Vieillir jusqu’à l’inexorable issue

Difficile de voir un parent que l’on aime vieillir.

Quand nous sommes jeunes nous croyons nos aînés indestructibles mais petit à petit la vieillesse les envahit jusqu’à l’inexorable issue.
Progressivement le déclin physique et parfois mental les rongent jusqu’au moment où devenus des vieillards trop usés ils ne peuvent plus rien faire par eux-mêmes.
C’est douloureux de voir un parent ainsi. L’impuissance face à sa souffrance et la détresse dans ses yeux sont insupportables.

Envahie par la tristesse et l’angoisse, j’ai beaucoup de mal à dormir en ce moment. J’essaie de garder intacte dans ma mémoire les images de son dynamisme passé.
Et je voudrais l’arrêter ce temps qui passe trop vite, avoir une baguette magique pour revivre ces rares bons moments, mais l’issue est inéluctable. Mes larmes n’y feront rien. Ainsi va la vie…

Luv you.

5 réflexions au sujet de « Vieillir jusqu’à l’inexorable issue »

  1. Oh que je te comprend en ce moment difficile, de mon coté, mon seul soulagement est de savoir qu’il n’y a pas, ou peu, de souffrance physique…
    Après, c’est la vie…

    1. oui c’est la vie, c’est ainsi…. Heureuse de lire qu’elle ne souffre pas trop. Le mien a gémi tout l’après midi tellement il était dans la douleur 🙁 Je t’embrasse et pense à vous

  2. Après 2 ans d’une souffrance morale et physique, maman s’est éteinte… Nous n’avons pu que vivre impuissants, la perte de son autonomie, sa parole et tout ce qui faisait sa vie.
    Je me suis rapprochée d’elle durant ces deux années, la touchant plus que je ne l’ai jamais fait et nous avons pu nous dire que nous nous aimions… nous ne l’avions jamais fait. Elle ne souffre plus mais elle me manque.
    Courage.

  3. C’est très dur, en effet. J’ai vécu cela d’abord avec mon père (né en 1922) au début des années 2000. Puis avec ma mère, à partir de 2008. Et même avant pour ma mère, déformée dès 1998 par les soucis, la souffrance physique. J’avais vu sur un blog, je ne sais plus lequel, qu’un médecin avait dit qu’on était programmés pour vivre jusqu’à 50 ans. Et après, on fait avec ce qu’on perd d’année en année. La vieillesse est un naufrage. Bon courage.

Laisser un commentaire