Les fleurs et moi…

J’aime pas trop les fleurs coupés, les bouquets trop composés, les roses qu’on nous vend à la sauvette, c’est joli mais ça meurt si vite… J’aime pas trop cette odeur chez les fleuristes qui me rappelle les vases des cimetières, souvenirs d’enfance…

Mais par contre, les fleurs dans les champs, les jardins sauvages, les jardins anglais, les balcons fleuris, j’adooooooore !

Il ne faut pas me lâcher dans un marché aux fleurs j’achèterais tout !
Et oui j’adore me créer un petit jardin fleuri, havre de paix, sur mon balcon.
Et aujourd’hui au marché aux plants et aux fleurs de la Mosson j’ai craqué.

2015-04-21 15.29.41

Maintenant après toutes ces courses, yapluka !

Ah oui au fait, le marché aux fleurs de la Mosson c’est tous les mardis toute la journée, et question rapport qualité/prix ça vaut le coup et il y a le choix !

Et de traîner sur facebook depuis plus de 10 ans !

Mince, mince, mince,  Je n’en reviens pas ! ça fait plus de 10 ans que je glande sur face de book ! ça alors !

J’ai cliqué sur le lien refilé par l’ami Resse et Vinvin pour savoir combien de temps je gaspille là-dessus et là surprise quand j’ai lu le résultat !

Temps gaspillé
Temps gaspillé

Pffff mazette suis inscrite depuis le 22 février 2005. Sérieusement, sans parler du temps passé,  ouille 43 jours,  j’avais oublié que ça faisait si longtemps !

Y a pas à dire facebook a vraiment  changé ma façon de vivre au quotidien, et il est certain que ma qualité de vie en a pris un coup dans la foulée ! Mais bon entre ça et mon blog, j’ai quand même fait de belles connaissances, certaines sont même passées du virtuel au réel, et sont  devenues des ami(e)s et ça je ne regrette pas ! oh non !

Ah oui au fait, le lien pour ceux qui veulent aussi connaître leur temps gaspillé : How Much Time Have You Wasted on Facebook?

vous faites quoi ? z’êtes dans quoi ? heu…

Et voilà c’est reparti, me suis remise à réseauter en participant aux soirées business montpelliéraines que j’avais un peu laissé tomber ces dernières années puisqu’en poste ; l’occasion de retrouver avec plaisir des connaissances qui ont suivi mon cursus depuis 10 ans voir plus, et qui sont bien désolées  de mes mésaventures récentes, mais aussi l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes.

Et c’est là que ça coince, parce que comme de bien entendu la première question que ceux qui ne me connaissent pas me posent est, “Vous faites quoi ?” ou “Vous êtes dans quoi ?”.

Aie ! que répondre ? Je me retrouve quasi dans la même situation qu’en 2009 quand on me demandait “quel est votre métier ? ” . Ce qui me laissait coite faute de savoir quoi répondre à force de passer d’un job à l’autre.

Le “Vous faites quoi ?” d’une inconnue m’a donc désarçonnée. J’allais quand même pas lui répondre qu’à l’instant T je suis au chomdu et que je cherche du taff, ça fait vachement tache et bonne à rien dans une soirée pro ou il y avait une majorité d’entrepreneurs et de gens créatifs (des femmes surtout) qui vivent de leur art.

Et pour le “Vous êtes dans quoi ?”, pffff ben…  vais pas leur dire non plus dans la rédaction technique,  ça catalogue tout de suite, alors que c’est un job que j’ai fait un certain temps parce que pas autre chose sous la main… pas le choix quoi ! Et puis vu la tournure des choses c’est même pas sur que je reste là dedans.

Bref, comment leur dire à tous ces gens là qui veulent absolument me mettre  dans une case que je suis surtout en recherche de moi-même et qu’on ne peut pas me cataloguer, que j’ai toujours  fait mon possible depuis des années, et que ma foi, bourrée d’expériences, je suis complètement adaptable et inclassable .

Certes j’en ai sous le capot, mais qui suis-je ?  dans quel état j’erre ? que dire ? que répondre ?  Grand vide sous le chignon quoi !

#VotreJob pour me remettre dans le bain

Je n’ai pas perdu de temps, depuis 1 semaine je réactive tous mes réseaux Web de recherche d’emploi.
Et aujourd’hui, à l’affût après ma visite chez Pôlo, je tombe sur la journée de l’emploi sur Twitter.
Ça tombe bien, l’occasion de me remettre vraiment dans le bain et signaler que je suis à fond en recherche active.
Mon CV doyoubuzz était déjà prêt, juste quelques réajustements à faire et c’est parti :

Osez une senior #embauchezmoi je peux même déménager si nécessaire http://www.doyoubuzz.com/sophie-menart #VotreJob

L’idéal serait un poste de responsable éditorial Web. Mais bon je m’adapte, comme dab…

Le ragondin du jour

Prostrée chez moi depuis le choc de lundi soir, aujourd’hui, je sors enfin m’oxygéner.
8 km de marche avec 2 potes au milieu des roselières, marais, sansouïres le long de l’étang du Méjean pour profiter des cigognes, hérons, flamants roses, et aigrettes, sans oublier les rencontres surprises avec les ragodins… Ailleurs certains les massacrent, ici ils sont chez eux et protégés…
Bref, ne plus penser à rien, admirer et évacuer. Rien de tel qu’un bon bain de nature pour faire le vide dans ma tête !
Lattes
Ragondin
cigognes

Fin de l’histoire, salut Pôlo me revoilà

Changement de hiérarchie, restructuration des services, autres besoins en raison de mouvement de personnel, du coup on n’a plus besoin de mes compétences mais de celles d’un technicien, manuel, bricoleur, qui sache accessoirement rédiger. Et hop, avant que j’ai eu le temps de comprendre ce qu’il m’arrivait, me v’là donc au chômage !
Et oui, à 17h30 mon employeur a brutalement mis fin à ma période d’essai sous le prétexte que mon profil ne collait plus, sic ! Malgré mes compétences rédactionnelles, ma compréhension de l’anglais, blablabla… fin de l’histoire, je suis invitée à ne pas revenir demain, signez là et rendez votre badge, au revoir madame ! Même pas pu terminer le travail en cours, ou dire où j’en étais, ils ne m’ont laissé aucune chance, humanité zéro !

Ce qui s’appelle prendre une grand coup de poing dans le ventre par surprise, k.O. ! Quoique j’aurais du me douter que quelque chose se tramait, les gens ne me regardaient pas en face, et me parlaient à peine, bref ambiance plus que lourdingue difficilement supportable.

Pourtant ils sont venus me chercher, ils m’ont débauchée d’une autre boîte parce qu’ils voulaient quelqu’un avec mon profil justement !
Ah mais oui suis-je bête, ce n’était pas la même hiérarchie, ni la même organisation de services, ni les mêmes besoins. Le supérieur qui a accepté mon embauche renouvelle son arrêt maladie depuis des mois pour tirer jusqu’à la retraite, du coup je ne l’ai pas revu depuis mon entretien d’embauche l’année dernière ; la nana des RH qui m’a tartinée de compliments à la même époque non plus ; et la sous chef qui est venue me proposer le poste alors que j’étais en fonction ailleurs (sic !), du genre manipulatrice et béni oui oui avec ses supérieurs, oscille selon le sens du vent, du coup on ne sait jamais ce qu’elle pense… Bref embauchée par 3 personnes, virée par 2 autres.

Anéantie, choquée, honteuse, diminuée et personne avec qui en parler sur le coup, suis rentrée tremblante et en larmes. Mon premier contact a été Pôlo en ligne, histoire de me réinscrire vite fait sur le chemin de la précarité. Et oui là, zéro indemnité en vue, faut pas perdre de temps…

Et maintenant ? Et bien je ne sais pas, plus rien ne me retient nul part, le début d’une nouvelle vie ailleurs why not ? Mais je frôle la soixantaine, et plus beaucoup d’espoir en grand chose…
Je ne sais pas, pas encore envie d’en parler, pour le moment je suis un peu perdue…

Et depuis je reste coite

En 2006 j’avais déjà dit mes craintes pour la démocratie, la liberté, la laïcité. Aujourd’hui, je n’ai plus de mots, plus rien, je n’arrive plus à exprimer ce que je ressens, horrifiée, consternée, abasourdie, choquée, terrifiée, tout se mélange dans ma tête depuis ce triste jour et j’en reste coite.
J’étais déjà attristée par la façon dont ont évolué les choses depuis ce changement de siècle, la régression des mentalités : la banalisation de la cruauté, les religions qui prennent de plus en plus de place dans notre quotidien, jusqu’aux extrémistes de tous poils qui veulent imposer leur idéologie, et surtout la perte progressive de notre liberté d’être, d’exister.
Mais là ce début d’année m’a achevée. Tout ça est tellement surréaliste. Je ne m’en remets pas.
Ma jeunesse a définitivement disparue, partie, envolée, morte depuis ce 7 janvier. Je suis vide de l’intérieur, éteinte, coite.
.
.
.
… Et aujourd’hui attentats à Copenhague, c’est la guerre ! :(

Humeurs rangées dérangées et dérangeantes