Archives par mot-clé : guibole

Ma première Montpellier Reine !

Ceux qui ont suivi ma guibole story sur ce blog (ou ailleurs) se souviennent à quel point, il n’y a pas si longtemps que ça, j’avais du mal à me déplacer. Toujours la canne à la main, j’avançais tant bien que mal, voir plus mal que bien et dans la douleur.

Depuis ma prothèse totale de genou, j’ai mis 4 ans pour arriver à marcher rapidement  à la plage sur une distance donnée sans quasi aucune douleur ; j’arrive même depuis cette année à faire des marches un peu plus longues et à grimper des escaliers difficiles en prenant mon temps, et surtout à les redescendre. Bon certes question équilibre c’est pas ça, mais je compose avec.

Montpellier Reine - Le T-Shirt
Le T-Shirt

 

Et aujourd’hui pour la première fois j’ai participé à la Montpellier Reine, course caritative de 4,5 km organisée en faveur de la lutte contre le cancer du sein.

On était 6000 sur la promenade du Peyrou,  des joggers, des marcheurs, des familles avec poussettes, des promeneurs, et j’en passe…. tout ça dans une ambiance bon enfant.

Bien sûr je n’étais pas parmi les coureurs, mais avec des marcheurs. Nous étions tellement nombreux que du coup, mes potes et moi, avons franchi la ligne de départ au moment où les premiers (les sportifs, les vrais) ont franchi la ligne d’arrivée. Mais bon qu’importe on l’a fait, je l’ai fait, et rapide en plus à défaut de courir !

Départ
Départ

J’ai tenu un bon rythme tout au long du parcours, bien respiré,  rien lâché dans les montées et les descentes, et à Montpellier elles sont vraiment hard je vous assure ! et j’ai tenu bon jusqu’au bout sans m’arrêter une seule fois ! Trop fière !  I did it !

Alors pour tous ceux fraichement opéré qui lisent ce blog, et qui m’envoient des messages angoissés pour savoir où j’en suis, tant leur récupération est longue et douloureuse, gardez espoir, et soyez patients, très patients. J’ai vécu cette marche rapide d’aujourd’hui dans la foule comme une petite victoire. Je venais de loin, très loin, et le retour a été long, très long, et comme dit mon ostéo, il y aura toujours des séquelles, des moments douloureux, mais il n’y a pas de comparaison possible.

ET je ne vais pas m’arrêter là. Objectif suivant: marcher le 13 juin le plus loin possible dans la foulée de Jean-Luc Loiseau, qui lutte, lui, contre l’obésité et le surpoids par la marche. 16 km sont au programme en partant de Villeneuve-Les-Maguelone. A suivre…

Adieu mon orthèse !

Ça y est c’est fait ! me suis enfin décidée à balancer ce truc !

Ma vieille orthèse

Ça n’a pas été sans mal depuis le temps que je la rentre et la sors du placard pour m’en débarrasser, mais cette fois c’est fait.

A la poubelle l’orthèse !

Je ne pensais pas que ça me ferait autant d’effet, mais j’en ai quand même eu ma larmichette d’émotion, comme si je balançais une partie de moi-même.

Faut dire que cette chose m’a tenue debout pendant plus de 10 ans. J’ai même dansé avec…

1998 à Saint Denis après un certain match…

Puis je l’ai laissée tomber petit à petit contre une canne, avant de finir avec une prothèse totale en 2009.

Moulée sur ma jambe, fabriquée par les établissement Neut, ça avait quand même couté une petite fortune, 5000 francs à l’époque. C’était pas rien. Certes pris en charge mais tout de même. C’est peut-être aussi pour ça que j’ai eu tant de mal à m’en séparer. Mais bon, je l’ai bien amortie. Et puis maintenant je marche beaucoup mieux avec ma mécanique à l’intérieur. ^^

Adieu donc mon orthèse, finalement je t’aimais bien tu sais !

Mon genou 3 ans après, révision des boulons

  • « Contractez que je vois… ben, contractez ! »
  • « heu suis à fond, à fond. »
  • « Relâchez… recommencez… huuummm, ça bouge pas beaucoup là dedans, » dit-il en me tapotant la cuisse. « Faites voir l’autre, contractez…  Ah oui quand même ! voyez la différence, là c’est dur ! » me montre-t-il en appuyant son doigt sur mon muscle qui celui-là est bien apparent.

Il tente ensuite de tendre ma jambe à la verticale, de la replier, de la retendre…  Des craquements et des claquements accompagnent le mouvement.

  •  « zavez la hanche qui claque en plus du genou. »  Gloc gloc répond-elle. « bon vous voyez  elle devrait venir là« , explique-t-il en mimant ma guibole avec son bras. « z’en êtes loin… Faites voir l’autre… ah oui c’est mieux. Vous voyez, celle-là, elle lève bien haut, et elle tend bien ».
  •  « Bon ! Vous êtes comme une ferrari, prête à faire vrombir votre moteur, mais vous avec encore un moteur de 2 chevaux dedans.  Y a encore du boulot  ! N’oubliez pas que vous revenez de loin, très loin. Marcher c’est bien mais ça ne muscle pas ! Va falloir travailler tout ça sérieux. » Conclut-il.

Et oui aujourd’hui c’était la révision des boulons après 3 ans de prothèse totale de genou. Alors ce petit billet est pour mes visiteurs(euses) dans le même cas qui atterrissent sur mon blog via Google parce qu’ils s’inquiètent de leurs douleurs persistantes après une PTG.

Alors faut pas rêver, plus on vient de loin, et c’est souvent le cas dans ce genre d’opération, plus on a perdu de masse musculaire, et plus c’est long à récupérer.  Une articulation du genou, fausse de surcroit, qui travaille toute seule sans soutien, c’est douloureux. L’appareil ligamentaire en prend plein la gueule pour pas un rond. Il ne faut donc pas s’étonner de ressentir des douleurs, surtout après une longue marche.

Il n’y a donc pas d’autres soluces que de travailler encore et encore ischio et quadri jusqu’à enfin récupérer  suffisamment de masse musculaire pour soutenir le bazar et ne plus avoir mal au moindre effort !

Bref kiné, kiné, kiné pour travailler sur les machines, et surtout patience et longueur de temps. Ça ne sert à rien de travailler en force.

Mon genou 5 mois après

Je sais qu’il y a quelques personnes qui sont intéressées par l’évolution de ma prothèse totale de genou, alors je fais un petit point 5 mois après.
Je ne l’ai pas fait à 4 mois, car il n’y avait pas grande différence depuis le point des 3 mois. En effet les douleurs permanentes ont commencé à disparaître seulement après 4 mois et demi, ne laissant que quelques douleurs résiduelles et ponctuelles. A partir de là de réels progrès sont apparus. C’est donc tout frais.

090623-genou.JPGAujourd’hui j’ai gagné 10 cm de flexion, j’en suis à 130°. Ce qui est énorme quand on sait que beaucoup ne vont pas plus loin que 120°.
Je ne prends quasiment plus ma canne, sauf ces derniers jours car, pas de bol, j’ai un gros souci d’oreille interne qui m’a fait interrompre la rééduc pendant une bonne semaine à cause de la perte d’équilibre, et des malaises que cela engendre… Le genou n’est donc plus la raison principale de la canne, même si je boite pas mal quand je fatigue.
Du côté des muscles, j’étais bien partie jusqu’à cette interruption pendant laquelle les quadriceps ont rapidement refondu. Mais comme maintenant ils réagissent, ils devraient très vite reprendre du peps. Il reste quand même une différence de 2 cm entre les 2 cuisses.
Le volume du genou est moins important. Des formes commencent à apparaître. Un écart d’1 bon cm 1/2 avec le genou sain persiste.

L’ensemble n’étant pas très esthétique, j’ai déjà eu regards et réflexions alors que j’avais remonté mon bermuda pour marcher dans l’eau.
Aaaah mais que c’est laid !
Et oui en plus des crétins des Alpes, il y a aussi les crétines de Montpellier. Alors si vous me recevez 5 sur 5 mesdames, c’est les choses de la vie, et personne n’est à l’abri, même les imbéciles !

Pour la suite, comme dit mon chirurgien, il ne faut pas rêver vu les antécédents. J’en ai encore pour plus de 6 mois pour que tout se remette en place, muscles, appareil ligamentaire, chairs etc… Et c’est pas demain que je vais me remettre à danser. Je verrai donc ça l’année prochaine. Chaque chose en son temps.

Ah oui, pour ceux qui croient encore qu’une prothèse totale de genou ou PTG consiste juste en un remplacement de la rotule, voilà un petit complément d’information :
La prothèse remplace les surfaces articulaires usées en respectant au mieux l’anatomie du genou. Elle est constituée de deux éléments métalliques (chrome cobalt). ils sont positionnés sur la surface du fémur et du tibia avec cales et quilles d’encrage. Entre ces 2 éléments est interposé un élément de glissement en plastique de très haute densité (polyéthylène). Bref c’est un service 3 pièces. Pour voir ce que ça fait dedans, have a look sur mon billet "mon genou 2 mois après"…

Promenade de santé au domaine de Méric

Aujourd’hui, vu le beau temps, je me suis prise par la main pour visiter un endroit que je ne connaissais pas du tout : le domaine de Méric.

C’est une magnifique propriété ayant appartenu à la famille du peintre Frédéric Bazille. Le parc est ouvert au public. Grand écran de verdure dans Montpellier, on y découvre des vergers, un espace de jeux pour les enfants, un grand champ réservé aux chiens pour qu’ils puissent s’ébattre, des chemins pour se balader..

L’endroit est idéal pour ma rééducation à la marche. Il y a des bancs partout pour se reposer, le paysage est superbe et les chemins sont très praticables.

090423-Meric1.jpg

j’ai même pu descendre jusqu’au Lez… Et puis c’est d’un calme, et ça sent si bon la nature !

090423-Meric2.jpg

Va falloir que j’y retourne au moment des coquelicots pour admirer le champ recouvert de rouge…

Mon genou 3 mois après

Voilà 3 mois aujourd’hui que je me suis faite opérer d’une prothèse totale du genou. Il est temps de faire un petit bilan :

090422-genou.JPGMon genou est légèrement moins enflé, mais il n’y a pas grande différence par rapport au mois dernier. Il est toujours aussi difforme.
Des douleurs globales restent encore permanentes. Elles sont parfois ponctuées de sensation de brulures, ou de pointes lancinantes à certains endroits. Mais c’est de plus en plus supportable car je prends moins souvent d’anti douleurs.
Par contre la marche est encore très pénible. Je sens la mécanique à l’intérieur, ce qui me donne des sensations de lourdeur, et une allure de robocop lors de mes déplacements.
La canne est toujours nécessaire pour supporter les piétinements dans les magasins, les balades un peu longues et les escaliers.

Question flexion, le degré n’a pas bougé en un mois. Il est au maximum de ce qu’on peut obtenir avec une telle prothèse cad 120°. Je pensais avoir gagné quelques degrés supplémentaires, mais non je ne fais pas encore partie des exceptions qui arrivent à plier jusqu’a 140° (fini le talon fesse et la prière du soir à genou 😉 ).
Côté extension, il manque encore un petit chouïa et c’est bon. Le quadriceps quant à lui, se réveille doucement. Et comme dit mon kiné, c’est ce qu’il y a de plus important, avec la diminution du volume du genou.

Et non, encore une fois, une prothèse totale de genou n’a rien à voir avec une prothèse de hanche. Il n’y a pas de comparaison possible.
Déjà c’est pas la même articulation. Et ensuite les consignes de rééducation, les complications s’il y en a, et les possibilités physiques après sont différentes.
Un genou est plus long à se remettre quelle que soit l’opération. C’est pas moi qui le dit, c’est un kiné ! D’ailleurs mon chirurgien m’a également prévenue que la rééducation allait être longue. Donc inutile de vous étonner si je ne galope pas encore, et si machin ou truc qui a eu une ou deux prothèses de hanche a récupéré plus vite que moi. Je suis complètement dans les temps question récupération de la mobilité et douleurs après ce type d’opération, surtout avec mes antécédents.

De toute façon chez le kiné je ne chôme pas, loin de là. J’ai plus de 10 ans de perte de force musculaire à récupérer sur une jambe. C’est du boulot. Aussi je m’applique. Et pour ça endurance et concentration sont devenues mes amies.
Alors ceux qui s’étonnent, s’il vous plait, arrêtez de comparer ma progression avec les prothèsés des hanches….. ou même d’autres genoux, ça m’agace sérieux. Laissez moi donc rééduquer ma guibole sereinement en fonction de mes propres capacités !

Allo, comment vas-tu ?

Non non, faut pas croire Abby, mon téléphone ne sonne jamais. Depuis 1 semaine demain que je suis rentrée de clinique, une seule personne m’a appelée pour savoir si j’avais besoin d’aide… Alors, j’ai fait un de ces bonds ! Et question mail guère mieux. Un grand merci donc à ces deux personnes.

Les autres, je vous rassure tout de suite, j’ai un peu déprimé au début de me retrouver toute seule d’un coup à la maison avec beaucoup de difficultés à me déplacer, surtout le 1er WE.
J’ai été très attristée de ne pas recevoir certains coups de fil qui m’auraient réchauffé le coeur. Mais peu importe, je comprends parfaitement que chacun a sa vie et d’autres chats à fouetter, surtout quand on est loin, même quand on est prêt d’ailleurs. Loin des yeux, loin du coeur, c’est bien connu.

Alors ça va je me débrouille. Comme je peux, mais je me débrouille.

Je fais mes courses après le kiné selon la force physique qu’il me reste. De toute façon je n’ai pas besoin de grand chose et je ne remplis jamais de caddy. j’étais déjà handicapée de la jambe avant, alors les courses je les ai toujours faites en fonction de ce que je pouvais porter et monter dans les escaliers. Donc, rien de changé, sauf que la douleur est encore bien présente en ce moment, et j’ai encore un peu de mal à marcher.
Mais ça va, je fais avec, et je me débrouille…

Le ménage, je verrai bien après, quand je pourrai le faire (aspirateur). De toute façon ça ne dérange personne à part moi. Alors ça peut attendre que j’aille mieux.

Et puis j’ai facebook qui me donne l’illusion d’avoir pleins de potes avec qui papoter. D’ailleurs certains me glissent même des petits mots de soutien…

Alors comment je vais ? Et bien merci, ça va je me débrouille. J’ai juste une petite pointe d’amertume, et des montées d’angoisse de temps en temps à la pensée du chômage qui approche à grands pas.

Mais sinon ça va, je me débrouille…[1]

Notes

[1] En fait ça va pas du tout… Mais bon, who care ?

De la tendresse, bordel !

Vous savez ce qui me ferait du bien, ce serait de pouvoir me blottir dans les bras de quelqu’un d’aimant qui me serrerait très fort pour me redonner courage, force et confiance quand je commence à perdre pieds.

Dommage cette personne n’existe pas…. du moins je ne l’ai encore pas encore rencontrée. Dis t’es où ?

Nom de dieu que j’ai mal à cette putain de jambe !

Mon genou 2 mois après

Dedans

090318-radiogenou.JPG

Propre, net, on voit mon vélo d’appart sur la radio de gauche, mais je vous rassure tout de suite, il n’est pas dans le genou, c’est juste un reflet…. 😉
Ce qui va être marrant , c’est que je vais biper dans les aéroports….

Dehors

090322-genou.JPG

Nettement moins joli. Ben oui vous croyez quoi ? Et puis c’est la cinquième opération, alors évidemment y a superposition de cicatrices.
Mais je m’en fout, après tout ce temps, ça fait 15 ans que j’en souffre, que ça me handicape, tout ça pour l’avoir violemment pété à l’âge de 14 ans (et vive le sport !). Alors, je vous assure, rien ne vaut la qualité de vie…

Ceci dit normalement encore 1 mois de douleurs et ça devrait s’estomper progressivement jusqu’à ce que le cerveau intègre la chose. Et puis la cicatrice devrait s’affiner aussi avec le temps, ainsi que le genou, si je ne la colle pas au soleil comme une conne bien sûr. Pour ça j’ai prévu des grands sparadraps étanches pour pouvoir marcher dans l’eau.

Rentrée maison

Ah quel bonheur ! 🙂
Vous ne pouvez pas savoir combien ça a été agréable de prendre l’apéro sur mon balcon avec Abby après 2 mois d’enfermement ; d’ouvrir les parasols ; de déjeuner dehors au soleil ; et surtout de laver enfin mon linge à la machine !
Faut dire que j’en avais un peu marre de faire la lessive dans une espèce de lavabo pas du tout adapté pour. Et le séchage je ne vous raconte pas, et puis c’était fatigant merde…. 3 machines il a fallu pour enlever toute cette odeur d’hôpital, mine de rien j’en avais du bazar.

Bon pour les courses on verra demain parce que mémère, elle est peut-être libérée, mais pas encore apte à tout faire d’un coup. Encore très beaucoup bobo genou… Alors ce soir, le dîner ça sera thé et mes petits beurre LU arrivés par Colissimo, plus une poignée de cachets comme dab. 😉
De toute façon ça m’a un peu brassée ce déménagement, alors j’ai pas très faim.
Enfin j’ai pas pu m’empêcher de jardiner un peu quand même, tellement j’étais contente de retrouver mon balcon, et toutes mes petites affaires. D’ailleurs j’ai déjà tout rangé, pas raisonnable que je suis.

Donc la clinique c’est fini et lundi j’attaque la suite chez un kiné. Et je purge le retard de courrier. Retour à la réalité, aïe, aïe aïe….

Tiens au fait ma voiture a démarré au quart de tout, trop mignonne ma fifille… J’avais une petite crainte pour la batterie, mais non aucun souci.

Petite remarque en passant : c’est pas parce que je suis rentrée à la maison, que je suis guérie, que j’ai plus mal, et que je peux me débrouiller toute seule, loin de là….