Archives par mot-clé : quinquas

60 ans, changement de dizaine, ça c’est fait !

Ça y est aujourd’hui je change de dizaine, j’ai 60 ans ! Je ne suis plus une quinqua mais une sexa ! haha !

Pfiou ça fait tout drôle, je voyais ça tellement loin. Et bien non, nous y voilà !

Je n’ai pas vu passer ces dix dernières années, voir même les 15 depuis que je suis à Montpellier…

Alors ça fait quoi d’avoir 60 ans ? ben rien.
Ah si ! Curieusement je me sens plus jeune et surtout plus sereine que lors de mes 50 ans, même si mon corps part en vrac de plus en plus, le con !

Il y a 10 ans j’avais peur de l’avenir, mais grave ! Crises d’angoisse, dépression, la totale. D’ailleurs mon blog en sait quelque chose le pauvre vieux !
Faut dire qu’à 50, voir 45 et même 43,  prise pour une senior par les employeurs comme si j’avais été lobotomisée du cerveau à ma date d’anniversaire, je l’ai très très mal vécu quand ça m’est tombé dessus… Ben oui pas encore habituée à la discrimination par l’âge !

Aujourd’hui je suis blindée, advienne que pourra, m’en fiche  ! Et même si je suis toujours en situation précaire malgré tout ce que j’ai pu entreprendre, je ne le vis pas trop mal, en tous les cas beaucoup mieux qu’il y a 10 ans c’est certain.

De toute façon maintenant que je suis une senior pour de vrai dans la vie active, je ne m’attends plus à des miracles. Je prends ce que la vie m’offre, on veut de moi tant mieux, on ne veut pas de moi, qu’importe. Et c’est pareil dans ma vie privée. On est content de me voir tant mieux, pour le reste c’est pas grave, je sais très bien me débrouiller seule.

A part ça, je sors peu de chez moi, j’y suis bien.
Un peu de bénévolat pour être utile aux plus démunis que moi ; un peu de recherches d’emploi parce qu’il faut bien que je trouve du taff pour meubler les 7 années à venir avant la retraite ; un petit voyage de temps en temps pour m’aérer le cerveau ; des opérations aussi, et oui la santé ne suit pas toujours… Et les mois passent.

Au fait vous avez remarqué, contrairement à certaines femmes, voir même certains hommes, je ne cache pas mon âge moi. Je m’en fiche comme de l’an 40 de l’âge que j’ai. Je n’ai aucun problème avec le vieillissement, pas de déni du temps qui passe, pas de honte mal placée ou de crainte du regards des autres… Je m’en fiche !
De toute façon les années passent pour tout le monde et ça n’a rien de péjoratif, au contraire ! On est plus expérimenté et on a moins de choses à prouver. Ouais parfaitement !

Donc aujourd’hui j’ai 60 ans, j’assume et je suis pleine de vie !!

Quinquas au chômage gardez espoir !

Ça, il faut absolument que je le signale pour redonner  espoir aux quinquas qui galèrent au chômage depuis des lustres à cause de leur âge.  Alors que j’ai 58 ans une boîte est carrément venue me proposer un poste alors que je suis déjà en poste ! parfaitement !

Quinqua moi-même donc, j’ai longtemps subi la discrimination par l’âge sur le marché du travail, d’ailleurs mon blog a largement été l’exutoire de cette longue période d’une bonne dizaine d’années de précarité et de pauvreté.
Et bien figurez-vous que le miracle a commencé il y a 3 ans quand j’ai enfin décroché un CDI dans une entreprise qui se fichait pas mal de l’âge que j’avais, tout ce qui l’intéressait était mes compétences. Oui enfin une !
Et en cette fin d’année, alors que je pensais y finir ma carrière médiocrement sans espoir d’évolution, j’ai été approchée  par une autre structure un peu plus grosse qui voulait absolument embaucher quelqu’un de mon âge, une senior, et pas un jeune ! et surtout moi ! oui oui oui !

J’ai donc accepté la proposition, vous pensez bien. Et après avoir passé avec succès les entretiens (j’avoue, il est plus facile de passer des entretiens quand on ne cherche pas que lorsque l’on galère au chômage, on a le stress en moins), je vais donc commencer  une nouvelle carrière dans cette boîte dès janvier alors que je frôle les 60 ans ! Elle est pas belle la vie !

Comme quoi tout peu arriver. 10 ans de précarité pour cause de senioritude aigüe, et boum un CDI et reboum 3 ans plus tard encore un CDI, en plus sans chercher cette fois. Comme il me reste encore 9 ans à tirer avant de pouvoir partir à la retraite avec le taux plein, ça me sauve quelque peu les épinards.

Alors pourquoi veulent-ils absolument une quinqua comme moi, me demanderiez-vous ?
Et bien humilité, authenticité, capacité d’adaptation et compétences  étaient les critères qui faisaient partie des conditions d’embauche. D’après les RH, je répondrais haut la main à ces critères, avec en plus mon envie d’apprendre qui les a séduit. A priori ils seraient tombés jusque là sur de jeunes « je sais tout » imbus qui ne savent rien et qui auraient un peu trop tendance à se la péter pour pas grand chose, et ça, ils n’en veulent plus ! Alors tant pis pour les arrogants et tant mieux pour moi.

Donc espoir les quinquas ! tout peut arriver.

Bon ok, ça dépend beaucoup du secteur d’activité aussi et j’ai du me réorienter. Fini donc les secteurs de l’informatique, du multimédia, et des hautes technologies qui considèrent que les plus de 45 ans sont trop vieux pour mériter un poste, bref « périmés ». J’ai donc basculé vers d’autres secteurs très éloignés orientés fabrication d’équipement médical, et d’instrumentation scientifique et technique. Autre job, autre secteur donc, et ma foi des portes se sont peut-être fermées, mais d’autres se sont ouvertes, tout n’est pas perdu.

Espoir donc ! quinquas/sexas, seniors du marché du travail, l’aventure professionnelle peut encore continuer. Ne désespérez pas, elles sont rares certes, ces entreprises qui regardent compétences et capacité d’adaptation de ses futurs collaborateurs avant leur âge, mais elles existent ! Bon certes, pour trouver il faut surtout chercher du côté des multinationales que des structures purement françaises. Et oui, il faut bien l’avouer, question mentalité, ça ne s’est toujours pas amélioré dans ce pays, loin de là !

Je suis tombée dans le Web quand le Web est né

En ce début de mois j’ai été contactée par une journaliste freelance basée au Luxembourg. Elle est tombée sur mon blog, et elle l’a trouvé frais et plein d’humour. Et oui ! enfin une qui sait me lire entre les lignes, hin hin hin ! ce qui change de tous ces gens qui trouvent mes billets négatifs…

Bref, elle m’a demandée si j’étais intéressée par une interview pour son site NoAgeSite.com. Site qu’elle a lancé dans l’objectif de donner une autre image des quinquas que celle qu’ils ont actuellement dans la société.

Alors bien évidemment comme je suis particulièrement concernée, j’ai accepté, et voilà ce que ça donne en ligne : « Je suis tombée dans le Web quand le Web est né… »

Comme il y a quelques coupures ci-dessous l’original de mes réponses :

1/ Pourquoi cette passion pour le web jusqu’à en faire une vocation ?

Difficile à expliquer, je suis tombée dans le web quand le web est né. A cette époque, Je travaillais dans le high tech, les connexions réseaux, Internet etc…  C’était une évolution logique de ma carrière.  Maintenant, de là à dire que j’en ai fait une vocation, non. Le mot est un peu fort.

2/ Rare de trouver une quinqua dans cette spécialité. Et de surcroît, vous maîtrisez, à vous toute seule, des compétences qui, d’habitude, sont partagées par plusieurs spécialistes. Y a-t-il un âge limite pour être une experte du web ?

Je suis très flattée que vous ayez constaté cela. Il est juste dommage que les employeurs s’en rendent nettement moins compte quand il s’agit de m’embaucher. (sourire)

Ceci dit, je ne pense pas que je sois un cas aussi rare que ça, bien au contraire. Il ne faut pas oublier que le Web, né en 89, a été lancé  officiellement en 91. Parmi ceux qui ont suivi le mouvement dès le départ, il y avait beaucoup de trentenaires, les mêmes qui sont rejetés aujourd’hui en raison de leur âge. Ce sont eux qui ont contribué à l’évolution du web. Les plus jeunes ont ensuite suivi, mais leurs ainés, les quadras, les quinquas d’aujourd’hui, et les plus anciens qui sont à la retraite maintenant, n’ont pas lâchés pour autant. Ils ont acquis comme moi au cours de ces 20 dernières années ces diverses compétences, et continuent à évoluer avec les technologies.

Alors non il n’y a pas d’âge limite pour exercer l’un des métiers du Web ! De la conception à la communication/marketing, en passant par la programmation, la création graphique et la production sans oublier la formation, ces métiers sont suffisamment nombreux pour que chacun y trouve sa place selon ses expériences, et même les quadras/quinquas dont les savoir-faire ne s’envolent pas à une date d’anniversaire !

3/ Des études ont montré que les seniors envahissent de plus en plus le web et les réseaux sociaux. Que pensez-vous de ce trend ?

Je ne suis pas les études de ce genre là, d’autant moins que j’ai déjà entendu ce refrain il y a une dizaine d’années. D’ailleurs, ça me sidère que l’on sorte des trucs pareils en 2011.

Soit on est en pleine régression, soit les études racontent n’importe quoi.

Ça fait des années que la e-administration existe ; ça fait des années qu’on déclare nos impôts en ligne ; qu’on fait nos courses en ligne ; qu’on utilise les réseaux sociaux pour trouver un job, des partenaires, ou même des clients ; qu’on partage nos photos en ligne, qu’on tchat, qu’on papote sur des forums, et j’en passe…

Et là, on veut nous faire croire que les seniors viennent de découvrir que le web existe ! Oh miracle !

Non franchement ! Il faut arrêter de nous prendre pour des neuneus. De toute façon, c’est ridicule, quand on dit qu’il y a de plus en plus de quinquas sur le Web, ben oui forcément, la plupart y est depuis 10/ 15 ans, sans parler des réseaux sociaux depuis 4/5 ans.

Seulement quand ils ont commencé à s’y mettre, ils n’avaient pas encore l’âge fatidique pour rentrer dans  les statistiques.

4/ Le marché des produits pour seniors est en plein boom, comme par exemple celui des voyages, des produits de beauté, des cours de langues… Que pouvez-vous  conseiller aux entreprises qui visent le marché des seniors ?

Vue comment sont traités « les seniors » du monde du travail en France, je doute fort qu’ils puissent profiter de tous ces produits une fois à la retraite. A moins que la cible soit les seniors retraités de plus de 70 ans, ceux qui ont encore la chance aujourd’hui d’avoir une pension correcte… Et encore il n’y en a pas tant que ça !
Si vraiment dans l’avenir les entreprises veulent que les seniors dépensent de l’argent, elles feraient bien de changer de mentalité et de ne pas mettre les quadras/ quinquas au chômage, réduisant ainsi très fortement leur pouvoir d’achat.

Le marché des seniors ne peut fonctionner que s’ils ont les moyens de dépenser. Et pour qu’ils dépensent, il leur faut un travail jusqu’à la retraite avec un salaire décent pour qu’il puisse avoir une pension convenable, et pas une aumône, résultante d’années de précarité et de chômage !

5/ C’est juste ! Alors, à votre avis, ces entreprises qui, d’un côté, lancent des produits pour seniors, et de l’autre, licencient leurs employés seniors sont-elles crédibles ou sincères ?

Les entreprises ne sont absolument pas crédibles. D’un côté elles mettent les quadra/quinquas sur la paille, et de l’autre elles voudraient toucher la clientèle des +de 65 ans, leur stratégie est  totalement incohérente !

Il est temps qu’elles se rendent compte que les gens qu’elles ciblent sont d’abord des salariés avant d’être des retraités. Il est temps qu’elles arrêtent de faire de la discrimination par l’âge, et d’avoir une vision à court terme.  En licenciant et en n’embauchant pas les quinquas d’aujourd’hui, elles contribuent à leur paupérisation, et se coupent elles-mêmes d’une future clientèle. Tout le monde vieillit et vite, il ne faut pas l’oublier. Il n’y aura plus de marché des seniors possible si ceux-ci n’ont même pas de quoi payer leurs charges une fois à la retraite !

Franchement avec une telle stratégie, l’économie n’est pas prête de se redresser.

6/ Représentez-vous la senior du 21ème siècle? Si oui, comment vous définissez-vous ?

Non, je ne représente rien du tout, et surtout pas la senior du 21ème siècle, du moins je ne le souhaite pas. Parce que si tous les seniors sont dans la même situation  que la mienne, leur avenir s’annonce bien triste.

En effet, j’ai à peine 55 ans et j’ai encore au moins dix bonnes années de travail devant moi avant la retraite sans être sure d’en trouver. D’autant moins que ça fait déjà 10 ans que ma vie a basculé dans le chômage et la précarité, tout ça parce que je suis cataloguée comme « senior » depuis l’âge de 45 ans !  Au total ça fera 20 ans de vie professionnelle gâchée pour un critère d’âge, c’est énorme ! Et je ne parle même pas des dommages collatéraux…

Alors franchement non, dans ces conditions là, je ne veux pas être la senior du 21ème siècle !

Par contre je voudrais que les mentalités changent enfin, et qu’on arrête de mettre les gens dans des cases, que chacun ait un travail en fonction de ses compétences, et surtout une vie décente !

Longue vie donc à ce nouveau site : NoAgeSite.com

J’ai une maladie grave hyper contagieuse

Putain j’ai une maladie, je vous raconte pas ! le truc abominable, hyper contagieux, qui t’éloigne de la vie active, et t’installe dans un état de précarité permanent tellement c’est grave !

Ça fait un bout de temps que j’ai chopé ça. Les premiers symptômes sont apparus à la fin du siècle dernier…ouais en 99 quoi ! Au boulot ça m’est tombé dessus. Sournoisement, insidieusement, et même pas je m’en suis rendue compte. Par contre mes jeunes collègues et mon patron si, surtout lui. Un jour, à mon anniversaire je crois, il a vu les premiers signes. Du coup, craignant que l’aggravation inéluctable des symptômes, que moi-même j’étais incapable de voir, atteigne mes capacités, il m’a invité à rentrer chez moi contre une petite indemnité pour les traitements à venir !

Parce que oui, une fois chopé le truc, comme il n’est pas très compréhensible, il fait tellement stresser que d’autres maladies se greffent là dessus, genre solitude, désarroi, dépression, et même pauvreté…  sans parler que c’est douloureux… moralement.  Et chaque année c’est pire, oui oui ! et puis contagieux avec ça. Oh pas pour tout le monde heureusement. Mais il y a un terrain propice à la contamination qui se déclenche passé 40 ans. Et pouf ! à 45 ans à peu près, c’est la bascule ! On est bon pour attraper cette fichue maladie transmise par les années qui passent, la senioritude sociétale aigüe. Rares sont ceux qui y échappent.

Le pire est qu’il n’y a pas de traitement. Et non, les chercheurs n’arrivent pas à trouver la bonne formule.  Et les uns après les autres, pim pam poum tout le monde l’attrape ! c’est l’hécatombe ! Et une fois qu’on l’a c’est fichu ! On ne peux plus manger, ni vivre normalement, et en plus on est mis à l’isolement de peur de la contamination. les plus forts résistent, les autres en meurent….

Faites gaffe un jour ou l’autre, votre tour va venir,  c’est sûr ! Vous n’y échapperez pas… Préparez-vous !

Même qu’ils en parlent dans les médias :

 

Je suis jurée au concours « Vivre mes rêves » !

Ah là là comment je suis flattée ! grâce à mon blog j’ai été invitée à être jurée pour le concours « Vivre mes rêves » organisé par la Mutac et présidé par le navigateur Marc Thiercelin !

« Vivre mes rêves » est un concours destiné aux personnes de + 50 ans  qui ont des projets, des rêves plein la tête, et qui aimeraient bien les réaliser.  Le gagnant se verra attribuer la somme de 10 000 euros. Sympa non !?

Vous pensez bien que j’ai accepté la proposition !  D’autant que je vais retrouver quelques connaissances parmi les membres du Jury, comme mon ami Hervé Resse 🙂 , et Jean-Michel Billaud que j’ai rencontré professionnellement en 97 à l’atelier de la cie bancaire… et oui !

Du coup j’ai eu droit à une petite interview pour être présentée : Une séniorette made in web, juré de Vivre mes rêves 🙂 🙂 🙂 trop fière !

Alors si vous avez plus de 50 ans et si vous avez des projets, pour participer c’est simple, il suffit de déposer votre candidature via le blog de « Vivre mes rêves » ou la page Facebook du concours jusqu’au 15 septembre 2011.

appel à projet vivre mes rêves

Allez zou on n’hésite pas, on  se lance ! 🙂

Evaluer son potentiel physique grâce à «Résolution 50»

Aujourd’hui j’ai participé à l’action de prévention « Résolution 50 » qui se déroulait au Palais universitaire des sports de Veyrassi. Cette action encore expérimentale porte sur la promotion de l’activité physique, et n’existe qu’à Montpellier pour le moment. Elle a été élaborée par La Mutualité Française Languedoc-Roussillon en partenariat avec l’Université Montpellier 1, et plus précisément l’UFR Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS). Elle consiste à proposer aux personnes âgées de 50 à 65 ans ou plus de tester leurs capacités physiques et de les aider à s’orienter vers la pratique d’une activité physique la plus adaptée à leurs besoins et à leurs envies.

Donc étant concernée, et ayant envie de savoir où j’en suis de mes fameuses capacités physiques, je me suis inscrite à la première journée, faisant ainsi partie des cobayes…

J’avais un peu peur au départ que les tests soient trop sportifs, et de ne pouvoir les suivre, mais les intervenants de l’ufr staps m’ont tout de suite rassurée. En effet, même les tests d’endurance sont à la portée de tous. De toute façon j’avais signalé ce que je ne pouvais pas faire et tout le monde a été très attentif à mes difficultés.

Bref, les participants ont été séparés en petits groupes pour suivre à tour de rôle les différents ateliers mis en place.

Mon groupe a commencé par l’atelier style de vie.
Bon là, rien de bien fatigant, chacun a juste eu à renseigner un questionnaire  sur comment il se sent actuellement, et quelles sont ses habitudes.

Ensuite nous avons enchaîné par un peu d’exercice à l’atelier pratique, mais vraiment très soft les exercices.
Nous avons commencé par des échauffement classiques, suivi par des lancés de ballon en binôme, pour finir en driblant sur un petit parcours moteur. Bref rien de bien fatigant, d’ailleurs je n’ai même pas transpiré.
Nous avons ensuite eu droit à une séance de relaxation. C’est certainement la séance que j’ai le moins apprécié, car j’avais plutôt envie de continuer à bouger à ce moment là.

Puis nous sommes passés à l’atelier esprit pour participer à des tests individuels sur les fonctions cognitives, mémoire, attention, niveau de stress, et estime de soi…

Pour finir, la souplesse, l’équilibre, et la force de chacun ont été mesurés à l’atelier corps grâce à des exercices très simples et des appareils. L’endurance à la marche a également été évaluée sur un petit parcours de 6 mn.

Tous ces tests n’étaient ni compliqués à comprendre, ni fatigants, ni difficiles physiquement.

Au final, nous avons obtenu un bilan individuel, renseignant dans les catégories corps, style de vie et esprit, nos points forts (en vert) et nos points à améliorer (en orange), avec une alerte sur nos points très faibles (en rouge).

Nous avons également reçu diverses recommandations, guides, conseils en terme d’activité physique et de nutrition, ainsi que des adresses de clubs proposant des activités plus ou moins adaptées aux seniors.

La matinée s’est terminée par un déjeuner offert, très équilibré et très frais d’ailleurs…

Comme ils restent encore deux journées de programmées, le 29 janvier et le samedi 5 février 2011, si vous êtes à Montpellier ou aux alentours, et si vous êtes un quinqua qui aimerait bien faire le point sur ses capacités physiques, et bien ma foi inscrivez-vous, c’est gratuit : plaquette Résolution 50 au format pdf

Moi ça m’a bien plu ! et mon bilan reflète bien de mon état physique… et moral actuel.

Pour en savoir plus : le programme résolution 50

tu devrais partir ! Paaartir, paaartir…

C’est marrant comme certains ont une facilité à te balancer la phrase qui tue :

« Tu devrais te faire une raison et partir ! »

Partir ! ah le grand mot qui parait être LA solution pour régler le problème du chômage dans une région pour ceux bien installés dans leur vie pro, et qui n’ont justement aucun problème de chômage !

Partir ! ah oui j’aimerais bien partir ! en vacances surtout. Mais certainement pas ailleurs comme ça, juste pour nettoyer le plancher de ceux qui croient que l’herbe est plus verte ailleurs pour les chômeurs.

D’abord où ? et avec quels moyens ?  surtout quand on est quinqua au chômage…  parce que, bien sûr, ce sont ceux qui sont à dix mille lieux des problèmes des quinquas qui vous suggèrent de partir. Ceux qui sont les premiers à ne pas embaucher du vieux, qui ne vous aident en rien :

Ah ben oui on est une startup nous, on veut du jeune du dynamique, ou on embauche que par relations, ou on veut tel diplôme, ou carrément on embauche pas.

Je ne vais pas revenir sur le sujet en long en large et en travers, puisque j’ai déjà dit ce que j’en pensais dans mon billet Suis-je encore mobile ? non, mais … Mais bon sang ! quand on me balance du « tu devrais te faire une raison et partir« , ça me blesse et ça me met en rage !

Même sans parler boulot, ils ne se rendent pas compte les gens ce que c’est que d’arriver dans une région comme ça, seule, les mains dans les poches, sans connaitre personne. Ils ne savent pas ce que c’est que de devoir tout reconstruire à zéro. Pour l’avoir fait, je sais trop ce que c’est moi  ! Parce que, oui je suis partie, plusieurs fois, et justement pour le boulot ! Alors je sais de quoi je parle ! c’est du vécu ! Et partir ce n’est pas régler le problème mais le déporter, surtout à plus de 50 ans !

Aujourd’hui je ne vais tout de même pas fiche en l’air 10 ans de réseautage dans une région pour partir sans savoir où, sans un rond, sans boulot et sans logement, juste parce que certains pensent que je devrais le faire. Non sûrement pas ! Ma vie est ici !

Maintenant je l’ai déjà dit, si on me propose le pont en or, boulot/logement/salaire, alors là oui peut-être que je reconsidèrerais la question. En attentant qu’on ne me casse plus les pieds avec ça. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, sujet clos !

Concours de l’été 2010 des blogs emploi, les résultats !

Yo braves gens qui passez par là ! ça y est, les résultats du concours de l’été 2010 des blogs emploi organisé par RegionsJob.com, en partenariat avec Alapage, sont tous chauds sortis sur le blog du modérateur !
Et vous savez quoi ? j’ai eu un prix ! tadaaa ! le second prix du meilleur billet avec, je vous le donne en mille, mon billet sur les avantages que j’apporte à l’embauche aux employeurs en tant que seniorette. si, si ! 🙂
Un grand merci aux membres du jury ! 🙂

Bon maintenant y a plus qu’à espérer que les mentalités changent enfin côté employeurs…

Pour revenir aux résultats, je vous invite à jeter un œil au palmarès, on y trouve vraiment des blogs de qualité : Les résultats de notre concours de blogs par le Modérateur.

Ah oui au fait, j’ai gagné un disque dur multimédia 3.5 » 1000GO Lacinema Classic. Cool non ? 🙂

Mais comment faut vous le dire qu’on ne veut plus être étiquetés « Senior » !

Purée ! là-haut ils ont la comprenette difficile ! L’année dernière l’asso senioroboulo.com est arrivée à inviter Wauquiez, le secrétaire d’état chargé de l’emploi, au 1er forum de l’emploi des seniors. On en a profité pour lui expliquer en long, large et travers qu’à nos âges nous cataloguer de seniors était ridicule,  qu’il serait bien d’arrêter de nous prendre pour des vieux, et de faire le nécessaire pour changer les mentalités pour que les employeurs nous voient enfin autrement.

Et bien non ! le garçon n’a rien compris ! Il soutient la proposition de Jacques Kossowski dans son projet de nous coller une journée nationale pour l’emploi des seniors ! Comme ça, si on ne l’était pas assez, on est encore plus catalogués  par cette journée. Et hop gros plan sur l’âge et si t’es un « senior », groupir une fois par an pour faire la causette avec les employeurs !

Non mais franchement c’est pas comme ça qu’on va changer les mentalités dans ce pays. C’est nul, archi nul !

journée nationale pour l’emploi des seniors !

Les quadras d’aujoud’hui atterrissent !

Comme les années passent pour tout le monde, on finit tous par prendre de l’âge et arriver un jour ou l’autre dans la tranche fatidique ! Et ça y est quelques quadras d’aujourd’hui atterrissent persuadés par quelque étude lue en biais qu’ils sont "La tranche sacrifiée".
Et voilà que recommence l’éternel, vous nous avez tout pris, vous les quinquas, et vous les retraités pétés de tunes, nous on n’a plus rien, que les yeux pour pleurer.. tout ça épicé d’aigreur, d’amertume et de jalousie. Comme si les aînés avaient fait exprès de calculer leur vie pour mettre des bâtons dans les roues des plus jeunes.

Pffuuu tout ça est bien saoulant ! Si chacun voulait faire l’effort d’ouvrir vraiment les yeux, et se rendre compte que le problème quadra/quinqua/salaires/retraite existe depuis plusieurs décennies déjà, et que les quinquas, sexas ne sont pas pétés de tunes, on ferait un grand pas en avant ! Mais bien sûr comme chacun ne regarde que ce qui le concerne au moment où ça le concerne, il est plus facile aux uns de se monter la tête contre les autres, plutôt que d’avancer une bonne fois pour toute tous ensemble, et surtout sans jalouser plus jeunes ou plus vieux, ni déverser des sauts de venin contre les boomers qui ne sont entre nous, pas responsable de leur naissance !

Voilà à ce propos le genre d’article typique, rempli de haine, qui ne fait pas avancer le schmilblic : retraite, salaires : les quadras, génération sacrifiée