Rédactrice technique mais pas dessinatrice projeteuse

Difficile de trouver un job quand, en plus des compétences qui correspondent normalement à un métier que tu as exercé, en l’occurrence celui de  rédactrice technique,  on te demande des compétences d’un autre métier. Le deux en un quoi !

Cette fois, on m’a demandé des compétences de dessinatrice projeteuse !

Heu… Ben non Je ne sais pas réaliser des dessins en 2D/3D, plans, ou autres schémas tarabiscotés avec des outils de CAO/DAO.

Rédiger oui ; utiliser des logiciels de rédaction en ligne, de PAO, des outils de traduction et autres outils utiles à la rédaction technique oui ; exécuter des modifications faciles avec des applications d’imagerie, oui ; mettre en page des illustrations, oui ; mais dessiner, ben non ! jamais fait !

Je ne suis définitivement pas dessinatrice projeteuse ! Et je n’ai franchement pas l’intention de m’y mettre, pas du tout la fibre pour…

J’ai été transparente, j’ai prévenu tout de suite pour que personne ne perde son temps dans de nouveaux entretiens inutiles.

Ah oui au fait, c’est quoi ma carrière ? Ben voilà : biographie pro

La plage fin septembre, quel bonheur !

Des mois et des mois que je n’avais pas mis les pieds à la plage. C’est un comble quand on habite le Sud. Mais trop de chaleur et trop de monde l’été font que ça ne me motive pas vraiment d’approcher le littoral en cette période.

Et là, avec cette douce température qui nous a envahi en ce début d’automne, d’aller enfin remettre les pieds dans l’eau comme l’année dernière à la même époque m’a fortement démangée.

J’ai donc embarqué une copine, et hop  direction Palavas !

Quel bonheur ! Personne, pas un chat, une plage zen fraîchement nettoyée des déchets touristiques, une eau fraîche mais pas trop au point d’y rester mijoter plus d’1/2 h, le pied quoi !

Plage de Palavas

Nous avons juste été dérangées vers 16h par une petite classe, dont la maîtresse un  peu bécasse, au lieu d’emmener les enfants là où il y avait de l’espace  et il y en avait à revendre, les a entraînés pour jouer au cerf volant juste où nous étions étendues.  Comment dire ? L’instinct grégaire ? Et d’engueuler les enfants pour qu’ils ne nous dérangent pas ! Un peu connasse non ? Bref !

Après ça, petit apéro en ville, shopping, sardines, vin blanc … déconnexion totale !

Non n’avions vraiment pas envie de rentrer. Et puis l’excuse, nous étions tombées sur l’ouverture de la féria de septembre de Palavas, alors…

Chante les sardines

J’ai préparé mes obsèques, ça c’est fait !

Ces dernières années quelques connaissances, amis et proches sont malheureusement décédés relativement jeunes pour cause de cancer, crise cardiaque, ou autres joyeusetés. Ils ont ainsi laissé leur famille désemparée face à l’organisation et au coût de leurs obsèques comme de bien entendu imprévues.

Comme je ne suis pas à l’abri non plus que la faucheuse me tombe dessus inopinément ; comme je ne tiens pas à ce que mes enfants se retrouvent  complètement désemparés, à devoir débourser de l’argent qu’ils n’ont pas, sans trop savoir en plus quoi faire de mon corps ; et bien j’ai préparé dès maintenant mes obsèques.

Et oui carrément !  60 ans dans 1 mois, tous mes esprits et l’espoir de ne pas vivre trop vieille, c’est le bon âge pour prévoir ce genre de chose en toute sérénité !

Pour tout dire j’ai souscrit un contrat testament obsèques sur mesure. Tout est pris en charge du début à la fin quel que soit le lieu où je passe l’arme à gauche. Bah oui je ne sais pas d’avance si je vais toujours vivre au même endroit, si je serai en maison de retraite ou à l’hôpital au moment fatidique ou encore en voyage en France ou à l’étranger – mon contrat comprend donc l’option rapatriement.

urne choisie pour mes obsèques

Donc, de la crémation sur mon lieu de domicile, après éventuel rapatriement, et inhumation de l’urne funéraire dans le caveau familial de mon lieu de naissance, jusqu’au gravage de la pierre tombale, tout est orchestré.

Mes enfants n’auront pas à exécuter les nombreuses démarches et formalités auprès des mairies, de la police, de l’ hôpital si jamais, de la non cérémonie, du cimetière, des autorisations etc… L’assistant funéraire s’en chargera jusqu’à la mise à jour du livret de famille, et il réglera avec mon pécule.

Ma petite famille sera ainsi soulagée de toutes ces contraintes financières et matérielles particulièrement chiantes le moment venu.

Quelqu’un devra juste se dévouer pour transporter dans sa petite auto mon urne de la ville où a eu lieu la crémation jusqu’au cimetière où elle sera déposée, parce que quand ces deux lieux sont éloignés, le transport de l’urne de l’un à l’autre coûte un bras, voir deux.
Je laisserai aussi le soin à qui veut d’acheter des fleurs pour éventuellement égayer le caveau (du parme, du fuchsia, du rose, du blanc… pas de jaune, j’aime pas. En fait je m’en fiche, je ne les verrai pas, gardez vos sous…   😉 ).

De toute façon je n’ai prévu aucune cérémonie, je n’en veux pas, pas plus que de présentation du cercueil ouvert  en salon  avant la crémation. Si des personnes sont présentes au moment de la fermeture du cercueil, le dernier recueil se fera à ce moment là et puis c’est tout.
Sans déconner, les gens s’ils veulent me voir, c’est de mon vivant, pas quand je serai morte dans mon cercueil. Et là j’insiste, vue la vie remplie de solitude que je me tape, je trouverais gonflé que certains veuillent venir voir quelle tronche j’ai morte ! non mais sans blague !

Et comme chante Barbara  : c’est du temps de leur vivant  qu’il faut aimer ceux que l’on aime.

Bref, pour mettre tout ça au point un conseiller PFG est venu chez moi. Et voilà, tout est réglé, mes dernières volontés sont enregistrées et le financement est en route.

Elle est pas belle la vie ! Me voilà soulagée d’un poids,  je peux mourir tranquille !

Ben quoi ! Je pense à mes proches moi !

Bon si vous voulez les coordonnées du conseiller, je cafte sans problème, il se déplace dans pas mal de départements.

Pour plus d’infos : testament obsèques

Non ce n’est pas l’été indien en ce moment !

Je vois plein de gens écrire  sur les réseaux sociaux que c’est l’été indien en ce moment, tout ça parce qu’il fait encore très chaud en ce mois de septembre.

Ben non les gens ! L’été indien ce n’est pas en cette saison, c’est en automne.

Allez un petit coup de  Wikipedia pour se rafraîchir les idées  :

L’été indien ou l’été des Indiens (expression d’origine nord-américaine, en France on parle d’été de la Saint-Martin) est une période de temps ensoleillé et radouci, après les premières gelées de l’automne et juste avant l’hiver.

C’est encore l’été tout simplement ! bah oui !

Et ne vous inquiétez pas, les intempéries ne vont pas tarder à arriver avec l’automne 😉