Archives par mot-clé : politique

Rien ne va plus ! Trump Président !

Mais qu’est-ce qu’il se passe dans ce monde de fou ! J’émerge avec ce terrible choc qui nous vient des Etats Unis. Élire un mec raciste, plein de préjugés, inculte, mais ce pays est devenu complètement dingue et pourri  ! 
Et voilà le capitalisme est à la fête youp la boum ! et ces pauvres miséreux à peine survivants qui ont voté pour lui croyant que Trump sera leur zorro. Mon dieu c’est à pleurer. Ils perdront encore plus..

Mais qu’avons donc nous fait pour que ce monde dérive à ce point. Qu’est ce qu’il nous prend de voter pour des dirigeants aussi racistes, putassiers, assoiffés d’argent, et du culte de la personnalité. Mon dieu que je m’inquiète pour les femmes, les minorités, et la mixité qui fait tant la richesse de ce monde.

Le changement ?

Ne nous leurrons pas, ça va être pareil en France. Sous prétexte de vouloir du changement nous sommes tombés complètement à côté de la plaque, incapable de réfléchir, incapable de voter pour nos propres intérêts. C’est la fin du sens commun !

Mais quel avenir nous réservons nous !?  Que restera t-il de la démocratie ?  Pauvres de nos enfants ! nous sommes vraiment mal barrés… Le silence des pantoufles est vraiment plus dangereux que le bruit des bottes…

Lettre ouverte à Nadine Morano

Auteur: Nicolas Huguenin (professeur d’histoire-géographie et d’éducation civique, militant MoDem, à l’association des centristes LGBT et à la Licra) · dimanche 27 septembre 2015

Madame,

Je n’ai pas regardé votre prestation télévisuelle hier soir. Je sortais d’un concert où de magnifiques artistes avaient interprété des œuvres de Liszt, de Brahms et de Chopin, et, après tant de beauté sonore, l’idée de vous entendre débiter vos âneries avec une voix de poissonnière lepénisée me répugnait légèrement. Non, complètement, en fait. Mais ce matin, j’ai quand même pris sur moi et j’ai regardé huit (longues) minutes de votre intervention. Et permettez-moi de vous dire, madame, que la maladie dont vous souffrez – dite « maladie de la bouillie de la tête » – vous fait dire n’importe quoi.

Vous parlez de « race blanche » et de religion, en associant l’une et l’autre. Passons sur le fait que la « race blanche » n’existe pas, et que plus personne n’en parle depuis que les derniers théoriciens nationaux-socialistes ont été pendus à Nuremberg. Mais associer une religion à une couleur de peau, là, il fallait le faire ! Les Albanais sont blancs et musulmans. Desmond Tutu est noir et chrétien. Le pays musulman le plus peuplé du monde est l’Indonésie, habitée par… des jaunes. Ah, c’est compliqué, hein ! D’ailleurs, si on ne peut pas changer de couleur de peau, à part Mickael Jackson, on peut toujours sans modifier son teint abandonner une religion ou en changer. Tenez, moi j’ai renoncé à la mienne et je ne suis pas devenu transparent pour autant – sauf quand j’essaie de draguer un grand brun aux yeux bleus dans un bar gay, mais ceci est une autre histoire. Et, au passage, en affirmant que la France est « de race blanche », vous laissez entendre que la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion et Mayotte, ce n’est pas la France. C’est bien les patriotes en peau de lapin d’extrême-droite, ça ! Ça nous rebat les oreilles avec la France, mais ça raye de la carte cinq départements d’un coup.

Vous expliquez ensuite que la France a une identité judéo-chrétienne. Et là, pour une fois, vous n’êtes pas allée assez loin – sans doute parce que vous ne connaissez pas mieux l’histoire de la France que sa géographie. Non, madame, la France n’est pas judéo-chrétienne. Elle est catholique. Et elle l’est parce que, pendant mille trois cents ans, on n’a pas permis aux Français d’être autre chose. Juifs, cathares, vaudois et protestants le savent bien. Entre 496, date à laquelle Clovis a (selon la formule célèbre) embrassé le culte de son épouse, et 1790-1791, date à laquelle on s’est résolu à considérer les juifs et les protestants comme des citoyens à part entière, la religion n’a pas été une affaire de choix personnel. Ni même collectif. Les Français n’ont pas voulu être catholiques. Ils ont été contraints de l’être. Ce que les libéraux appellent « la concurrence libre et non faussée » n’est appliquée, en matière de religion, que depuis deux siècles. Le chevalier de la Barre était déjà mort. Jean Calas aussi. Et tous ceux qu’on avait massacrés au nom de Dieu, avant eux ; rançonnés par Philippe Auguste, marqués de la rouelle par Saint Louis, expulsés du royaume par Philippe le Bel, massacrés par toutes sortes de croisés, immolés par l’Inquisition, trucidés par Charles IX, pourchassés par les dragons de Louis XIV… Au passage, je trouve parfaitement dégueulasse votre tentative minable de récupérer les Juifs et les protestants pour alimenter votre petit commerce de la haine. Quand on sait ce qu’ils ont subi en France pendant des siècles… Il fallait une sacrée persévérance pour ne pas être catholique en France, alors. Heureusement, ce n’est plus le cas. Et moi, contrairement à vous, je m’en réjouis. En laissant les Français librement choisir leur religion, ou choisir de ne pas en avoir, on a des surprises. Et alors ? Cela porte un beau nom, madame Morano. Cela s’appelle la liberté de conscience.

Et c’est enfin la troisième et dernière remarque que je voulais vous faire, madame. Vous vous plaignez que, dans certains quartiers, on ne célèbre plus que 5 baptêmes, là où il s’en célébrait 250 il y a encore quelques décennies. Mais la faute à qui ? Aux musulmans, qui « envahissent » nos villes, ou aux catholiques, qui renoncent à l’être et n’obligent plus leurs enfants à fréquenter le catéchisme ? Et vous ne vous demandez pas pourquoi l’Église faisait fuir les fidèles ? Non ? Vraiment, vous n’avez pas une petite idée ? Ne serait-ce pas, je ne sais pas, moi, par exemple, parce qu’elle condamne encore les femmes qui prennent la pilule, et les hommes qui emploient un préservatif ? Ou parce qu’il est devenu insupportable d’affirmer, comme le font certains évêques, qu’une femme violée qui avorte est plus coupable que son violeur ? Ou parce que ça commence à se savoir, que certains curés tripotent les enfants de choeur dans les sacristies ? Ou parce que répéter que le mariage est un sacrement indissoluble, dans un pays où un tiers des couples divorcent, ça fait un peu “ringard” ? Ou parce que le double discours d’une Église riche à milliards en faveur des pauvres n’est plus tout à fait pris au sérieux ? Ou, tout simplement, parce que la foi, dans notre monde moderne, n’apporte plus de réponses suffisantes aux masses ? Et d’ailleurs, rassurez-vous, les catholiques ne sont pas les seuls concernés. Tenez, je vous parie que, dans deux ou trois générations, les musulmans de France ne mettront pas plus souvent les pieds dans une mosquée que moi dans une église… ou que vous dans une bibliothèque. C’est dire… Déjà, un tiers d’entre eux ne fait plus le ramadan.

Tout cela pour vous dire, madame, que votre vision d’une France réduite à ses seuls habitants « de souche » est non seulement insupportable moralement, mais aussi sacrément dépassée. Et que votre peur panique de tout changement, de toute modernité, est pathétique. Et presque risible. « Nous avons éteint dans le ciel des lumières qu’on ne rallumera plus », disait le député René Viviani en 1906. Et ce n’est pas en allumant les feux d’une guerre civile que vous ferez croire aux électeurs que vous brillez, madame. Tout le monde le sait : vous n’êtes pas une lumière.

Via : https://www.facebook…153288937824790

Le petit enfant mort noyé… et après ?

Il est quand même grave qu’il faille une photo d’un petit enfant syrien mort noyé pour que les « consciences » commencent à se réveiller sur la question de l’immigration ! Encore que, ce n’est pas parce que les planqués derrière leurs écrans partagent  une photo sur les réseaux sociaux qu’ils sont en phase de prise de conscience,  loin de là, surtout depuis le temps que dure la guerre en Syrie et pas que là, et que des tas d’enfants meurent noyés…
Bref tout ce monde là s’indigne à l’instant T, mais après ?
Jusque là ces mêmes personnes qui compatissent aujourd’hui à la vue de cette photo ont été hostiles à la régularisation des réfugiés, et balançaient plutôt du: « Stop à l’immigration massive », « que ces gens là restent chez eux « , « qu’ils assument leur merde, qu’ils se révoltent, nous n’en voulons pas chez nous », « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde ».

Je ne suis donc pas persuadée que ce petit enfant de 3 ans, Aylan al-Kurdi, soit enfin le déclencheur d’un quelconque vrai combat en force contre le régime Assad et Daesh  !
Daesh ! un vrai problème qui ne date pas d’aujourd’hui. Et c’est quand même bien de la faute des pays occidentaux qui ont largement contribué depuis des années à la croissance du pouvoir de ces fous.
Entre ceux qui leur vendent des armes par le biais de l’Arabie saoudite, et ceux qui ont laissé les Imams radicaux manipuler les jeunes de banlieues, l’Etat Islamique a eu tout ce qu’il faut pour se renforcer d’une puissante frappe militaire terriblement dangereuse,  ainsi  que d’une troupe d’émules lobotomisés extrêmement cruels et barbares   !

Je ne sais pas ce qui m’indigne le plus : cette surenchère médiatique subite sur cette photo d’enfant mort alors que la guerre en Syrie qui déclenche ces vagues de réfugiés perdure depuis plus de 4 ans  ; les pays occidentaux qui ont contribué à ce que l’EI devienne une puissante armée de terroristes  aux ressources financières importantes ; l’UE qui a largement laissé faire dès le départ  ;  ou encore cette population canap/téléréalité qui n’a aucune conscience du drame que vivent ces gens qui fuient la guerre, la cruauté et la barbarie. Ils n’ont rien, plus rien, plus de maison, plus de boulot, plus de pays, plus d’endroit ou vivre, plus rien

En tous les cas demain, l’émotion passée, le flan va retomber, ce petit enfant sera probablement oublié, une autre actu occupera le Net, et surtout les gens bien planqués dans leur confort recommenceront à vomir leur haine contre l’arrivée massive des ces sinistrés.  Ainsi va la vie des réseaux sociaux et de l’info en continu !

Espérons que je me trompe…

Oups, v’là que je vous cause de radicalisation et d’endoctrinement, je suis folle!

Au tout début de l’année 2000, lors d’une fête de fin de formation à Saint-Ouen, un collègue de confession musulmane nous avait confié son inquiétude à propos de l’influence de nouveaux imams sur les jeunes de nos banlieues, notamment dans le 93 (oui j’habitais encore le 93 à Saint Denis à l’époque). Ces imams arrivaient du Moyen-Orient, et mon collègue ne comprenait pas pourquoi la France les avait laissé entrer, d’autant que pour lui ils étaient des terroristes que le Moyen-Orient ne voulaient plus. Et ce qui l’inquiétait encore plus, étaient que ces imams avaient commencé un travail d’endoctrinement sur les plus désœuvrés de nos jeunes pour les amener vers un islam radical.

A l’époque nous l’avions écouté sans trop comprendre. hein ? radical ? endoctrinement ? de quoi tu nous parles là ? Meu non ! Certes nos banlieues n’allaient pas forts, mais nous étions en France tout de même, et les religions des uns et des autres, on s’en fichait. Insouciants, nous préférions d’ailleurs ce soir là faire la fête tous ensemble plutôt qu’écouter ses angoisses.

Cependant ses propos sont restés dans ma tête. Et pendant toutes ces dernières années, rien qu’en voyant l’évolution du paysage islamique français, parce qu’il faut vraiment être aveugle pour ne pas s’en rendre compte, j’ai souvent pensé à lui. Il avait bien raison de s’inquiéter!
Sans que personne ne réagisse, des imams radicaux de la confrérie des Frères musulmans s’étaient bel et bien installés progressivement dans notre pays dans le but unique d’y implanter leur idéologie par tous les moyens, la «loi de Dieu» et l’état islamique. Petit à petit, doucement mais surement, à coup d’actions stratégiques sur le plan social et politique ; à coup de bourrage de crâne des plus démunis et des rejetés il faut bien l’avouer par la société française, le radicalisme s’est installé, la haine de l’autre par la même occasion, celle des non-croyants, des chrétiens mais surtout celle des juifs forcément complices des « porcs » sionistes israéliens. Dans la foulée, beaucoup de jeunes des banlieues sont devenus jihadistes. Endoctrinés, ils sont prêts à sauter sur toutes les occasions pour provoquer des émeutes, brandir le drapeau djihadiste lors des manif, ou pire encore, partir combattre avec ces terroristes islamistes et mourir pour une idéologies qui n’était pas la leur au départ. Et tout le monde de se voiler la face, c’est le cas de le dire…

Bref, comme le craignait mon collègue, face à la défaillance de tous nos gouvernements depuis des décennies la radicalisation a tranquillement fait son chemin. Et comme si cela ne suffisait pas, notre pays fricote allègrement avec le Qatar, financier des Frères musulmans et du jihad, qui lui poursuit sa mainmise sur nous via le sport et le commerce de luxe…

La question que je me pose quand-même est jusqu’où cette radicalisation islamique va-t-elle aller ? Jusqu’au grand pétage de plomb des populations qui en auront marre de perdre tous leurs repères occidentaux et d’entendre des discours haineux ? jusqu’aux attentats ? ou quoi ? Parce qu’il y a bien un jour où quelque chose va clasher ! non ? ou va-ton continuer à se laisser bouffer jusqu’au califat tant espéré par ces radicaux ?

Mais qu’est-ce que je vous raconte là moi ? je suis folle, je vais me faire lyncher à aborder un tel sujet aussi tabou !
Qu’est-ce que vous voulez ce climat ambiant avec cette majorité de français qui soutient aveuglément une certaine branche du jihad me met vraiment mal à l’aise et m’attriste, fallait que ça sorte. C’est fait !

Ah oui j’oubliais, un peu d’histoire avec un documentaire que je vous invite à prendre le temps de visionner jusqu’au bout, il est très instructif :

Pas vraiment rassurant n’est-ce pas ?

Les maires hors la loi ça suffit !

Ça suffit ces élus qui ne veulent pas respecter les lois en raison de leurs convictions religieuses.

Bon dieu ! Les convictions religieuses n’ont rien à faire avec les lois de la République !!

Notre pays est laïque, LAÏQUE ! Elle sert à quoi aujourd’hui la loi de 1905 relative à la séparation des Églises et de l’État ? Hein ? L’intrusion de la religion dans la sphère publique n’est pas acceptable !

A partir du moment où une personne est élue, elle doit appliquer et faire appliquer les lois de la République, que ça lui plaise où non, ou alors elle fait autre chose que de la politique. Elles ne sortent pas du chapeau bon sang ces lois ! Elles sont votées par l’Assemblée Nationale et le Sénat et validées par le Conseil constitutionnel.

Sérieux, ça suffit ces maires hors la loi, qui en plus donnent un très mauvais exemple aux citoyens quant au respect de la législation. 
Les convictions de chacun c’est une chose mais l’ordre public en est une autre. On ne peut pas vivre ensemble sans loi ni règle. Si tout le monde faisait comme eux, il n’y aurait plus de société, plus de vie en commun possible. Si toutes les religions présentes en France imposaient leurs lois en fonction de leurs croyances, on ne s’en sortirait plus.
On a un déjà un gros problème de respect des règles dans ce pays, si en plus les maires en rajoutent, c’est plus possible ! Leur exemple devient la porte ouverte à tout et n’importe quoi, des contestations les plus farfelues au refus d’obéir aux lois qui ne nous conviennent pas.

Mais qu’est-ce qu’ils veulent ces maires ? Que le pouvoir revienne à celui qui le prend par le refus des règles, la discrimination, la force et la violence. Que notre pays deviennent comme le Burundi, sans loi ni justice !

Ça suffit bon sang ! Il n’y a pas de chacun ses lois ! Quand on est représentant de l’État, d’accord ou pas d’accord, on applique ou on démissionne.

À Bollène, la maire Marie-Claude Bompard refuse de marier un couple de femmes.

Ce bon peuple de France !

Ce dernier dimanche va rester dans les mémoires de beaucoup, et comme d’autres j’ai été terriblement attristée par cette journée de manifestation contre le mariage gay.

Outre la récupération politique par la droite pour faire de l’anti Hollande,  j’ai été consternée par le fait que des gens puissent descendre dans la rue pour empêcher d’autres concitoyens d’obtenir les mêmes droits qu’eux. Ces mêmes gens, qui d’habitude ne bougent pas leur cul quand il s’agit de se battre pour défendre nos retraites, notre travail, ou nos acquis sociaux, n’ont pas hésité à manifester contre les droits des autres.

Libre à eux d’être contre, mais j’ai été sidérée par le décalage (le niveau) des arguments moyenâgeux d’aucuns par rapport à la réalité du monde qui nous entoure. Et surtout j’ai été choquée par la violence de certains slogans et  propos homophobes tenus (Voir les photos de Jacob Khrist – Photographe Reporter).

Loin du respect de la dignité humaine, ces gens se rendent-ils compte de la violence de leurs propos vis à vis des homosexuels ? Se rendent-ils compte à quel point ils sont insultants vis à vis d’eux ? De la part de ceux qui sont persuadés que l’homosexualité est une tare, j’en suis sure, ils voulaient faire mal !

Et dire que ces manifestants se déclarent être le bon peuple de France qu’il faut écouter !!! sic !

Quid alors de tous les autres qui pensent différemment, qui ne veulent surtout rien avoir à faire avec ces idées de répression et d’exclusion des non-hétérosexuels de tous âges ; quid de tous les autres qui sont pour le mariage pour tous, ou qui s’en fichent carrément ? sont-ils par opposition le mauvais peuple de France ? Ne sont-ils pas dignes d’être aussi écoutés !

D’ailleurs en quoi ça gêne que des couples du même sexe qui s’aiment souhaitent s’unir à la mairie ? On ne parle pas de religion là ! En quoi ça gêne qu’ils élèvent des enfants ? ce qui n’est d’ailleurs pas nouveau.
En quoi deux personnes du même sexe seraient-elles moins capables d’éduquer des enfants que des personnes de sexes opposés ou monoparentales homme ou femme ?
De quel droit d’autres personnes se permettent-elles de donner leur avis sur la capacité des homos à être parents. De quel droit peuvent-elles penser qu’ils seraient de moins bons parents ?

Quand je pense à tous mes amis gays et à ce qu’ils doivent supporter en ce moment,  franchement j’ai beaucoup de peine pour eux.

Bon sang les couples hétéros ne sont en rien des modèles parentaux. Il y a qu’à regarder autour de nous. Sont-ils donc aveugles ces manifestants d’un autre temps pour ne pas voir toutes ces familles de parents biologiques éclatées, et ces enfants ballotés ?

«Quand on voit la somme de malheurs, de névroses, de douleurs que peut engendrer la famille hétérosexuelle la plus traditionnelle, je me dis : au nom de quoi une famille homoparentale serait-elle pire ?»

Déclare Elisabeth Badinter dont le discours intelligent vaut le coup qu’on l’écoute en entier !

Quant à moi, électron monoparentale, pas spécialement pour le mariage, mais comprenant que d’autres préfèrent se marier, je suis une citoyenne du côté du mauvais peuple de France, parce que, non, je n’ai rien à voir avec ce bon peuple là qui a manifesté hier.
Et je suis pour l’amour, pour que les gens  qui s’aiment vivent leur amour librement. Je me fiche de leur sexe et de leur genre.
Et s’ils désirent se marier plutôt que se pacser, et bien ma foi qu’on leur laisse le choix de se marier. Qu’on les laisse fonder une famille, et apporter amour, éducation et soutien à leurs enfants ! voilà !

De toute façon, à l’instar des pays qui ont déjà franchi le pas, la loi sera votée, et tout le monde finira par s’habituer. Et cette manifestation restera dans les mémoires comme un souvenir affligeant.

ps : je ne parle pas là de PMA qui est bien sûr un autre sujet.

Vers la fin des avantages de la CCN51 pour les professionnels de la santé

Restrictions des coûts par ci, restrictions des coûts par là, personne n’y échappe, et les avantages sociaux disparaissent doucement mais sûrement les uns après les autres.

En ce moment ce sont les professionnels de la santé qui sont sur le grill.  Ils se battent pour garder leurs avantages sociaux.

En effet, la FEHAP (Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne – privés non lucratifs) a décidé, pour réduire ses coûts, de dénoncer sa convention collective, la CCN51, avec effet au 1er décembre 2012.

La CCN51, c’est la Convention collective nationale des établissements privés d’hospitalisation, de soins, de cure et de garde du 31 octobre 1951. Pas moins de 250 000 salariés en dépendent or la dénonciation englobe l’ensemble du système de rémunération et la totalité des grilles de classification. Ce n’est pas rien !

Si les tentatives de négociations entre organisations salariales et employeurs engagées depuis 1 an restent en l’état, c’est-à-dire au point mort, cela signifierait pour tous ces salariés une perte des avantages portant notamment sur les jours fériés, les promotions, la reprise de l’expérience professionnelle, le déroulement de carrière lié à l’ancienneté, les indemnités de départ à la retraite, de licenciement, et j’en passe.

Après 60 ans de convention, marche arrière toute donc, et retour au code de travail !

CCN51 explosion imminente !

Cependant il reste encore un petit espoir. La CFE-CGC Santé-Social veille au grain. Il s’agit de la Fédération Française de la Santé, de la Médecine et de l’Action Sociale qui rassemble tous les professionnels de la santé, de la médecine, du social et du médico-social autour de syndicats. Elle  dénonce cette situation de blocage provoquée par la FEHAP, et entend poursuivre les réunions de négociations pour maintenir l’actuelle convention collective au-delà de l’échéance du 1er décembre 2012.

 

Reste plus qu’à espérer que cette situation se débloque pour les professionnels de la santé.

Pour en  savoir plus, suivre la saga de « L’effroyable destin de la 51 » par la CFE-CGC : Dénonciation de la CCN51 par la FEHAP

Article sponsorisé

Enfin !

En 2007 j’ai été envahie par une profonde tristesse après le résultat des élections. Connaissant le sieur Sarkozy pour qui le principe de réussite ne passe que par la destruction des autres, et dont le seul intérêt est la promotion de sa petite personne, je voyais mal le quinquennat à venir.

Et j’ai effectivement très mal vécu ces 5 dernières années, d’autant que j’ai largement baigné dans le chômage.
Les français n’ont jamais été autant montés les uns contre les autres, et les chômeurs, montrés du doigt en permanence, en ont particulièrement souffert. Ça a été insupportable… Bref on ne va pas revenir là-dessus, le mal est fait, et les préjugés bien installés.
Il va falloir des années maintenant pour reconstruire une unité, et casser les certitudes.

J’ose espérer qu’aujourd’hui c’est enfin possible ! Que nous allons enfin nous serrer les coudes, tous, pour affronter cette crise dans laquelle nous allons de toute façon plonger.
J’ose espérer qu’enfin plus personne n’attisera la haine d’une partie de la population contre l’autre.
J’ose espérer qu’enfin nous pourrons discuter lorsque nous ne serons pas d’accord avec les décisions du gouvernement.
J’ose espérer qu’enfin le peuple sera écouté, consulté.
J’ose espérer qu’enfin les intérêts de l’État passeront avant les intérêts privés.
J’ose espérer qu’enfin l’étiquette républicaine sera respectée !

Finis les discours agités et crispants, les haines entretenues, les médisances colportées, les dérives dictatoriales, les ministres ras la moquette plus bêtes que leurs pieds, les manques de savoir vivre et d’éducation, les insultes, les manipulations de masse, les mensonges, la bassesse, la vulgarité, le paraître, le pouvoir du fric, l’injustice, le favoritisme, et autres petits complots…

Passons à autre chose. Reprenons de la hauteur. Revenons à l’apaisement, et surtout revenons à une politique au service du peuple. Enfin !

Et pour ça, oui, j’ai voté François Hollande !

Message aux médias & politiques qui déblatèrent sur les chômeurs

Purée plus je les écoute les uns et les autres parler du projet de referendum de Sarko, plus ça m’énerve ! A les entendre tous, on dirait qu’il y a des tonnes d’offres d’emploi, que ça pullulent dans tous les sens, et que les chômeurs font la fine bouche devant, et ne répondent pas aux offres.

Non, non, Médias, politiques, et tutti quanti, c’est pas comme ça que ça se passe dans la vraie vie. Je vous rappelle juste, puisque vous n’avez pas l’air de le savoir, que ce ne sont pas les chômeurs qui décident de leur embauche dans une entreprise, mais ce sont les employeurs ! oui oui !
Ce ne sont pas les chômeurs qui refusent les offres. Ce sont les employeurs qui décident s’ils convoquent ou pas à un entretien un chômeur qui a répondu à une offre. Et qui décident ensuite de son embauche ou pas ! et oui !

Le mec (ou la nana), s’il n’a pas le profil pile poil que veut l’employeur pour le poste (âge, sexe, origine, compétences et tralalala), même s’il a fait la bonne formation, même s’il montre toute la bonne volonté du monde, il ne sera jamais convoqué ! L’employeur a le choix, il ne reçoit pas qu’un CV. Encore une fois, c’est lui qui décide, pas le chômeur !

Alors arrêtez de dire n’importe quoi nom d’un chien, et d’inverser les rôles sans arrêt en faisant culpabiliser les gens qui n’ont pas de boulot et qui répondent aux offres ! Arrêtez d’envenimer cette histoire de referendum insensé, en attisant les jalousies mal placées de ceux qui ne savent pas encore ce qu’est le chômage. Vous allez finir par faire exploser les français entre eux !