Archives par mot-clé : plantes

Bébés d’Aloe vera devenus grands

Il y a un peu plus de 2 ans une connaissance m’avait donné 2 rejets d’Aloe vera de son jardin. Je les avais plantés dans le même grand pot pensant qu’ils allaient tenir un moment là vu leur petite taille, et je ne m’en suis quasi plus occupée.

Mais cette année il a bien fallu que je les sépare. Bébés devenus grands, tellement serrés, étouffés par des rejets, ils n’arrivaient plus à grossir.

Déjà l’année dernière, mes aloès commençaient à être serrés.

Donc voilà, aujourd’hui chacun son pot nettoyé des rejets.

J’ai quand même gardé un rejet que j’ai replanté dans un reste de terre. On ne sait jamais, vu le peu d’attention que j’ai porté aux deux autres, il peut très bien pousser aussi…

Et pour les autres, et bien il ne me reste plus qu’à les donner à qui veut.

En tous les cas le gel des feuilles est bien utile pour apaiser les égratignures dues à leurs piquants. J’ai badigeonné mes mains  toutes griffées avec et je ne sens plus rien.

Fin avril au balcon

Ca y est mon balcon est prêt pour affronter les premières chaleurs.

Les géraniums lierres ont remplacé les cyclamens ; quelques pots ont changé de place pour laisser respirer les plantes qui ont pris de l’ampleur durant l’ hiver ; les parasols sont installés prêts  à affronter les attaques des rayons du soleil, les premières fleurs de printemps pointent le bout de leur nez… et voilà !
2016-04-29 10.51.47

surmonbalcon2

Marché aux fleurs

Fin avril, ça y est c’est le moment. Vite direction le marché aux fleurs de la Mosson pour faire quelques emplettes pour amener un peu de couleurs sur mon balcon.

Ce marché est un plaisir pour l’œil. On a envie de tout acheter.

Marché aux fleurs de la Mosson
Marché aux fleurs de la Mosson

Cette année pas besoin de grand chose, j’ai acheté juste quelques géraniums lierres pour remplacer les cyclamens, et combler mes petits pots verticaux, des dipladénias pour étoffer un pot de grimpantes, et des impatients.

2016-04-26 14.45.23
Les courses
Sur mon blacon
Sur mon balcon

Le marché aux fleurs et aux plants de la Mosson à Montpellier est ouvert tous les mardis, toute la journée.

Y en a c’est les fringues, moi c’est les plantes

Je fais rarement du shopping, c’est pas mon truc et c’est même une corvée quand je dois m’acheter des fringues. par contre, je ne peux pas aller dans une jardinerie sans craquer, et là chez Botanic j’ai encore craqué !

Myrte rouge
Myrte rouge – Lophomyrtus ralphii Magic Drago

Heureusement il me restait encore un pot de libre sur le balcon.

20141205_081437
Oups il pleut !

Ceci dit je craque surtout pour les arbustes et les plantes avec des racines plutôt que sur les fleurs. Il ne me viendrait pas à l’idée par exemple de m’acheter un bouquet de fleurs, par contre un arbre pour mon balcon, sans problème !
Remarquez en y réfléchissant bien, si je fais une association de mots, avec « fleurs » je pense « fleurs coupées » et il me vient le mot « cimetière », et avec « arbre », il me vient le mot « vie »… Étrange non !? Ça vient peut-être du côté trop éphémère de la chose, allez savoir…

Quoi qu’il en soit ça ne m’empêche pas d’être ravie quand on m’offre de jolies compositions. Si si ! 🙂

Renaissance de mon lilas des Indes

Plus de 5 ans que mon lilas des Indes n’avait pas fleuri ! alors là ça vaut un billet ! Il est couvert de boutons qui commencent à éclore, magnifique ! J'avais perdu tout espoir, quant au fait de le revoir bourgeonner un jour. Et de ce fait l'envoi de fleurs était devenu pour moi une évidence face à mes piètres qualités de jardinière.

Comment ai-je fait pour lui redonner vie ? et bien l’année dernière je lui ai fait une coupe bien courte et j’ai recommencé en avril. Je ne l’ai même pas dépoté. Il est dans son pot d’origine depuis… 8 ans.

Mais surtout je l’ai sauvé d’une attaque de pucerons et autres parasites au printemps en le pulvérisant abondamment d’un mélange de savon noir liquide et d’eau. Ses feuilles étaient devenues toutes collantes enduites d’une substance brillante.

En plus d’être un pesticide naturel, le savon noir, dans ce cas, est d’une efficacité redoutable. Une cuillère à soupe dans un litre d’eau suffit.  Après vaporisation, j’ai massé le feuillage pour enlever le surplus de bestioles (oui oui). Ensuite la pluie de juin s’est occupée du rinçage.

Voilà le résultat :

ça valait le coup de m’en occuper, non ?