J’ai enfin accepté de consulter un psy

Encore une nuit où je n’arrive pas à dormir, j’ai le film de ma vie qui me trotte dans la tête, et que je tourne et retourne sur mon lit comme une crêpe.
Je stresse un peu parce que j’ai accepté de consulter un psy, enfin ! oui enfin, parce que là c’est venu de ma toubib. Pas d’un lambda, pas d’une amie, ni de ma mère qui une fois me l’a balancé méchamment dans la figure comme si j’étais une débile profonde, mais de ma toubib ! Et puis mon  blog ne peut pas me servir d’exutoire pour tout, il y a des choses que je ne peux pas écrire…

Lundi j’ai donc consulté ma toubib, d’abord pour renouveler mon stock de médocs à prendre à vie, c’était prévu, et ensuite pour lui faire un compte-rendu santé de mes 6 derniers mois sans la voir. Par la même occasion je l’ai prévenue de ce que m’a rapporté une de mes sœurs sur notre grand-mère côté risques génétiques. Un truc que je ne savais pas du tout, important pour la surveillance de la santé de mes descendants, et que j’apprends là comme ça par hasard dans une discussion (c’était bien la peine d’avoir un père toubib).
Je lui ai aussi confié 2-3 autres trucs perso, et lui ai avoué mon état de faiblesse, mes insomnies, et mon broyage de noir quand je suis seule, et comme je suis tout le temps toute seule…
C’est là qu’elle m’a regardée droit dans les yeux et qu’elle m’a dit qu’à son niveau, pour ça, elle ne pouvait rien faire pour moi. La première chose à faire dans l’immédiat est de prendre RV avec un psy pour vider ce trop plein accumulé, et urgemment ! « Le peu que vous m’avez confié me suffit » m’a-t-elle dit. Pour le reste, ça peut attendre la rentrée.

J’ai donc pris RV pour le mois prochain, pas de place avant. Je ne sais pas trop comment ça va se passer, par quoi on va commencer. Si je vais arriver à parler, à vider mon sac, et surtout à ne pas trop pleurer. Parce que j’ai bien peur que si je commence à parler, toutes les larmes de mon corps sortent avec les mots. Je traîne du lourd depuis tant d’années…
Mais je suis déjà soulagée. Je suis consciente qu’il faut que je libère mon corps et ma tête de tout ce que j’intériorise.
Reste plus qu’à espérer que le feeling passera. « Homme ou femme ? » m’a-t-elle demandé. « Je ne sais pas » lui ai-je répondu, « j’ai besoin de me sentir en confiance pour parler ».
Alors elle m’a conseillée une personne qui met les gens à l’aise et c’est un homme.

Je verrai bien …

7 réflexions au sujet de « J’ai enfin accepté de consulter un psy »

  1. Tu peux toujours essayer. Si ce n’est pas positif ou si le courant ne passe pas avec ce psy, tu peux changer et en prendre un autre. L’important c’est le résultat que ça donne en somme. Bon courage.

  2. Sage décision, il y a quelques années, j’en ai vu un pendant 3 ans et cela à changé ma vie. J’ai eu de la chance, cela à tout de suite fonctionné avec mon thérapeute… Par contre, si tu ne le sens pas avec celui là, il ne faut pas hésiter à en essayer un autre…

Laisser un commentaire