Archives par mot-clé : enfants

Aujourd’hui 7 juin l’aînée de mes petites-filles a 18 ans ❤

Ah là là, ça me fait tout chose ! Je crois que je n’arrive même pas à réaliser tout ce temps qui a passé.
Je me souviens encore de ce beau poupon tout rond et si cool ! J’en ai une larmichette d’émotion à la pensée de ce moment de bonheur quand tu es née. Fière la grand-mère si si !

18 ans merde !

Un bonheur de petite-fille douce et attentionnée, mais attention une vraie tueuse au hand-ball !
Et maintenant en train de passer le bac (cross the fingers) ! le permis de conduire ça c’est fait du 1er coup ! Même qu’elle va pouvoir voter la grande ! Ouais enfin ça c’est moins drôle avec les branquignoles qu’on se farcit…

18 ans !

Ah ben dis donc, ça fiche un coup de vieux à tes parents ça, hinhin !!!  (non moi ça va ;))

Bon anniversaire ma chérie, il parait que maintenant t’es adulte (moi je ne le suis pas encore tout à fait, mais surtout ne le répètes pas ;))

Je te souhaite tout le bonheur du monde pour toutes les années encore à venir, fais ce qui te passionne, et profite de cette belle journée.

Je t’aime très fort ma chérie !

10 ans plus tard, 39 et 36, file la vie…

Il y a dix ans je souhaitais un bon anniversaire à mes enfants sur ce blog, 29 ans et 26 ans. 10 ans déjà !

Et je suis encore là à leur souhaiter de nouveau un bon anniversaire et beaucoup de bonheur avec pleins de  dedans.

Mazette 39 ans et 36 ans !! ça frôle la quarantaine ce petite monde. Je n’en reviens pas.  Parfois ça m’espante tellement que je compte même sur mes doigts pour être sûre de ne pas me tromper.  Oui oui ils ont bien 39 et 36 !

Et dire que je vais changer de dizaine la semaine prochaine ! Et oui !

Pfiou que la vie file, file…

Ce bon peuple de France !

Ce dernier dimanche va rester dans les mémoires de beaucoup, et comme d’autres j’ai été terriblement attristée par cette journée de manifestation contre le mariage gay.

Outre la récupération politique par la droite pour faire de l’anti Hollande,  j’ai été consternée par le fait que des gens puissent descendre dans la rue pour empêcher d’autres concitoyens d’obtenir les mêmes droits qu’eux. Ces mêmes gens, qui d’habitude ne bougent pas leur cul quand il s’agit de se battre pour défendre nos retraites, notre travail, ou nos acquis sociaux, n’ont pas hésité à manifester contre les droits des autres.

Libre à eux d’être contre, mais j’ai été sidérée par le décalage (le niveau) des arguments moyenâgeux d’aucuns par rapport à la réalité du monde qui nous entoure. Et surtout j’ai été choquée par la violence de certains slogans et  propos homophobes tenus (Voir les photos de Jacob Khrist – Photographe Reporter).

Loin du respect de la dignité humaine, ces gens se rendent-ils compte de la violence de leurs propos vis à vis des homosexuels ? Se rendent-ils compte à quel point ils sont insultants vis à vis d’eux ? De la part de ceux qui sont persuadés que l’homosexualité est une tare, j’en suis sure, ils voulaient faire mal !

Et dire que ces manifestants se déclarent être le bon peuple de France qu’il faut écouter !!! sic !

Quid alors de tous les autres qui pensent différemment, qui ne veulent surtout rien avoir à faire avec ces idées de répression et d’exclusion des non-hétérosexuels de tous âges ; quid de tous les autres qui sont pour le mariage pour tous, ou qui s’en fichent carrément ? sont-ils par opposition le mauvais peuple de France ? Ne sont-ils pas dignes d’être aussi écoutés !

D’ailleurs en quoi ça gêne que des couples du même sexe qui s’aiment souhaitent s’unir à la mairie ? On ne parle pas de religion là ! En quoi ça gêne qu’ils élèvent des enfants ? ce qui n’est d’ailleurs pas nouveau.
En quoi deux personnes du même sexe seraient-elles moins capables d’éduquer des enfants que des personnes de sexes opposés ou monoparentales homme ou femme ?
De quel droit d’autres personnes se permettent-elles de donner leur avis sur la capacité des homos à être parents. De quel droit peuvent-elles penser qu’ils seraient de moins bons parents ?

Quand je pense à tous mes amis gays et à ce qu’ils doivent supporter en ce moment,  franchement j’ai beaucoup de peine pour eux.

Bon sang les couples hétéros ne sont en rien des modèles parentaux. Il y a qu’à regarder autour de nous. Sont-ils donc aveugles ces manifestants d’un autre temps pour ne pas voir toutes ces familles de parents biologiques éclatées, et ces enfants ballotés ?

«Quand on voit la somme de malheurs, de névroses, de douleurs que peut engendrer la famille hétérosexuelle la plus traditionnelle, je me dis : au nom de quoi une famille homoparentale serait-elle pire ?»

Déclare Elisabeth Badinter dont le discours intelligent vaut le coup qu’on l’écoute en entier !

Quant à moi, électron monoparentale, pas spécialement pour le mariage, mais comprenant que d’autres préfèrent se marier, je suis une citoyenne du côté du mauvais peuple de France, parce que, non, je n’ai rien à voir avec ce bon peuple là qui a manifesté hier.
Et je suis pour l’amour, pour que les gens  qui s’aiment vivent leur amour librement. Je me fiche de leur sexe et de leur genre.
Et s’ils désirent se marier plutôt que se pacser, et bien ma foi qu’on leur laisse le choix de se marier. Qu’on les laisse fonder une famille, et apporter amour, éducation et soutien à leurs enfants ! voilà !

De toute façon, à l’instar des pays qui ont déjà franchi le pas, la loi sera votée, et tout le monde finira par s’habituer. Et cette manifestation restera dans les mémoires comme un souvenir affligeant.

ps : je ne parle pas là de PMA qui est bien sûr un autre sujet.

De l’éducation de nos enfants…

Du « casse toi pauv’con » au « vas te faire e—–r », du comportement irrespectueux des uns aux attitudes désinvoltes des autres, des commérages futiles à l’intérêt du paraître avant l’être, devant tous ces gens jusqu’au plus haut niveau de l’État qui sont aussi mal éduqués, et qui sont en plus sur-médiatisés, comment peut-on aujourd’hui être encore crédible auprès de nos enfants quand on leur demande de se comporter convenablement en société ?

On leur envoie chaque jour en pleine face des exemples à l’envers de toute bonne éducation. Il n’y a plus aucune limite, même l’infranchissable est franchi.

Il ne faut pas s’étonner ensuite de leur vulgarité et de leur manque de respect envers tout, que ce soit de l’humanité, de l’autorité, ou encore de l’environnement !
Ils prennent tout simplement exemple sur ce qu’ils voient au quotidien.

Alors essayer d’inculquer des valeurs aux enfants, comme la politesse, la citoyenneté, et l’altruisme, devient carrément mission impossible.

La mission est d’autant plus difficile que beaucoup de parents ont eux-mêmes grandi sans éducation, ces fameux enfants roi devenus aujourd’hui adultes. Ils sont donc bien incapables de transmettre des valeurs, et de donner des limites à leurs enfants, puisqu’ils n’ont reçu aucune règle de savoir-vivre en société.

Bref, question éducation des enfants on est sacrément mal barré. Et si personne ne redresse la barre, ne serait-ce que sur tout ce qui est médiatisé, nous allons continuer à nous enfoncer dans ce monde rempli d’individualisme et de violence, jusqu’à atteindre une sauvagerie sans foi, ni loi.

Décidément, je n’aime pas la tournure que le monde prend !

Vague à l’âme automnal

Aujourd’hui c’est la Toussaint et ce jour me laisse bien mélancolique. Non pas parce que c’est le jour des morts, mais plutôt parce que la Toussaint était autrefois une période où je partais en Savoie pour passer quelques jours avec mes enfants.
C’était l’occasion de fêter nos anniversaires d’octobre tous ensemble, et plus tard celui de ma petite-fille de début novembre…
C’était aussi l’occasion de rendre quelques visites pour me recharger en châleur humaine… et surtout pour retrouver quelques bons copains d’enfance avec qui partager joies, peines et souvenirs autour d’un bon gorgeon.
J’en profitais également pour me balader sur les routes de mon enfance, afin de me ressourcer et me remplir les yeux des couleurs automnales. J’allais aussi me recueillir auprès de ma petite cousine par alliance partie trop tôt, dont la disparition a changé bien des choses dans le cours de ma vie…

image de la Baraterie 07 11 2004

Aujourd’hui, la distance qui me sépare de ma petite famille est moins importante en km, mais mes moyens, tels une peau de chagrin, rétrécissent chaque année un peu plus… Alors voilà plusieurs années qu’il ne m’est plus possible de franchir cette distance en ce trimestre toujours plus difficile… 6 ans déjà !
Aussi j’ai du vague à l’âme… L’ambiance familiale, les copains, les odeurs et les couleurs automnales, la froidure du temps, tout ça me manque..

J’irai peut-être pour Noël… Je dis çà tous les ans… sinon ça sera au printemps, période plus facile…

Flânerie et p’tites douceurs à Chambé avec fifille

Aujoud’hui avec fifille on s’est fait une p’tite virée tranquillos en tête à tête comme on les aime. Les petites à la cantine, son mec au boulot, nous en avons profité pour aller trainer à Chambé.
Nous avons commencé par nous faire un p’tit restau. D’ailleurs nous avons eu un peu de mal à trouver quelque chose d’ouvert, et tous les plans que j’avais étaient foireux. Mais bon, nous nous sommes quand même régalées au Café de Paris…
Puis nous avons trainé les boutiques, essayé des fringues de ci de là, des parfums par ci, par là, pchiitttt, surtout moi d’ailleurs, que fifille courait devant tellement j’embaumais. Bref rien que des trucs de filles. Ces moments si rares qu’on apprécie tant…
Et nous avons bien sûr gardé le meilleur pour la fin.

Fidèle Berger

Et ouais, nous ne pouvions pas passer une journée à Chambé entre filles sans passer au Fidèle Berger, non seulement pour nous offrir de délicieux macarons pour le gouter, mais aussi pour acheter un Saint Anthèlme pour le dessert du soir.
Le Saint Anthelme c’est Le gâteau des anniversaires de mon enfance, celui de mes 15 ans, celui des 1 an de fiston… Le dessert qu’on ne mange que pour les grandes occasions. Le dessert qu’on ne trouve qu’à Chambéry et qu’au Fidèle Berger.
Ce qui est fabuleux c’est que le Fidèle Berger existe toujours ainsi que le gâteau.

Saint Anthelme

Pour la petite histoire, en 1957 M. Pitaud, alors pâtissier au Fidèle Berger, décida de créer un gâteau. Il fit gouter ses essais à la Comtesse de Buffet, la châtelaine de Chignin. Une fois d’accord sur la recette, ils baptisèrent le gâteau du nom de la Chapelle du château de la Comtesse : Saint Anthelme.
Ce gâteau est réalisé à partir d’une meringue aux amandes, fourrée d’une crème pralinée nougatine. La recette est restée inchangée depuis sa création. Voili, voilou… hummm, trop bon !

Au fait, dans la foulée des douceurs chambériennes, saviez-vous que la truffe en chocolat fut inventée par Louis Dufour, un pâtissier du coin, le soir de Noël 1895 ?

Et voilà, Noël c’est fini, elles sont parties

Pour le premier Noël loin de chez elles, elles craignaient que le Père Noël ne sache pas où les trouver. Alors nous leur avons expliqué qu’il sait toujours où les enfants sages sont. Elles ont suivi le début de la tournée du Père Noël à l’est… verre de laitJ’ai préparé un verre de lait et une assiette de biscuits au gingembre pour l’accueillir, sans oublier de laisser la porte du balcon ouverte pour qu’il puisse entrer. Elles se sont couchées rassurées avant qu’il n’arrive.

Dans la nuit il est effectivement passé. Il a bu le lait, mangé quelques biscuits et déposé les cadeaux. Il a même laissé une poignée de papillotes sous le sapin pour amuser le chat…

NoëlLe matin de Noël, elles se sont levées très tôt pour découvrir leurs cadeaux… A leur grande joie, pour leur premier Noël ailleurs, le Père Noël ne les a pas oubliées. Moi non plus d’ailleurs, il même pensé à m’apporter un cadre photo numérique pour avoir toujours leur jolie frimousse près de moi.

Et voilà, aujourd’hui elles sont parties…

départ des filles

Ce fut un Noël tout simple, sans folie alimentaire, ni beuverie, et ce fut un joli Noël parce que la clochette d’argent sonne toujours dans leur coeur.
Puissent-elles croire encore longtemps en la magie de Noël…