Archives par mot-clé : cinéma

Au Hell’s Club, des personnages célèbres encore et encore !

Au Hell’s Club, la nouvelle boîte branchée de Hollywood,  ils sont tous là, les plus grands personnages de fiction, hors du temps et de toute logique, un  truc de dingue !

Sur le dancefloor  interagissent dans une histoire de fou De Niro, Sharon Stone, Michael Douglas, Terminator, Tony Montana, Tom Cruise, Travolta, le Mask, Cameron Diaz, Austin Power,  Darth Vader, Robocop, Michael Jackson, et j’en oublie…  Escalade de l’action jusqu’à la fin tragique, je n’en dirai pas plus. Have a look, le résultat est bluffant ! C’est juste un incroyable et très brillant travail de montage.

Ce mash-up génial de détails, mélangeant ingénieusement les scènes de night-club cultes des plus grands films est  l’oeuvre de Antonio Maria Da Silva, excellent réalisateur, génie dans la création de mash-up.
J’ai eu l’honneur et l’avantage de le rencontrer au Festival de Romans en 2007, 1er festival de la création sur Internet.

Hier c’était cinoche avec Canet

C’est relativement rare quand j’y vais, ça vaut donc le coup que je le signale. Hier je me suis fait ma petite sortie cinoche toute seule, peinarde, en semaine en plus !
Même pas on m’a offert la place, j’ai payé plein pot et boudiou que c’est devenu cher mais cher le ciné maintenant ! J’y suis quand même allée et me suis même fait la totale avec le sketch popcorns histoire de marquer le coup.

Je me suis installée au fond, et là me suis retrouvée cernée par deux couples. A droite ça allait, mais à gauche ça virait à l’indécence, et que je te roule des pelles bruyamment, et que je te tripote, et que la nana se vautre sur le mec sans discrétion… ils m’ont presque gâché mon film les bouillants du cul, surtout qu’il était prenant (le film) et les bruits à côté était vraiment dérangeants.

Bref le plantage du décor fait, alors c’était quoi ce film ?

Et bien suis allée voir en avant première « La prochaine fois je viserai le coeur » de Cédric Anger avec Guillaume Canet, et ils étaient là tous les deux en fin de séance.

Affiche_laProchaineFois

L’histoire est tirée d’un fait divers des années 78-79, l’affaire Alain Lamare, le gendarme tueur à la double personnalité. J’ai accroché dès le début, l’atmosphère pesante, angoissante, la personnalité à la limite de la schizophrénie du personnage principal, et ouch Canet dans ce rôle est franchement flippant, à fond dedans !

Bref j’aime bien ce genre de film, donc pas déçue.

Pour les enfants hospitalisés ou handicapés, #1Blog1Séance !

Découverte via le blog de Cécile, voilà une chaine de solidarité lancée par PriceMinister Rakuten pour soutenir « Les Toiles Enchantées » à laquelle j’ai plaisir à participer.

« Les Toiles Enchantées », pour ceux qui ne connaissent pas, est une association qui offre gracieusement aux enfants et adolescents hospitalisés ou handicapés des séances de cinéma dans leur établissement. Les films sont ceux qui sortent en salles. Ils sont parfois même projetés en avant-première en présence des comédiens ou des réalisateurs.

PriceMinister Rakuten invite donc les blogueurs à participer à l’opération #1Blog1Séance, et s’engage pour chaque participation à faire un don de 15€ aux Toiles Enchantées.  Grâce à ce don, l’association peut offrir une séance de cinéma à 3 enfants hospitalisés ou handicapés.

Comment faire pour participer ? Simple, il suffit de parler de l’opération, de  répondre à une mini interview, et de communiquer le lien du billet à la personne qui va bien chez PriceMinister Rakuten.

#1Blog1Séance

Alors vous aussi, pour que ces enfants puissent continuer à profiter des films à l’affiche sur grand écran comme au cinéma,  je vous invite à participer à #1Blog1Séance et/ou encore à faire un don. L’opération dure du 03/02 au 28/02.

Et voici mon Interview cinéma & enfance

Quel est votre premier souvenir du cinéma ?

Sans aucun doute c’est la belle et le clochard. Je ne sais plus quel âge j’avais, ni où c’était. En tous les cas j’ai adoré cette toute mignonne histoire d’amour entre Lady et le Clochard. D’ailleurs  je crois bien que c’est la première love story que j’ai vu, et depuis je craque devant toutes les histoires d’amour, une vraie guimauve.

Quel est selon vous le meilleur film pour enfants de tous les temps ?

Je n’ai malheureusement pas vu beaucoup de film pour enfants, il m’est donc difficile de répondre objectivement mais j’en citerai un qui m’a profondément marquée.
Il s’agit de « l’incroyable randonnée » produit en 1963. Le remake, sorti en 1991, s’appelle « l’incroyable voyage ». Je suis bien sur allée le voir avec mes enfants, et j’ai ressenti autant d’émotion qu’avec la première version.
C’est l’histoire de 3 animaux, Chance le jeune chien fou indiscipliné, Shadow le vieux chien au bout du rouleau mais plein de sagesse, et Sassy la malicieuse chatte. Mis en pension dans une ferme, ils se sont crus abandonnés et sont partis ensemble pour un très long voyage à la recherche de leurs maîtres. Durant ce périple, ils vivent toutes sortes d’aventures, ils apprennent à survivre ensemble en s’entraidant, se soutenant, et chacun s’adapte à la personnalité de l’autre malgré les différences. C’est une belle leçon de « vivre ensemble », et de solidarité. Je ne vous raconte pas la fin mais ce sont les gros sanglots garantis à chaque fois.
Franchement j’adore ce film. Il est très touchant et très émouvant !

Une machine à voyager dans les films vient d’être inventée. Vous avez la possibilité de vivre les aventures d’un de vos héros cinématographiques d’enfance, dites nous qui ?

Mary Poppins sans aucun doute !!! Chanter, danser, se déplacer dans les airs, tout régler d’un claquement de doigts ! oh oui, le rêve quoi !

Dites nous en une phrase pourquoi vous aimez les Toiles Enchantées !

Parce qu’elles amènent un moment d’évasion aux enfants hospitalisés ou handicapés grâce à la magie du cinéma !

« Au-delà » m’a bouleversée

affiche Au-delaJ’ai eu la chance ce matin d’avoir une place gratuite pour aller voir « Au-delà » le dernier film de Clint Eastwood. Et je vous avoue, j’en suis sortie quelque peu bouleversée. J’ai même mis un moment à atterrir…

Je n’ai absolument pas lu les critiques avant pour ne pas être influencée par quoi que ce soit. Deux personnes m’ont juste dit qu’elles n’avaient pas aimé du tout parce que trop de longueurs.

Je n’ai pas suivi la promo non plus, je ne savais donc pas grand chose du film, à part qu’il ouvre une réflexion sur la vie et la mort, et surtout la vie après la mort, en abordant un sujet sensible comme l’expérience de mort immédiate.

J’y suis vraiment allée  l’esprit totalement ouvert, sans a priori pour rentrer dedans à fond !

Et bien je dis bravo Clint Eastwood, fallait oser traiter un tel sujet aussi tabou que la mort surtout dans notre culture européenne ! Et il l’a fait avec délicatesse, émotion et élégance. Ce film c’est de la dentelle !

Je me suis littéralement laissée emporter par ces 3 destins totalement différents qui se rejoignent pour tenter de trouver des réponses, la journaliste française rescapée du tsunami, dont je n’oublierai pas la séquence de si tôt, le gamin anglais dont le jumeau se tue accidentellement, et le quadra américain qui a le don de parler aux morts.

Pour moi il n’y a pas de lenteur dans ce film. Au contraire, Clint Eastwood a parfaitement filmé la solitude des personnages, et l’incompréhension totale des autres face à leur histoire. Matt Damon, tout en retenu dans son rôle de médium, est bouleversant. La détresse du petit garçon en quête de rentrer en contact avec son frère défunt est palpable. Marie avec sa vie qui bascule, et son envie d’écrire sur son expérience nous amène à réfléchir.

Les moments d’émotion sont tellement forts parfois que je n’ai pas pu retenir ma larmichette. Les moments d’humour ne sont pas en reste non plus, comme la séquence des charlatans du milieu de la voyance, ou encore celle du blind-test gastronomique troublante d’érotisme.

Clint Eastwood n’apporte aucune réponse dans ce film, il ne peut y en avoir. Il nous amène juste le sujet de la mort, ou plus exactement de la vie après avoir côtoyé la mort, sur un plateau avec tact ; à nous de nous poser tranquillement pour le recevoir et nous ouvrir à une réflexion…

Pour avoir eu l’expérience de certaines choses au cours de ma vie, ce genre de truc dont on n’ose pas parler à moins de passer pour une dingue, ce film m’a vraiment bouleversée ! Bref j’ai aimé…

Ceci dit je ne pense pas qu’il soit pour tout le monde. Amateurs de films d’action, au rythme soutenu, ou d’effets spéciaux s’abstenir…

« Tellement proches », un drôle de boxon familial

Hier, grâce à une invitation de cinefriends via François Gombert que je remercie 🙂 , je suis allée voir en avant première « Tellement proches« , une comédie d’Eric Tolédano et Olivier Nakache avec Vincent Elbaz, Isabelle Carré, François-Xavier Demaison, Omar Sy, Joséphine de Meaux, Audrey Dana etc.

Comme j’aime bien les surprises, je n’avais strictement rien lu avant de voir le film. Je ne savais donc pas du tout ce qui m’attendait.
Bonne surprise, j’ai commencé par ricaner dès le départ devant cette famille dépassée par leur môme hyperactif casse pieds qui accumule les conneries chez Ikéa… le bazar entassé dans la voiture, la poussette oubliée sur le parking, retour, la pluie qui tombe, le coffre qui ne ferme pas… ça démarre vite, très vite et le rythme reste soutenu tout le long du film…
D’un côté les parents laissez-les vivre, surtout le papa ancien GO qui a du mal à descendre de sa montagne ; de l’autre les parents aux enfants parfaits, gagas devant leur singe savant de fille ; la soeur célibataire toujours en colère de ne pas être casée comme son frère et sa soeur ; le sketch quand elle flash sur un beau grand black ; le dîner de famille avec tout ce petit monde ; la comptine « clip, clap, clip, cla-ap » ; l’histoire de l’architecte aux choux fleurs ; la dérive, Bolliwood chez les uns, Jérusalem chez les autres ; le grand-père ancien coiffeur qui se met du talc sur les épaules pour faire croire qu’il a de vrais cheveux ; le regard attendri du p’tit gars infernal devant Pipo de Chamonix…
Mais je ne vais pas tout vous raconter, juste vous dire que c’est une comédie sur la vie de deux soeurs et un frère, de leurs conjoints, progénitures et entourage, indéscotchables quoiqu’il arrive ; un film plein d’humour et d’émotion avec du rire, des larmes, de la colère, mais surtout beaucoup d’amour… la vie quoi !

j’ai ri, beaucoup.. j’ai même larmoyé jusqu’à me moucher bruyamment… si si !

La sortie c’est le 17 juin, allez le voir, c’est du pur bonheur, et ça fait du bien !

Mes tchouneries cinématographiques

Et voilà, il suffit que je pleurniche d’émotion sur les serpillères d’or de Chou, que toc, elle me tag pour que je sorte les 3 films qui me font le plus larmoyer, snifff.
Dur dur, déjà que je suis la reine des pleurnichardes devant l’écran, une vraie pisseuse des noeils, j’vous dis. Il suffit juste d’un peu de sentiments, d’émotion, et ça part… J’en ai donc pas mal sous le coude.

Comme Chou a déjà donné une serpillère d’argent à la route de Madison, durant lequel j’ai usé un paquet de mouchoirs en papier, je n’en remets pas une couche, c’est pas la peine. Je vais donc remonter un peu dans le temps de mes tchouneries cinématographiques pour changer un peu de ceux dont on a l’habitude de parler aujourd’hui.

  • Pour ce qui est de ma première serpillère à moi, quand j’étais toute pitite, qui m’a bien fait pleurer à chaudes larmes surtout à la fin, c’est « l’incroyable randonnée » produit en 1963 par les studios Disney.
    Plus tard, quand j’étais plus grande, oui parce que j’ai un peu grandi, même si certains en doutent, j’ai emmené mes enfants voir le remake intitulé  » l’incroyable voyage« , dont extrait de la fin ci-dessous. Et rebelote ça marche à tous les coups, même aujourd’hui, gros sanglots à la fin…

Extrait de la fin de « l’incroyable voyage »
  • Mon second film, plus dur mais émouvant à pleurer, « le vieux fusil » sorti en 1975 avec Philippe Noiret et Romy Schneider. Là c’est c’est des torrents de larmes que je lâche à chaque fois que je le vois…

  • Et la troisième serpillère qui me vient à l’esprit, c’est bien sûr l’indécrotable « Love story » sorti en 1970. Et là c’est pas des torrents, mais des océans de larmes qui m’envahissent. Tiens rien que d’y penser et de revoir la fin je tchoune… ;-(

last scene of love story

Voilà c’est balin, j’ai un rube baintenant… où sont bes kleeeeeeneeeeexxxeuuuuu ?

Pesticides, encore et toujours !

Des raisins bourrés de pesticides!

124 échantillons européens analysés: 123 contaminés par des pesticides!

L’enquête menée par plusieurs associations européennes écologiques, et rendue publique cette semaine, est inquiétante. Les cinq ONG ont, en effet, analysé 124 échantillons de raisins commercialisés dans les grandes surfaces en France, en Italie, en Allemagne, en Hongrie et aux Pays-Bas.

Résultat: 123 des 124 échantillons contenaient des pesticides! Près de 5% d’entre eux dépassaient même les nouvelles limites maximales de résidus (LMR), des limites légales qu’il est, en principe, interdit de dépasser. Parmi le substances détectées: des pesticides neurotoxiques, suspectés d’être cancérigènes et d’être des "perturbateurs endocriniens", dont les effets sur la fertilité masculine sont désormais avérés.
Lire la suite

C’est le moment d’en remettre une couche sur le film de Jean-Paul Jaud : Nos enfants nous accuseront", le documentaire à voir absolument.

Vivons bio, nom de dieu !

Nos enfants nous accuseront

"Nos enfants nous accuseront" de Jean-Paul Jaud est sorti le 5 novembre, mais ne passe malheureusement que dans très peu de salles : liste des salles par région.
Les programmateurs pensent que ce genre de film documentaire n’intéressera pas assez les français pour remplir les salles. Pourtant il devrait être vu par tous, pour que nous prenions définitivement conscience qu’il faut arrêter de déconner avec l’alimentation et l’agriculture.

Nous le savons, nos campagnes sont polluées par la "chimie agricole". 76 000 tonnes de pesticides sont déversées chaque année sur notre pays. Les dégâts qu’ils occasionnent sur la santé publique, notamment sur la santé des enfants sont importants. Cancers, troubles de la croissance, et tant de maladies qu’on ne peut ignorer.
Malheureusement, il manque la volonté politique pour agir et revenir à une agriculture naturelle !

Le documentaire de Jean-Paul Jaud entend dénoncer cet empoisonnement général. Il est basé sur la courageuse initiative d’une municipalité du Gard, Barjac, qui a décidé d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village. Le but est bien sûr d’enseigner aux enfants le goût, mais aussi de leur apprendre à lutter contre la malbouffe et les campagnes de "chimie agricole".

Ne pas seulement constater les ravages, mais trouver tout de suite les moyens d’agir, pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas. Voilà le mot d’ordre de ce film documentaire à voir absolument !