelés (ça représente à peu près 3 oignons) ;
  • J’ai rajouté du coulis de tomate, don d’une amie, que j’ai relevé d’1 cuillère à café de cumin,  d’1 cuillère à soupe de raz el hanout, le tout saupoudré de paprika fort, de coriandre et de gingembre.
  • Ensuite mijotage 45 mn ;
  • A la fin j’ai versé les mojettes pour encore 15 minutes de cuisson.

Et voilà voilà ! Encore un plat qui va me tenir quelques jours d’automne. Une fois bien refroidi direction congélateur pour le surplus ! J’ai bien sûr goûté avant, c’est juste délicieux.

2015-09-17 15.34.52

J’en profite par ce billet pour remercier les personnes qui m’ont fait quelques courses et donné légumes du jardin et viande. Love on you ! Votre générosité m’est précieuse.

Mais ressers toi donc un peu de Matouille !

Boudiou j’ai beau être née au pied des Bauges (Savoie), je ne connaissais pas la Matouille !

C’est donc une première, ce soir j’ai dégusté la spécialité des baujus et ma foi me suis bien régalée ! je dirai même plus, c’est bien meilleur que la raclette ! Merci Maria !

Vite fait la recette (gogole est ton ami pour plus de détail) :

Il faut une bonne tome des Bauges bien sûr, des gousses d’ail et du vin blanc de Savoie.

  • On décalotte la tome pour faire un couvercle bien fin ;
  • On fait des trous pour insérer les gousses d’ail ;
  • On arrose de vin banc ;
  • On remet le couvercle ;
  • Hop au four 30 mn, et voilà on mange ça avec des patates et de la charcuterie accompagnée d’une petite salade.
La matouille de Maria
La matouille de Maria

Huuummm !

Ah oui au fait, les tartiflettes  et plats du même genre es special tourisme, ça n’existait pas quand j’étais petite. J’ai même mangé ma première fondue à l’âge de 14 ans, c’est vous dire que ça n’était vraiment pas des spécialités savoyardes à l’époque.
On mangeait plutôt de délicieux gratins, des diots, du lapin, de la polenta, des matafans, des poissons de rivière et lac comme truites et fritures, des cuisses de grenouille, du gibier de montagne, des bougnettes, des rioutes… rien à voir quoi !

La grippe ? voilà une bonne recette de grog aux épices

J’ai la grippe ! et oui l’année ne commence pas au top pour moi, mais bon ne nous démoralisons pas, je me soigne, et avec un bon grog dont je vous donne la recette.

Alors je fais bouillir dans une casserole de l’eau avec :

  • deux étoiles de badiane – pour lutter contre les encombrements des voies respiratoires,
  • des clous de girofle – antiseptique, mais aussi efficace pour lutter contre certaines affections virales, la toux et les refroidissements,
  • du gingembre frais râpé – très bon aussi comme antitussif et pour empêcher la congestion des bronches.

J’ai toujours ces ingrédients de base chez moi, très utiles pour diverses recettes. J’aurais pu rajouter de la cannelle mais ça je n’avais pas.

Dans un bol je rajoute au liquide filtré (huum ça sent bon) du jus de citron dont on connait les propriétés d’antibactérien au large spectre, un peu de sirop d’érable et une bonne cuillerée de miel, dont on connait aussi les propriétés en cas de refroidissement.

La recette pourrait très bien s’arrêter là, mais pour ceux qui veulent monter en température et transpirer un bon coup pour éliminer les toxines, chacun peut rajouter l’alcool qu’il veut, soit du  rhum, du whisky ou encore comme moi du cognac, mais modérément. Il ne faut pas écraser les épices, et le but n’est pas de se pochetronner, mais de se soigner.

Et bien croyez moi ou pas, ce breuvage, en plus d’être délicieux, fait un bien fou quand on est tout maladou  ! A raison de deux grogs par jour ça requinque !

Et pour peaufiner le tout je me tartine le torse de baume du tigre blanc .

Reste à espérer qu’avec ça je serai d’attaque dans deux jours pour reprendre le boulot !

Quenelles de féra

Parce qu’en ce moment on entend un peu trop parler de quenelles mais pas des bonnes et que ça saoule sérieux, voilà une bonne petite recette d’autrefois qui nous vient des montagnes : Les quenelles de féra.

Le féra koikèce ? et bien c’est un poisson qui vit dans les profondeurs du lac Léman.  Bon comme il n’est pas évident d’en trouver sur les étals, la recette peut néanmoins être réalisée avec de la chair de brochet.

Alors pour 5 ou 6 convives il faut :

  • 400 g de chair de féra crue (bon d’accord de la chair de brochet)
  • 50 g de beurre
  • 4 jaunes d’oeufs

Et pour la panade :

  • 200 g de mie de pain
  • 50g de beurre
  • 1/4 de litre de lait

La préparation prend environ 40 minutes, et la cuisson 10 + 15 minutes.

On commence par la panade :
Mettre la mie de pain à tremper dans un peu de lait ; bien l’essorer ; l’écraser à la fourchette et la mettre dans une casserole avec le beurre sur feu moyen.
Faire dessécher sur le feu en remuant bien avec une cuillère en bois.
Déposer dans une terrine et laisser refroidir.

Puis piler la chair du poisson soigneusement épluchée ; l’ajouter à la panade avec le reste de lait ; saler, poivrer.
Travailler bien le mélange de manière à obtenir une pâte lisse et ferme.
Ajouter les jaunes d’œuf un par un et pétrir à nouveau.
Laisser reposer.

Ensuite façonner les quenelles en forme de petits boudins, et les pocher dans l’eau salée pendant 5 minutes (l’eau doit à peine frémir pour éviter d’abimer les quenelles).
Retirer et égoutter.

Une fois les quenelles pochées, les disposer dans un plat à gratin beurré, les napper de sauce Nantua (sauce béchamel + beurre d’écrevisse) ou tout simplement de crème fraiche, et les enfourner 15 minutes à température moyenne pour les faire souffler.

Et voilà !

Source : La bonne cuisine des montagnes Dauphiné Savoie par Charlotte Vanel – édition solar – 4ème trimestre 1974.

La recette de la clapassade de Montpellier

Pour ceux qui sont passés à côté de la grande nouvelle, à l’instar de Marseille avec sa bouillabaisse, Montpellier a maintenant SA spécialité culinaire : La clapassade !

Je vous passe l’histoire granguignolesque qui accompagne le concours lancé par la Ville. Elle a abouti le 6 octobre 2010 par le choix d’une recette à base d’agneau, de miel et de réglisse créée par… Michel Otell, un canadien de 23 ans étudiant en sciences du langage à Montpellier ! un clic sur la barre à gogole, et vous trouverez toutes les infos s’y rapportant.

Par contre voici l’authentique recette de cette fameuse Clapassade d’agneau sauce Grisette transmise par madame le Maire. Elle a été réalisée par le chef de la Maison de la Lozère, Eric Cellier le jour du concours.

Ingrédients pour 4 à 6 personnes

– bouillon (de volaille ou autre)
– 800 g environ de collier ou de poitrine de mouton ou d’agneau
– 1 gros oignon* émincé
– 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– 2 cuillères à café rases de farine
– beurre et farine pour le roux brun épices et aromates :
– miel de Narbonne
– réglisse en poudre
– 3 ou 4 bâtonnets de réglisse
– 1 cuillère à café de cassonade
– poivre blanc
– fleur de sel de Camargue
– zestes de citron

Préparation

Faites rissoler en cocotte, avec 3 cuillères d’huile d’olive, 800 g de morceaux de collier ou poitrine d’agneau (ou de mouton) poivrée.

Ajoutez un oignon émincé et deux cuillères à soupe rase de farine.

Mélangez.

Mouillez largement de bouillon de vo­laille, laissez mijoter 45mn, dégraissez, ajoutez 3 ou 4 bâtons de réglisse, laissez mijoter 40 mn.

Retirez la viande. Passez le bouillon et réservez. Préparez un roux brun dans la cocotte, mouillez au bouillon.

Sucrez au miel de Narbonne, ajustez l’assaisonnement avec de la poudre de réglisse. Laissez réduire.

Présentez les morceaux en tas assez haut pour figurer le « clapas » (tas de pierres) nappez de sauce, garnissez le sommet de zestes de citron. Salez dans l’assiette à la fleur de sel de Camargue.

Pour agrémenter la recette ajoutez des olives de Lucques, des carottes fanes glacées au miel et du persil haché.

Accompagnement conseillé : polenta aux zestes de citron poêlée, salade de roquette.

Bon appétit !