Archives de catégorie : Tranches de taf

Des anecdotes de boulot, un vrac de ma vie active…

Monsieur Brioul, rédacteur technique

Monsieur Brioul, voilà un rédacteur technique bien caricaturé !

Ce sketch est drôle, mais en réalité les rédacteurs techniques ne rédigent pas comme Mr Brioul, heureusement ! Bon certes j’admets, certains en sont encore là, et dans ce cas ce n’est pas la peine de lire leurs docs, elles ne servent à rien.

Plus sérieusement, le métier de rédacteur technique, mon dernier job, ne se résume pas à expliquer aux utilisateurs les évidences, comme brancher la prise sur le secteur et appuyer sur la touche start pour commencer.  L’utilisateur n’est pas un crétin, il sait déjà comment faire.

Il n’a pas besoin non plus qu’on le noie avec des concepts, ni qu’on le saoule avec des « introductions », « généralités », « spécifications » et autres « à propos  » interminables dont il n’a que faire.
Tout ce qu’il veut, quand il ouvre un manuel, c’est trouver rapidement la procédure précise dont il a vraiment besoin pour exécuter une tâche ou résoudre un problème.

Le rédacteur technique se doit donc de lui fournir une documentation orientée actions sans verbiage inutile avec une table des matières parlante et un index cohérent.

Pour se faire, le rédacteur technique utilise une méthode de rédaction, le minimalisme, que Mr Brioul n’a pas l’air de connaître…

Le minimalisme c’est donner à l’utilisateur uniquement l’information dont il a besoin
Adieu bla-bla-bla, les besoins et les profils utilisateurs sont définis, les procédures modélisées. Il ne reste que l’information utile, l’explication des actions à effectuer pour accomplir des tâches précises.

Allez Mr Brioul, il est temps de prendre votre retraite ! 😉

Et un peu de figuration pour le fun

Parfois mon status de senior dans la vie active est très utile. Surtout quand il s’agit de faire de la figuration dans un projet d’aménagement immobilier mélangeant startups et bâtiments dédiés pour une partie aux seniors.

Donc en février, quand Marilor a eu besoin d’une figurante senior dynamique pour participer au tournage de la vidéo du projet, et bien elle a pensé à moi !
Et là flattée j’ai bien sûr accepté sans hésiter !

J’ai donc passé une journée super sympa avec Marilor et ses 2 charmants cinéastes. Nous avons fait des plans en intérieur dans le show room d’Hélénis, et en extérieur au parc Méric.

hélénis4

Bien sûr comme la vidéo ne dure que 2-3 mn, beaucoup de passages ont été coupé. Mais qu’importe, je me suis bien amusée.

Ce que j’ai gagné à faire cette figuration, et bien une expérience supplémentaire, un bon moment bien fun parce que j’ai adoré faire ça, et un bon gueuleton en bonne compagnie.

Et voilà le résultat de cette fameuse vidéo : Projet Euréka Pierre d’Angle d’Hélénis.

Du lard aux cochons

J’ai beau me dire qu’au boulot il ne faut surtout rien attendre de personne, et surtout pas de la reconnaissance, mais là franchement, on atteint des sommets !

Partir comme ça dans l’indifférence générale après tout ça,  c’est un peu dur, et ce soir  une grande tristesse saupoudrée d’un zeste de déception m’envahit…

Maintenant, quoi qu’ils en disent, quoi qu’il arrive, je ne reviendrai pas c’est sur !

Bref je ne suis pas insensible, ça m’a fait de la peine…

Dernière matinée, un chapitre se ferme…

Voilà c’est fini, après  3 ans et 4 mois de bons et loyaux services j’ai quitté l’entreprise à 13h  !

j’ai fait tout ce que j’avais à faire jusqu’au bout, dossiers bouclés, passation réalisée,  tout est clean, organisé  tip top ! Yapluka !

Heureuse que cette autre entreprise soit venue me proposer un poste. Il y a des entreprises dans lesquelles on ne se voit pas finir sa vie professionnelle…

Je pars donc sur la pointe des pieds un peu plus tôt que prévu, sans regret, ni remord,  sans pot de départ, ni discours, juste un au revoir à tous par mail et quelques bises.
Un chapitre de vie professionnelle se ferme,  un autre va s’ouvrir avec la nouvelle année et de nouvelles aventures vont commencer.

finJob

Quinquas au chômage gardez espoir !

Ça, il faut absolument que je le signale pour redonner  espoir aux quinquas qui galèrent au chômage depuis des lustres à cause de leur âge.  Alors que j’ai 58 ans une boîte est carrément venue me proposer un poste alors que je suis déjà en poste ! parfaitement !

Quinqua moi-même donc, j’ai longtemps subi la discrimination par l’âge sur le marché du travail, d’ailleurs mon blog a largement été l’exutoire de cette longue période d’une bonne dizaine d’années de précarité et de pauvreté.
Et bien figurez-vous que le miracle a commencé il y a 3 ans quand j’ai enfin décroché un CDI dans une entreprise qui se fichait pas mal de l’âge que j’avais, tout ce qui l’intéressait était mes compétences. Oui enfin une !
Et en cette fin d’année, alors que je pensais y finir ma carrière médiocrement sans espoir d’évolution, j’ai été approchée  par une autre structure un peu plus grosse qui voulait absolument embaucher quelqu’un de mon âge, une senior, et pas un jeune ! et surtout moi ! oui oui oui !

J’ai donc accepté la proposition, vous pensez bien. Et après avoir passé avec succès les entretiens (j’avoue, il est plus facile de passer des entretiens quand on ne cherche pas que lorsque l’on galère au chômage, on a le stress en moins), je vais donc commencer  une nouvelle carrière dans cette boîte dès janvier alors que je frôle les 60 ans ! Elle est pas belle la vie !

Comme quoi tout peu arriver. 10 ans de précarité pour cause de senioritude aigüe, et boum un CDI et reboum 3 ans plus tard encore un CDI, en plus sans chercher cette fois. Comme il me reste encore 9 ans à tirer avant de pouvoir partir à la retraite avec le taux plein, ça me sauve quelque peu les épinards.

Alors pourquoi veulent-ils absolument une quinqua comme moi, me demanderiez-vous ?
Et bien humilité, authenticité, capacité d’adaptation et compétences  étaient les critères qui faisaient partie des conditions d’embauche. D’après les RH, je répondrais haut la main à ces critères, avec en plus mon envie d’apprendre qui les a séduit. A priori ils seraient tombés jusque là sur de jeunes « je sais tout » imbus qui ne savent rien et qui auraient un peu trop tendance à se la péter pour pas grand chose, et ça, ils n’en veulent plus ! Alors tant pis pour les arrogants et tant mieux pour moi.

Donc espoir les quinquas ! tout peut arriver.

Bon ok, ça dépend beaucoup du secteur d’activité aussi et j’ai du me réorienter. Fini donc les secteurs de l’informatique, du multimédia, et des hautes technologies qui considèrent que les plus de 45 ans sont trop vieux pour mériter un poste, bref « périmés ». J’ai donc basculé vers d’autres secteurs très éloignés orientés fabrication d’équipement médical, et d’instrumentation scientifique et technique. Autre job, autre secteur donc, et ma foi des portes se sont peut-être fermées, mais d’autres se sont ouvertes, tout n’est pas perdu.

Espoir donc ! quinquas/sexas, seniors du marché du travail, l’aventure professionnelle peut encore continuer. Ne désespérez pas, elles sont rares certes, ces entreprises qui regardent compétences et capacité d’adaptation de ses futurs collaborateurs avant leur âge, mais elles existent ! Bon certes, pour trouver il faut surtout chercher du côté des multinationales que des structures purement françaises. Et oui, il faut bien l’avouer, question mentalité, ça ne s’est toujours pas amélioré dans ce pays, loin de là !

Ma vie de meuf au taff

« – c’est qui les croissants ce matin ?  » ;
 » – la merdouzette.  » ;
« – Sophie ? » ;
« – non elle c’est la vioque. Ben oui on en a 2, la merdouzette et la vioque ! ».

« Tiens tu t’es déguisée en Charlotte aux fraises aujourd’hui ? »

« Tu ressembles à Chantal Goya avec ta coupe, c’est quand que tu arrives au boulot en jupette rose à volants ? »

Voilà, extrait de ma vie de meuf au boulot au milieu de tous ces mecs ! comment dire ?

Le Times New Roman m’a tué les yeux

Pour ceux qui ne le savent pas je suis rédactrice technique et je passe donc toute la journée devant mon écran à concevoir/rédiger/mettre à jour des docs techniques, documents qui sont diffusés aussi bien via le Web qu’imprimés sur papier. Comme nous avons bien entendu une charte graphique à respecter, j’utilise des templates. Et il se trouve que la majorité de ces fichus templates a pour police principale le « Times New Roman », aaarghhhhh !

Et bien je vous assure, toute la journée avec cette fichue police devant les yeux, je n’arrive même plus à me concentrer sur les textes ; J’ai les yeux qui se croisent, les paupières pesantes, grosse fatigue quoi.
Cette police m’a non seulement tué les yeux, mais elle me sort carrément par les trous de nez ! peux plus la voir !
Ça m’a tellement pris le choux ces caractères qui piquent, que depuis 2/3 mois, mine de rien en douce, je bascule progressivement mes docs en « Arial ».

Et bien vous savez quoi ? ça va beaucoup, beaucoup mieux. Si, si ! J’ai moins de mal à travailler sur mes textes, et mes yeux s’en trouvant d’un coup apaisés, m’en remercient grandement par moins de migraines. Bref un peu de douceur dans ce monde de brutes, ça fait pas de mal. D’ailleurs même les lecteurs me disent que les docs paraissent plus claires alors que je n’ai changé que ça, hinhin !

Et oui, la lisibilité de la police Times New Roman n’est pas si évidente que ça pour tous, surtout pour les personnes malvoyantes, et celles qui ont la vue qui baissent comme moi.
Sachez le, quand on a des soucis avec ses petits yeux, il est très difficile de distinguer les lettres j, t, i, l et f sur du texte en Times New Roman, de plus les lettres b et h peuvent être confondues, et les paragraphes en italique avec cette police sont juste épuisants à déchiffrer.
Alors imaginez quand vous travaillez avec ça toute la journée sous le nez. Enfer et damnation !

Certes le Times New Roman est conseillé historiquement pour les impressions papier, et les fontes sans serif telles qu’Arial, Verdana, Helvetica, Universe etc. pour le Web. Mais je vous assure, pour les docs qui font double usage, écran et papier, l’Arial c’est quand même ce qui passe le mieux pour une lecture confortable. Mes yeux ont testé !

Donc voilà j’ai réglé le problème : de l’Arial partout ! En plus comme les docs partent en traduction, ça pose moins de problèmes de conversion vers les caractères des langues exotiques.

Bon, là je ne vous parle que du type de police utilisé. Il est évident que la taille, l’espacement du texte, le contraste et la mise en page ont également une grande importance pour une bonne lisibilité. Tous ces éléments doivent définitivement être pris en compte pour qu’un texte soit accessible.

Ah au fait en passant, petit message pour ceux qui ont la sale manie d’écrire tout en capitales. Non seulement sur le Web vous nous cassez les oreilles, car pour rappel écrire en capitales c’est gueuler, mais en plus les lettres sont tellement difficiles à distinguer qu’on zappe le texte. Alors en plus si vous mettez vos titres en capitale, c’est bête hein qu’on ne les lise même pas.
Allez, pensez plutôt texte accessible si vous voulez vous faire entendre ! 😉

Ma parole, ils m’ont prise pour Mary Poppins !

Un peu beaucoup surbookée au taff en ce moment ! Les p’tits gars m’ont chargée à bloc, surtout ces dernières semaines, pour partir tranquillou en vacances, négligeant bien sûr ce qui était humainement possible de réaliser… seule !

En partant de rien, ils veulent tout d’un coup, genre on claque des doigts, et oh magie ! voilà, c’est fait !

Mais bien sûûûr !

Vont être surpris en rentrant de constater que je ne suis pas Mary Poppins !

Et surtout quand  je vais les ramener à la réalité. Allo la lune, ici la terre :

L’urgent est fait, l’impossible est en cours, pour les miracles, prévoir un délai…

ah mais !

Coup de mou

Faut pas que je me plaigne, j’ai un job !

Mais bon sang c’est pas toujours facile de travailler avec des mecs qui ne veulent pas travailler avec moi parce que eux sont ingénieurs, et moi que rédacteur technique, femme de surcroît !

Ben oui, je suis cernée par des mecs, quelque peu macho pour certains, et surtout pas coopératifs du tout. Et comme dans mon job  j’ai pas mal de trucs techniques à expliquer, j’ai besoin parfois de recueillir des infos auprès de ces messieurs, qui malheureusement se défilent, me laissant comme un gland me dépatouiller toute seule.

Heureusement  j’ai du background, je suis autonome, et il m’en faut plus pour m’empêcher d’avancer. Je sais de toute façon que n’importe qui ne peut pas faire ce que je fais. Alors même s’ils me prennent de haut, je prends sur moi.

Mais je suis humaine aussi, et pas toujours au top, comme aujourd’hui par exemple…  Faut dire qu’ils poussent le bouchon un peu loin. Et là j’ai  un sacré coup de cafard ! Le moral en vrac quoi !

Pfff que tout ça me fatigue !

Après un été plus que médiocre, un job pour la rentrée !

Et oui c’est la rentrée pour moi aussi, et quelle rentrée ! Après cet été pas des plus jouasses, j’ai enfin décroché une mission en intérim ! Miraaaacle !

Après 2 ans 1/2 de réponses négatives, sauf 35 h de mission l’année dernière, me voilà de nouveau sur les rails de la vie active ! J’y suis au mieux jusqu’à la fin de l’année, au pire jusqu’à la fin du mois. Tout est subordonné au bon vouloir du QG aux US dont dépend la filiale française qui m’a embauchée. Donc espoir, disons que je vais rester jusqu’à la fin de l’année….

Le poste je n’y croyais plus, j’ai eu un entretien au mois de juin, quelqu’un d’autre a été pris, logique je n’avais pas trop le profil, et en plus leur choix était déjà arrêté sur un jeune ingénieur. Et hop ! voilà que je suis rappelée la semaine dernière pour commencer aussitôt. Oh joie ! Comme quoi tout peut arriver au moment où on s’y attend le moins.

Et le poste c’est quoi ? et bien encore une nouvelle expérience à rajouter à mon cursus, puisqu’il s’agit d’une mission de « Rédactrice technique » pour des produits bien spécifiques dédiés aux patients des hôpitaux. Mission, pour le moins qu’on puisse dire, complètement éloignée de mon profil vouaibe…  Je suis donc en plein sevrage…  😉

Job, secteur d’activité, outils utilisés, collègues, tout est nouveau ! et même pas mal pour m’adapter, m’intégrer, toussa toussa… La machine n’a pas toussé, j’ai démarré au 1/4 de tour dans la joie et la bonne humeur ! trop contente !

Ceci dit, voilà un avantage pour embaucher un/une senior(e) ! pas besoin de formation pour démarrer, on est opérationnel tout de suite !  On a un tel background derrière nous qu’il n’est pas nécessaire de nous expliquer tout le toutim sur le fonctionnement d’une entreprise, ses règles et procédures, j’en passe et des meilleurs…  On est déjà formaté ! Même les outils, on a au moins utilisé une fois un outil qui se rapproche de celui de l’entreprise dans notre carrière pour se mettre rapidement au pli.

Alors bon sang, arrêtez de balancer les seniors, y a pas de raison valable, embauchez les !