Covoyager à deux, pas toujours l’idéal

Tiens au fait je ne vous ai toujours pas parlé de mes vacances au Vietnam ! Et oui, pour tout dire j’ai beaucoup de mal à les digérer.

Non pas que j’ai été déçue par le pays, non. J’ai été très contente de le visiter du nord au sud. Certes ça fait beaucoup de bornes en 15 jours et changer d’endroit  tous les jours c’est crevant, surtout quand il y a des différences d’altitude et de climat. Mais c’était très bien organisé, très instructif, et les guides étaient supers.

Non pas que j’ai été déçue par l’organisme par lequel je suis passée, non. Il s’agit des covoyageurs, une agence de voyages pour célibataires et familles monoparentales, bref dédiée aux gens comme moi qui sont seuls et qui n’ont pas envie de partir seuls en vacances et payer le supplément single. Rien à dire donc sur le concept.

Bon ben alors c’est quoi le problème ?
Et bien voilà, au départ nous devions partir à cinq, l’idéal, mais malheureusement des personnes se sont désistées, et nous nous sommes retrouvées à… deux ! Le voyage aurait pu être annulé mais vu que nous avions déjà nos visas il a été maintenu, et vogue la galère…

Quand on part à plusieurs on trouve toujours quelqu’un vers qui se rapprocher, avec qui on a plus d’affinités que d’autres pour échanger. Mais à deux, là, quand on ne connait pas la personne, c’est un coup de pile ou face, ou ça passe ou ça casse. Et bien pas de bol ! Pendant 15 jours, 24h sur 24h je me suis retrouvée en tête à tête  avec une personne avec laquelle je n’avais aucun atome crochu, mais rien de chez rien. La vraie galère quoi ! Pourtant nous avions à peu près le même âge.

C’était le genre de personne au-dessus des autres, qui bassine tous les jours avec sa profession (libérale), incapable de s’adapter, qui râlait du matin au soir, pleine de manies bien chiantes, voir même de tocs, et qui ne supportait rien, ni personne. Il ne fallait pas faire de bruit, pas tousser, pas ronfler, pas respirer… ça agaçait madame.
Elle était capable de faire chier  pendant toute une nuit un compartiment entier dans le train  par ses râleries et bruyants soupirs parce qu’un mec la dérangeait par ses ronflements, mec qui ne dérangeait personne à part elle.
Elle pouvait sans problème réveiller tout un hôtel en claquant violemment la porte de la chambre à 5h du matin uniquement parce que nos voisins de chambre avaient  fait un peu de bruit en discutant la veille au soir sur leur balcon. Perso, même sans bouchon d’oreille je n’avais rien entendu.
Quand j’ai pris froid et que je me suis mise à tousser, ça a été le calvaire pour moi. Il y a même une nuit où j’ai du dormir par terre dans la salle de bain pour ne pas déranger sa seigneurie.
Réflexions, culpabilisation, parce que oui, chaque fois qu’elle voulait obtenir quelque chose, chaque fois que je n’allais pas dans son sens, son truc était de culpabiliser l’autre.
Ah et puis le fait qu’elle avait une meilleure condition physique que moi, ça je ne risquais pas de l’oublier. Pourtant, curieuse comme je suis, je suis allée partout, même quand il a fallu marcher des heures sous la pluie dans les rizières.

Au bout d’une semaine je n’en pouvais déjà plus, je voulais rentrer. Elle m’a pourri mon voyage !
La seule solution pour éviter les histoires et tenir jusqu’au bout a été pour moi de la fermer, de faire en sorte de ne jamais la contrarier ni la contredire, de toujours lui laisser la meilleure place, que ce soit le bon côté dans la voiture pour qu’elle puisse prendre ses photos, ou le côté fenêtre à l’hôtel et en bateau pour éviter les réflexions désagréables, ou encore la place avec la meilleure vue.

J’aime autant vous dire que pour être tranquille dans l’avion du retour, je me suis arrangée pour disparaître dans la foule au check in à l’aéroport de Hô-Chi-Minh-Ville. Bref on ne s’est pas dit au revoir et on ne s’est jamais revue. Tant mieux !! Elle m’a trop épuisée nerveusement.

Résultat des courses, covoyager c’est peut-être une solution pour les gens seuls, mais plus jamais je partirai en vacances à deux avec quelqu’un que je ne connais pas ! là je suis vaccinée !

Ah oui au fait, cette charmante personne se dit humble, et veut faire de l’humanitaire, mais surtout pas pour les enfants. Ben oui, c’est pénible les mômes, ça fait du bruit, ça se salit, ça bouge de partout… Bref comment dire ?

16 réflexions sur « Covoyager à deux, pas toujours l’idéal »

    1. Certes, mais enfin dans ce billet il ne s’agit ni de famille, ni d’ami, si vous lisez bien. Et franchement, si cela était possible, je serais ravie de partir en vacances en famille, ou avec des amis …

  1. De chez oxymoron…
    J’ai souri car cema me rappelait quelqu’un, moins pénible, enfin je veux dire moins ch….te !
    Personne que j’ai failli larguer au coeur de la Valle de ansò. Qui ne voulait pas manger les spécialités espagnoles par crainte de la gastro ! Qui voulait manger à heure régulière… Et dire que je ne voulais pkus partir en vacances avec elle, et je viens de la solliciter. Je vais faire marche arrière… 🙂

  2. J’ai un peu le même cas au boulot, mon contrat se termine vendredi, j’ai pas pu tenir, il reste seulement 3 jours jusqu’à vendredi ça parait peu, mais pour moi c’est encore trop long. J’ai évité de la contrarier, pendant plusieurs mois. J’ai supporté son mauvais caractère et ses râleries, elle n’aime rien, elle ne parle pas elle crie, (je bosse en maternelle). Elle n’a aucun savoir-vivre et m’a manqué de respect. Le cauchemar a prit fin je suis en arrêt maladie jusqu’à vendredi (cervicales tendues) et je ne la reverrai pas (enfin je croise les doigts!) J’espère que votre prochain voyage sera plus sympa:)

  3. J’ai vécu la même chose que Alice (commentaire au-dessus), c’était l’année dernière. J’ai dû donner ma démission un mois et 19 jours avant ma retraite, je n’en pouvais plus. J’avais fait plusieurs arrêts pour douleurs cervicales atroces (comme Alice) et j’étais épuisée car cette personne était pas patronne (elle n’aime rien, se lasse de tout le monde, se croit au-dessus des autres, invente des histoires sur votre vie privée qui n’existent pas). Bon courage à tout le monde ici.

  4. Bonsoir, je vois tout à fait le genre de vacances 🙁 … qui en plus vont te marquer pour très longtemps !

    Pour ma part, je n’ai pas eu ce problème, car j’ai « rencontré » mon co-voyageur en passant par une app et j’ai discuté quelques semaines avec lui avant de programmer une destination commune.
    On a même bu un café ensemble sur Paris 7 jours avant le départ !

    J’y ai tout de suite vu mon avantage en passant par ce système, car au moins, si un cas semblable se produit, tu peux annuler ou changer de co-voyageurs… et personne n’est perdant ! Il y a une garantie qui couvre le désistement de l’un et/ou de l’autre et chacun paie de son côté…
    Donc tout ça pour dire que je suis parti avec ce monsieur (breton) en stage de plongée (car j’y avais été initié lors d’un précédent séjour et j’avais adoré) et du coup lui aussi cherchait quelqu’un pour explorer les fonds marins… ça a matché très vite !

    C’est vrai que quand ça se passe dans l’autre sens c’est pas évident à vivre.
    Cela t’auras appris au moins à prendre sur toit 🙂

    Bon vent à tous les amoureux du voyage !

    1. je suis tout a fait d »accord avec toi Anthony.
      Je trouve cet article très intéressant mais je ne suis pas du tout de votre avis puisque je l’ai testé récemment. Malheureusement je n’ai pas trouvé mes compagnons de voyage sur les forums même si j’ai laissé une dizaine d’annonces sur plusieurs site notamment)
      Je suis tombé sur ce site expedream.fr une plateforme qui met en relation des voyageurs, dans le but de les regrouper selon une thématique ou un événement spécifique. Ce site permet aux utilisateurs de créer son propre voyage ou, d’incorporer d’autres voyages fait par les internautes. C’est là ou j’ai créé mon voyage, « le Cuba libre », je recherchais des personnes, pour visiter l’île de cuba (on a pas pu aller partout c’est assez long). Le but du site est de partager un hébergement avec inconnus ou groupe d’amis, dans le but de réduire les coûts de l’hébergement, et là chacun paie sa part. J’ai fais la rencontre de 8 autres personnes formidables, ce fût une expérience humaine incroyable, et une aventure exceptionnelle, je ne pensais pas m’attacher à ses personnes, et au jour d’aujourd’hui nous nous écrivons très très souvent et essayons de se voir le plus possible. Ce site permet de créer des liens fort entre les utilisateurs et sur le côté financier, de faire des économies, je suis vraiment ravi de ce site que je recommande à tous !

      1. Merci pour le partage !

        Après je ne suis pas là pour critiquer (d’ailleurs, je pense que l’administrateur fera ça très bien) mais depuis le lancement des première startups sur le covoyage, les copies de ces concepts naissent chaque jour afin certainement de sortir son épingle du jeu. Par exemple (info AFNIC) :
        – paravecmoi.com : 27 Jui 2015
        – foreyn.com : 24 Déc 2015
        – expedream.fr : 26 Fev 2016
        – barouding.fr : 09 Aou 2016
        On voit donc clairement d’ou s’inspirent les derniers arrivés, même si, c’est au voyageur d’y trouver son compte. Au final chaque site à sa spécificité, expedream (voyage en groupe), paravecmoi (solo & annonces de voyage)…
        Merci en tout cas de ton expérience !

        Bonne journée

      1. De rien 🙂 J’ai longtemps cherché une solution, alors je partage !

Laisser un commentaire