Un peu perdue, que faire, où aller ?

Je me sens un peu perdue là. Je me pose de nouveau la question de rester ou pas à Montpellier, l’effet Savoie a encore frappé. Comme quoi, elle est quand même récurrente cette question  !

J’en suis partie quelques jours, non pas pour prendre des vacances, mais pour m’évader de toutes ces ondes toxiques et négatives qui m’ont envahie et fait du mal ces derniers mois, surtout depuis le décès de mon père.
Bref je me suis évadée pour me refaire une santé morale dans un milieu sain, autour de personnes aimantes qui se parlent, qui échangent, qui vivent leur vie sans médire sur les autres.  
Il me fallait urgemment me baigner dans cet environnement là pour me ressourcer, me reconstruire, redécouvrir aussi la vie de famille, et m’éloigner quelques temps de ce vide qui m’entoure, de toutes ces rencontres éphémères, de ces instants T associatifs sans suite, de ces gens qui prennent, utilisent et  jettent,  me faisant me sentir au passage comme un bouche-trou.

Maintenant  je dois rentrer chez moi mais personne ne m’y attend vraiment, et ma vie là-bas n’est pas des plus joyeuses depuis 15 ans, le chômage, la pauvreté, toussa, toussa. Je crains que le retour me soit difficile!

Comme tout le monde j’ai besoin de me sentir appréciée, soutenue. J’ai aussi besoin d’échanger avec des humains, d’être écoutée aussi parfois…
Là-bas, je suis plutôt isolée ! J’ai quelques rares amis que je vois bien trop peu.
Bref j’ai une vraie vie de solitude avec que les murs avec qui parler.  Certes je suis une solitaire depuis toute petite, et le recueillement c’est bien, mais tout a ses limites, et quand c’est quasi permanent c’est déprimant.

Je n’attends rien, je réfléchis juste. je sais qu’un jour je vais trouver la solution même si je n’en suis encore qu’au stade de ne pas savoir que faire, ni où aller.
Et puis pour le moment je suis encore coincée par le chômage, la paparasserie de retraite anticipée qui n’en finit pas, et ma foi quelques séances de psy à venir.

Quand je pense qu’autrefois, plus jeune, quand ça n’allait pas quelque part, je prenais mes clics et mes clacs, mes enfants sous le bras quand ils étaient encore là, et partais m’installer ailleurs… Il faut dire que question boulot c’était plus facile à trouver aussi.

Donc aujourd’hui c’est un peu plus compliqué, et puis je vieillis… et peut-être qu’aussi, j’ai une grosse envie qu’un jour quelqu’un de bienveillant me sert très fort dans ses bras  pour me ré-insuffler toute cette énergie que j’ai perdue au fil de ces années de solitude, de précarité, de bouche-trous, et de batailles.

7 réflexions au sujet de « Un peu perdue, que faire, où aller ? »

Laisser un commentaire