Archives par mot-clé : plage

Encore les Aresquiers

Un petit billet juste pour faire plaisir à un ami vigneron qui préfère quand  je parle de mes escapades à la plage des culs nus que des choses factuelles qui ne sont pas toujours des plus gaies.

Donc oui aujourd’hui j’étais encore aux Aresquiers à profiter des caresses des vagues et de la douceur du soleil de Septembre avec les touristes en moins.

Nage, marche dans l’eau, lecture, farniente, un petit moment de détente que j’ai terminé par un petit apéro à la guinguette de Sorito, ma petite pause d’après plage de l’été.

Voilà, je profite à fond de la mer tant que le temps le permet et que l’eau est bonne, et par la même occasion je profite de la magnifique vue du coin sur le canal du Rhône à Sète qui longe les étangs !

Les Aresquiers du matin

Une occasion de dormir aux Aresquiers me tombe dessus à 10h du soir pour profiter du lever du soleil, et hop je saute dessus. C’est mon côté dingo.

Comme j’adore me baigner dans la mer la nuit, j’en ai profité pour faire ma trempette de minuit. Ouais une trempette parce que l’eau était quand même un peu fraîche hier pour faire un grand plouf.

Mais quel pied de s’allonger ensuite dans le sable doux pour admirer le ciel étoilé jusqu’à s’assoupir.

Pour le lever du soleil, je l’ai un peu raté, j’étais encore endormie.

Par contre la plage des Aresquiers le matin de bonne heure, c’est vraiment top ! Que des locaux qui se connaissent, tranquillité, blablatage, siestage, trempage, bronzage… jusqu’à midi quand les touristes arrivent. Là on cède la place à la foule des estivants chargée de glacières et de parasols,  et allez hop à demain, nous on file au frais !

C’est la deuxième fois que je vais à la plage des Aresquiers tôt le matin, et franchement je préfère cette ambiance paisible à celle du soir des after workers où se glissent toujours quelques mateurs et dragueurs qui ont toujours le chic pour faire des remarques déplacées sur les piercings, tatouages ou autres originalités  des uns ou des autres.

Cette mer qui m’attire

Viens viens me susurre la mer, viens jusqu’à mes profondeurs et je t’envelopperai et te cajolerai de mes douces ondulations.

Laisse toi aller, laisse toi bercer, oublie tout, détend toi et laisse toi couler au fin fond de mes abysses où je te protégerai…
Deviens ma sirène et oublie tes peines, oublie tes peurs, oublie ce monde qui te fait du mal, oublie ce monde qui n’est pas le tien, et viens jusqu’à moi, je te transporterai dans un autre monde qui te rendra enfin heureuse et dont tu ne soupçonnes même pas  l’existence. Viens, je t’attends !

Rassurez-vous toute la paperasserie est prête si jamais la lubie me prend d’écouter l’appel de la mer…

Je rigoooole hein ! ce billet est du second degré, pas de panique !

Se baigner dans un petit coin de paradis #LacDuBourget

Hier avec l’aînée de mes petites-filles, nous sommes parties en exploration pour nous trouver un coin sympa où nous baigner.

Donc hop direction Aix les Bains…

Une petite halte au petit port, mais bof, la plage à côté ne nous inspirant pas, nous sommes reparties direction Brison-Saint-Innocent en longeant le lac du Bourget.
Et là, après avoir garé la voiture et traversé la voie ferrée…

Nous avons découvert notre bonheur à la pointe de l’ardre ! Une vue splendide, sur la dent du chat notamment, de la verdure pour s’étaler, des arbres pour l’ombre, une guinguette, des coins plage  spacieux et étroits…

Et l’eau, mais l’eau, d’une transparence ! en plus à bonne température, qui ne saisit pas, et idéale pour faire des longueurs ! Je me suis régalée !

Le hasard a même voulu nous amener là où une pirogue carolingienne a été extraite de l’eau aujourd’hui . On pouvait apercevoir le bateau du club de plongée avec les plongeurs en plein préparatifs (à droite sous l’arbre). D’ailleurs j’ai nagé par là…

Et pour ceux qui aiment les balades à pieds, tout est prévu pour découvrir le lac au fil de l’eau.

Nous reviendrons c’est sûr, et cette fois avec tout ce qu’il faut pour y passer la journée, sans oublier masque, tuba, et les chaussures spéciales galets !

Et qui sait, nous ferons peut-être même du pédalo !

Quand un mec tente de me draguer à la plage

Aujourd’hui je suis partie un peu plus tôt du côté des culs nuls. Bien que l’eau soit particulièrement bonne, le soir il fait vite plus frais et brumeux quand il y a des entrées maritimes.

Je me suis donc posée là tranquillou le corps libre, l’esprit libre, pour me baigner, lire, contempler et surtout me retrouver avec moi-même sereinement sans la moindre contrariété pour me perturber. J’ai un peu saturé d’ondes négatives ces derniers jours, il fallait absolument que je m’aère en solitaire.

Un bel éphèbe sur ma gauche agrémentait ma vue, mais plongée dans ma lecture, je ne l’ai finalement pas vu partir.
Puis lors de l’une de mes baignades un mec m’a abordée. Conversation anodine : « elle est bonne hein ? » me dit-il me tournant autour. « Oui vraiment très agréable« , et de plonger sous l’eau pour m’éloigner vite fait, bien fait pour couper court à la conversation, pas envie de discuter…

Je me replonge dans ma lecture, le temps passe, j’écoute le bruit de la mer,  je rêvasse,  je contemple un couple jouer au badminton dans l’eau , et le marin s’intensifiant, je me décide à plier bagage.

Contente, sur le chemin, je constate que je marche mieux. L’eau de mer m’est bénéfique. Je retrouve mon équilibre, et je me sens bien, détendue, reposée. Je trouve même que ma p’tite robe me va bien.

Je range mes affaires dans le coffre, monte dans ma voiture, et là le mec que j’avais vu dans l’eau au moins une bonne heure auparavant tape à mon carreau, « ça vous dit d aller boire un verre quelque part ?« .

Donc le type m’a guettée pendant tout ce temps jusqu’à ce que je quitte la plage et m’a suivie jusqu’à ma voiture ! heuuuu….

D’un côté me suis sentie flattée car il m’a vu dans mon plus simple appareil et je me suis dit « p’tain merde, serais-je donc encore désirable« . D’autant que je suis quand même restée des années sans qu’un homme daigne poser un regard sur moi, carrément transparente la gonzesse !
Et d’un autre côté, je me suis méfiée. hou là là danger, c’est sûrement  encore un mec qui chasse juste pour tremper son biscuit et bonsoir Clara.
Ça pullule ces bêtes là, et ça très peu pour moi ! Du coup je lui ai répondu poliment « Non merci, c’est très gentil, mais il est déjà 19h, faut que je rentre. Une autre fois peut-être, si on se recroise par hasard dans le coin…« . Et il est reparti dans ses 22.

Ah oui, comment il est au fait ? Ben… petit, brun, fin, bien… enfin vous voyez ce que je veux dire 😉 Pas mal quoi ! Mais bon j’ai pas accroché. Et puis un mec qui m’épie comme ça, et qui me suit jusqu’à ma voiture sans que je m’en rende compte, je ne l’ai franchement pas bien senti franc du collier celui-là.

Donc voilà suis rentrée gentiment toute seule à la maison. De toute façon, ce n’est pas le moment que je m’embarrasse encore avec des trucs qui font bobo à mon p’tit coeur, ou qui font me sentir sale après.

Se ressourcer à la plage des culs nuls

Après avoir passé une soirée terrible qui m’a fait rentrer chez moi en larmes au point d’avoir un accident,  et d’appeler au secours, il fallait aujourd’hui que je me retrouve, non pas telle qu’on l’on croit que je suis, mais telle que je suis réellement !

Alors hop direction la plage des culs nuls, tout enlever et me jeter dans l’eau pour me laisser bercer par les caresses de la mer pour me vider le cerveau.

Et hop une claque sur les seins, un massage vivifiant sur les fesses, plouf submergée par l’eau, et une bonne tasse bien salée, elles m’ont bien eu les vagues….

Rien de tel pour remettre les idées en place et remonter la pente. Les gens toxiques éliminés,  le cul dans l’eau, je vais bien, tout va bien !

Et plouf dans l’eau sous la pluie

Lasse de toutes ces merdes du moment, en dessous du dessous du dessous, limite de me jeter par dessus le balcon  (je déconne, enfin pas tant que ça), et là un pote de plage à eu l’heureuse idée de me proposer d’aller piquer une tête régénératrice dans la mer du côté de son petit coin privilégié.

S’en fout du temps, s’en fout de la pluie, s’en fout des sacs et des fringues trempés, s’en fout du sable qui colle partout, seuls au monde, on a pris un grand kiff !Les aresquiers

Et ben ça va beaucoup mieux ! c’est si bon d’être tarés à deux et de partager ces moments là…

Ah oui au fait l’eau est excellente, elle est à 24°.

La plage c’est cool aussi en octobre

Je me suis encore baignée aujourd’hui, si si. Et oui, la plage c’est cool aussi en octobre.  Il fait beau, l’air est encore doux, l’eau tourne autour des 20,21°. Alors pourquoi ne pas en profiter quand on n’est pas loin, surtout que la météo ne va pas tarder à se dégrader…

L’occasion aussi de revoir avec plaisir deux amies dont une habite en front de mer.

Mieux que des mots, des photos de la plage à Carnon est.

La plage c'est cool vue de chez Charlotte

La plage c'est cool à Carnon est La plage c'est cool quand L'eau est claire et bonne

La mer était vraiment agréable, j’y suis restée un bon moment.

 

La plage fin septembre, quel bonheur !

Des mois et des mois que je n’avais pas mis les pieds à la plage. C’est un comble quand on habite le Sud. Mais trop de chaleur et trop de monde l’été font que ça ne me motive pas vraiment d’approcher le littoral en cette période.

Et là, avec cette douce température qui nous a envahi en ce début d’automne, d’aller enfin remettre les pieds dans l’eau comme l’année dernière à la même époque m’a fortement démangée.

J’ai donc embarqué une copine, et hop  direction Palavas !

Quel bonheur ! Personne, pas un chat, une plage zen fraîchement nettoyée des déchets touristiques, une eau fraîche mais pas trop au point d’y rester mijoter plus d’1/2 h, le pied quoi !

Plage de Palavas

Nous avons juste été dérangées vers 16h par une petite classe, dont la maîtresse un  peu bécasse, au lieu d’emmener les enfants là où il y avait de l’espace  et il y en avait à revendre, les a entraînés pour jouer au cerf volant juste où nous étions étendues.  Comment dire ? L’instinct grégaire ? Et d’engueuler les enfants pour qu’ils ne nous dérangent pas ! Un peu connasse non ? Bref !

Après ça, petit apéro en ville, shopping, sardines, vin blanc … déconnexion totale !

Non n’avions vraiment pas envie de rentrer. Et puis l’excuse, nous étions tombées sur l’ouverture de la féria de septembre de Palavas, alors…

Chante les sardines