J’espère que t’as passé une bonne fête des mères !

La question du jour qui tue laissée sur mon répondeur ce matin « J’espère que t’as passé une bonne fête des mères ! « .

Non je n’ai pas passé une bonne fête des mères. Ça fait des années que je ne passe pas de bonne fête des mères.
Comme tant d’autres mamans solitaires loin  de leurs enfants, c’est un jour de tristitude  et rien de plus pour moi . Juste pire que les autres jours, parce qu’il faut se farcir  les messages dégoulinants de fleurs, les photos d’invitation au resto des mamans entourées, les cartes remplies de coeurs sur FB, que je boycotte allègrement ce jour là tellement ça me déprime.

D’autant que si on a une maman ou une autre personne aimante qui nous a élevé et que l’on aime, c’est tous les jours qu’on devrait l’honorer, pas seulement ce jour de l’année réinvesti par Pétain en 1941.

« Moi c’est ma pire fête des mères cette année » a-t-elle rajouté sur mon répondeur, tout ça parce que ses mômes n’ont fait que l’appeler cette année.
Et bien moi, comme tant d’autres mamans, c’est tous les ans comme ça. Deux coups de fils, dont un le soir très bref pour lequel j’ai bien senti au ton que c’était une obligation pour marquer le coup.

Alors bien sûr, les gosses ont été formatés à l’école avec des colliers de nouilles et des cendriers en terre glaise ou encore des cartes poème, et malheureusement quand ils grandissent, ils se sentent toujours obligés de continuer à marquer le coup en téléphonant à défaut d’autre chose, même s’ils n’en ont pas envie. Et il est évident que certains n’ont vraiment plus envie de jouer le jeu.

Il faut bien reconnaître que, maintenant adultes, ils ont construit leur propre vie, leur propre noyau avec leurs enfants et une famille choisie. Alors leurs parents biologiques, s’ils en ont encore, loin des yeux, loin du cœur ne font désormais plus parti de ce nouveau noyau familial.
Et oui, on ne choisit pas ses parents, on ne fait pas sa vie avec, et les enfants ne sont pas obligés de les aimer.
Moi-même je n’ai aucun lien affectif avec ma propre mère que je zappe ce jour là, et pas que… Je peux donc parfaitement comprendre que des enfants n’aient aucune envie d’honorer leurs parents.
Mais je me dis quand même que, malgré tout l’amour que je leur porte, j’ai du sacrément merder quelque part avec les miens pour n’avoir pas réussi à créer ce petit lien censé nous unir.  j’en suis rendue à penser que j’ai été une mauvaise mère. Faut dire que les exemples qui m’entouraient n’étaient pas les meilleurs, et j’étais toute seule pour les élever, du coup je suis passée à côté de pas mal de choses importantes pour eux.

Donc comme je sens bien que, plus le temps passe, plus la fête des mères les gave, surtout pour l’un d’entre eux, je préférerais largement qu’il m’appelle uniquement quand il en a envie et pas quand il se sent obligé. Là au moins ça viendrait du cœur.
Et peut-être qu’il aurait enfin quelque chose à me dire, besoin de se confier, d’échanger sans juger, et surtout peut-être qu’il commencerait enfin à s’inquiéter de savoir comment je fais depuis tant d’années pour vivre et me débrouiller comme ça toute seule dans mon coin sans amour, ni affection, ni aide quand j’en ai besoin quand je suis en galère…

Je n’ai pas répondu à la personne du message sur le répondeur. Elle ne comprendrait pas que des fêtes des mères pire, elle en aura d’autres, année après année plus ses enfants vieilliront, et créeront leur propre famille.

Allez hop une p’tite video collector

Et là la poste a perdu mon dossier en lettre suivie destiné à ma caisse de retraite

Suis furieuse de chez furieuse.  Le 5 mai j’envoie un dossier bien rempli de régularisation de carrière à ma caisse de retraite en lettre suivie pour être sure qu’elle le reçoive.
Je vérifie régulièrement sur le site de la poste le cheminement de ce courrier.  Et comme le 17 mai , ben toujours rien, le courrier n’a pas bougé de Saint Jean de Vedas, j’envoie donc une réclamation au service consommateurs de la poste pour savoir ce qu’il en est.

Et ce soir le service  de me répondre :

Chère madame

Votre demande du 17 mai 2017  blablabla a retenu toute notre attention blablabla.
Sensible à la qualité de nos prestations, j’ai effectué les recherches nécessaires. blablabla

Malgré la volonté de satisfaire votre demande, je regrette que ces démarches soient restées sans résultat ce jour. 

Je vous présente mes excuses, au nom de la Poste pour les désagréments vécus.

Pour la poste, la perte d’un envoi au cours de son traitement est évidemment une situation anormale.  ….  dédommagement à titre de compensation commerciale pour les frais d’affranchissement. ….  un « PAP Lettre suivie 500g carton ».
blablalba

Ils ont perdu mon courrier les cons !

Mais nom de dieu à quoi ça sert une lettre suivie si c’est pour la perdre en route, hein la poste ???  En plus destinée à une caisse de retraite.

Maintenant j’ai tout à refaire, et j’ai perdu plus d’un mois d’étude de dossier à la caisse.

Je suis furieuse ! Avec leur négligence et les délais d’étude de dossiers à la caisse de retraite, je vais pouvoir m’asseoir sur ma demande de retraite anticipée pour handicap. Le dossier ne sera jamais bouclé avant ma date de retraite officielle.

Ô rage ! ô désespoir ! je vous hais, je vous hais, je vous hais la poste, et j’en ai rien à faire de votre lettre suivie de 500 g en compensation ! ça ne compensera pas le temps perdu, le temps passé, les recherches de documents, les dossiers remplis, la multitude de photocopies de justificatifs, d’explications, le nombre de cartouches d’encre, de feuilles A4, la déforestation et mon stress !

Sans parler de la difficulté à joindre la caisse de retraite pour savoir ce qu’il manque au dossier au juste, leur messagerie en ligne ne fonctionne pas, et à chaque courrier de demande de régularisation de dossier, ce n’est jamais le même contact, ni le secteur, ni l’adresse.  pffff tu parles d’un suivi !

communication-quantique.com, ma dernière réalisation

Il y a quelques temps une amie m’a demandé de l’aider à réaliser son site communication-quantique.com. J’ai donc accepté, histoire de ne pas perdre la main.

En effet, j’ai toujours réalisé des sites, des blogs dans le cadre associatif, du bénévolat. Enfin presque, parce que jusqu’en 2001 c’était dans le cadre professionnel. En tous les cas,  il y avait bien longtemps que je n’avais pas remis les mains dans le cambouis à part pour mon propre blog, c’était l’occasion de m’y remettre.

J’ai donc utilisé WordPress pour aller au plus simple, et j’ai installé le bazar chez OVH, l’hébergeur que mon amie a choisi.

Installation, configuration, plugins, hiérarchisation, premiers contenus avec réécriture pour le Web, il ne manquait plus que la personnalisation du thème provisoire en fonction du choix de l’identité graphique.
Celle-ci a été réalisée dernièrement par Mabo création (Logotype, charte graphique, cartes de visite et mise en page de divers documents).

Et  la nuit dernière ça m’a pris,  j’ai commencé à  modifier le CSS du thème de départ pour le rendre cohérent avec la nouvelle charte graphique.
Et voilà, le plus gros étant fait, reste plus qu’à continuer à faire vivre ce site.

site communication-quantique

Longue vie donc aux formations d’Agathe, à son site communication-quantique.com que je vous invite à visiter pour découvrir ce qu’elle fait, et pourquoi pas, vous inscrire à l’une de ses formations.

En tous les cas moi je vais suivre ses modules en septembre.

MAJ 21/07/2017:

Bon ça y est encore un blog de passé dans les mains de quelqu’un d’autre, changement de thème illico et des heures de travail (de nuit) passées pour rien. Les joies du bénévolat.

Calomnie

La calomnie,
Beaumarchais dans Le Barbier de Séville, Acte II, Scène 8, en faisait l’éloge par la bouche de Bazile  pour que Bartholo se débarrasse de son ennemi.

La calomnie, Monsieur ? Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens prêts d’en être accablés. Croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreurs, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville, en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse ! … D’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait, il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, on ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’œil ; elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait ?

En réalité il n’est pas nécessaire d’être l’ennemi de quelqu’un pour souffrir de calomnie.
Il en suffit d’un qui commence à raconter n’importe quoi sur une malheureuse cible, à cancaner, lancer des rumeurs, juste pour détruire, faire du mal,  par pure jalousie,  envie ou méchanceté.
Il en suffit d’une autre qui, pour se donner de l’importance auprès de ceux qui le lisent ou l’écoutent, laisse entendre que, elle, elle sait « des choses pas bien » sur untel que les autres ne savent pas et qu’il est hyper important qu’ils soient aussi au courant de ces vilaines choses…

Avant, le  bistro du coin était l’endroit privilégié pour les commères lanceuses de rumeurs. Aujourd’hui elles ont en plus la vie associative, les réseaux sociaux et les messageries instantanées pour terrain de jeu.
Les calomnies y pullulent, débordent. Se sentant forts derrière leur écran (ou leur verre), les calomniateurs déversent leurs accusations à tout va, et tant pis si elles sont sans fondement, et tant pis pour les dégâts qu’ils causent dans la vie de leur malheureuse cible, tant pis s’ils détruisent des réputations.

Certains messages sont vraiment choquants tellement ils puent la manipulation et la délation.  Méfie toi d’untel,  blablabla, il a fait ci, il a fait ça, c’est un voleur. Méfie-toi  d’unetelle, elle dit ci, elle dit ça, mais elle fait ci, elle fait ça, c’est une menteuse…   J’ai reçu de tels messages diffusés à n personnes, et franchement je trouve dégueulasse que quelqu’un puisse faire ça à d’autres ! Oui moi ça me choque !

Bon sang mais que ces rois des commérages et des ragots, qui ne savent rien au final se taisent,  arrêtent d’interpréter et  d’inventer la vie des gens et surtout de propager leur venin !

Bordayyyl mais de quoi je me mêle ! Occupez-vous de vos propres vies  !

En ce qui me concerne  je fréquente qui je veux, quand je veux, où je veux. Je suis une grande fille !!! Et surtout je suis fermée à tous manipulateurs et à tous ceux qui répandent des calomnies !

Prisma c’est fun !

Il y a quelques temps j’ai téléchargé l’appli Prisma sur mon smartphone et sur ma tablette pour la tester avec mes photos.
C’est fun et simplissime ! Grâce à des filtres, l’appli transforme nos photos et vidéos en un rendu qui se rapproche des styles d’artistes comme Van Gogh, Picasso, Levitan, … ou encore de motifs et décorations célèbres.

Bon c’est pas du grand art mais ça fait de l’effet quand même, les transformations sont étonnantes. Mais pas de prétention, restons humbles, d’autant qu’il n’y a aucun effort perso à faire, à part prendre la photo, choisir le filtre qui nous convient, et de le régler plus ou moins à fond suivant le rendu que l’on veut obtenir.

Avec ça j’ai quand-même pu sortir quelque chose de sympa de photos que je trouvais ratées.

En tous les cas je m’amuse bien…

Pour un temps 😉 Oui parce que je préfère quand même les photos originales à peine retouchées !

Lamentable #présidentielle2017

Lamentable, je n’ai qu’un mot lamentable !

Et ces deux là s’écharpent (débattent ?!) pour être Président de la république. Et ben !

La fonction en avait déjà pris un coup avec Sarko mais là… C’est plus le fond qu’on a touché, on continue de tomber, de dégringoler, on s’enfonce à l’infini !

J’irai voter c’est sur, mais avec une grosse envie de gerber.
J’irai voter parce que je n’ai jamais autant pensé à mon grand-père souffrant dans les camps.
J’irai voter parce que je ne veux pas être complice de la libération de la parole et des actes des nazillons.
C’est personnel, je n’en voudrai pas à ceux qui s’abstiendront, car sérieux j’ai les boules d’aller voter !

Mais bon sang, ça me rend malade ces élections et je n’en peux plus de ces Fake news ! Et s’il y a enfin un vrai soulèvement spontané de tous les français qui en ont assez de tout ce bordel présidentiel, j’en serai !

Le bruit des tongs contre le bruit des bottes…. et du flouze !

Et maintenant je vais y foutre le feu !!!

Humeur du jour : mon doudou, mon canapé et de quoi dormir

A fleur de peau, les larmes au bord des yeux… Fatiguée de tout et de rien, fatiguée de tout ce bintz… Ce monde m’angoisse !
Ucciani d'après UderzoEt franchement pour couronner le tout, ces élections avec ces moralisateurs qui se croient au dessus de tout qui te somment de voter pour untel ou unetelle avec leurs arguments bidons, me font chier !

Le dessin de mon blogopote Ucciani d’après Uderzo veut tout dire de l’ambiance actuelle. Pas bon pour le moral tout ça quand t’as déjà d’autres chats à fouetter. Vos gueules merde !!!

Me faire aider certes, prendre des médocs encore et encore pour dormir et tout supporter, certes …
Mais me sentir aimée, entourée, savoir où aller, que devenir, ne plus être angoissée par la haine stérile des uns envers les autres, ne plus avoir à subir les querelles intestines, m’aideraient tellement plus.

Après tout, vous avez raison, laissez moi sombrer tranquille, je n’ai plus envie de rien, ni besoin de personne. D’ailleurs, je n’ai rien affaire au milieu de ce bordel, et j’ai assez à faire avec mon propre bordel.

Mon doudou, mon canapé, de quoi dormir, le téléphone coupé, silennnnnce…

Et demain je continuerai à faire semblant que tout va bien, à m’occuper de mes affaires le sourire aux lèvres et la tristesse dans l’âme. Ce monde n’est décidément pas le mien.