RIP George !

Everything she wants, ce morceau a marqué des années difficiles de ma vie, tumultueuses, violentes, suicidaires, loin de tout soutien, seule avec mes deux enfants encore si petits… L’époque Mantes la Ville, l’époque no future, la fin des années 80…
Wham! n’était pas particulièrement ma tasse de thé mais des potes chez qui je me réfugiais l’écoutaient en boucle.

Et puis il y avait ce slow qui me faisait monter les larmes…

RIP Georgios Kyriacos Panayiotou ! ton décès me ramène à un bien triste passé heureusement effacé.

Merde une crise cardiaque à 53 ans, ça fait jeune quand même ! Encore un qui ne passera pas la soixantaine…

Fin 2016, je débranche !

2016 s’achève, une année particulièrement dure et angoissante avec son flot quotidien de mauvaises nouvelles, d’actualités catastrophiques, d’événements politiques inquiétants, d’injustice, d’attentats, d’assassinats, de désinformations, de manipulations, le tout amplifié par les réseaux sociaux dégoulinants de venin…
Une année où le monde continue de prendre un virage de plus en plus inquiétant. Jusqu’où cela va-t-il aller ?

Là dessus, le chômage toujours bien présent avec sa collection de réponses négatives (et ouais ce sont les RH qui décident au final) ; la santé qui n’est pas au top (les suites de ma dernière opération sont en bonne voie mais marre quoi !) ; les brouilles intestines…

Pour moi, tout ce plus plus plus, c’est trop.

Il est temps de me couper de ce flux incessant de mauvaises nouvelles hyper médiatisées, de me couper de certains réseaux, comme Facebook, Google+ et quelques autres, c’est déjà fait d’ailleurs.
Il est temps de me reconnecter à l’essentiel, mon environnement et les personnes qui tiennent vraiment à moi.

Je dois penser à mon avenir dans le calme, prendre des décisions importantes, rester ou partir… D’ailleurs, j’ai déjà entamé des démarches…

Donc en cette fin d’année, pour ma santé morale, je débranche !

Pour ceux qui festoient, je vous souhaite de passer de bonnes fêtes. Et profitez bien des uns et des autres !

Check-list ok pour la clinique

Examens sanguins ok ;
Cure homéopathique d’arnica pré opératoire pour prévenir les hématomes et les risques d‘hémorragie ok ;
Consultations gastro, anesthésiste, chirurgien ok ;
Ordonnance et médocs à emmener, matériel post opératoire, paperasserie de pré-inscription ok ;
Congélo plein pour le retour, ménage fait à fond, repassage ok ;
Sac prêt avec le matos qui va bien pour ne pas me couper du monde et des opportunités de job…

Voilà suis à jour pour rentrer à la clinique.
J’ai même trouvé une infirmière pour me changer les pansements 2 fois par semaine quand je serai revenue a casa.
Faut dire qu’à force j’ai l’habitude de gérer les préparatifs pour ce genre de chose.

Et oui je retourne à la clinique un an après l’opération de mon coude et cette fois c’est pour mon bidou. Intervention un peu plus lourde, un peu plus longue, mais rien de grave. Ce sont juste les séquelles d’une précédente opération un peu ancienne qu’il faut réparer parce que ça déglingue le reste. Bref une couture de plus comme disait mon fils quand il était petit.

Bon je sais tout le monde s’en fout de mes petites histoires de santé, comme du reste d’ailleurs…
Mais scusez, rançon de la solitude, j’évacue le stress comme je peux en causant sur mon blog.
Comme ça le jour J, cad demain aprèm, j’irai à la clinique tranquillou 2 km à pieds et en tram, mon sac sur le bras sans plus penser à rien…

J’avoue j’ai quand même un peu le trac, j’ai du prendre un petit calmant pour me dés-angoisser. Mais ça va bien se passer comme dab !

Allez aujourd’hui je vais faire un p’tit tour chez le coiffeur pour me sentir belle et me changer les idées.

L’opening du marché du Lèz, ça c’est fait !

J’étais impatiente de découvrir le marché du Lèz, ce nouvel endroit à Montpellier destiné à devenir « un pôle culturel, créatif et gustatif ».
Il regroupe commerces, brocanteurs, marchés de producteurs, restaurants, startups.
C’est aussi un lieu où sont organisés des événements et des expositions de toutes sortes.

L’Opening de ce fameux marché du Lèz se déroulait le 1er décembre. J’y suis donc allée pour y retrouver 2 potes.

Ce n’est que mon impression, mais cette soirée faisait très after work pour bobos chics, « The place to be », faut aimer.
Ceci dit, bien accompagnée,  j’ai passé un bon moment .

Donc au centre de la cour intérieure du marché était installé un bar à champagne, tout autour se trouvaient bar à huîtres, bar à vins, bar à bières, et des food trucks étaient garés à l’extérieur de la cour.
Le resto la baraquette avait organisé un coin festif avec vin chaud, groupe musical et exposants.

La baraquette

Le resto la cachette, dont la déco est superbe, avait installé un bar sur sa terrasse et offrait des moules pour accompagner l’apéro.

La cachette
La cachette

Bref il y avait largement de quoi abreuver du monde, et il y avait du monde !
Il y bien eu quelques animations dans la cour mais vu la foule je n’ai rien vu.

Cour intérieure du Marché du Lèz
Cour intérieure du Marché du Lèz

J’en ai quand même profité pour visiter « la brocante », qui en fait n’en ai pas une vu les prix pratiqués. C’est plus exactement une boutique d’antiquaire vintage. Il y a de jolies objets, de beaux meubles, des fringues (que des petites tailles), mais c’est vraiment très cher, pas du tout pour ma petite bourse.

La brocante
La brocante

J’ai failli craquer sur un chapeau rouge, mais le prix m’a arrêtée. D’ailleurs, je peux trouver le même ailleurs à un prix plus raisonnable, et en plus j’ai le même en noir.

Par contre ce qui est vraiment très chouette c’est la déco sur les façades, du magnifique street art  !

Street Art
Street Art

Maintenant que j’ai découvert l’endroit, je dirai trop de comm tue la comm. Je reste sur l’impression que c’est un after work pour bobos chics.
J’y retournerai peut-être si des potes y vont,  tester un resto éventuellement, mais toute seule non je ne crois pas.
Quoi qu’ il faudrait que j’y retourne au moins une fois de jour pour mieux apprécier le côté artistique des façades et de la déco.