Parce que moi non plus…

… à l’instar d’AS dans son édito, je n’en peux plus !

  • Oui je n’en peux plus de tous ces gens qui se croient au dessus des lois, qui les transgressent et qui ensuite jouent les martyres quand les forces de l’ordre interviennent. Quand on joue avec le feu on ne vient pas se plaindre après !
  • Je n’en peux plus des mêmes qui osent donner des leçons sur la famille alors qu’ils ont des attitudes irresponsables avec leurs enfants. Mais occupez-vous donc de vos fesses !
  • Je n’en peux plus de cette masse qui, sous prétexte de liberté d’expression ne respecte plus rien, ni personne oubliant que la liberté d’expression est indissociable du respect de la dignité humaine, des droits et de la réputation d’autrui.
  • Je n’en peux plus de ces politiciens qui n’ont plus aucun respect pour la justice. Mais bon sang pour qui se prennent-ils ? Quels exemples donnent-ils ? lamentable !
  • Je n’en peux plus de ces journalistes qui ne vérifient même pas les informations qu’ils diffusent. Décidément les JT n’ont plus aucune crédibilité !
  • Je n’en peux plus de ces citations sorties de leur contexte et de ces interprétations imbéciles.
  • Je n’en peux plus de ces spams, hoax, intox et autres saloperies qui circulent à longueur de temps via les réseaux sociaux, et que tout le monde avale comme des couleuvres.
  • Je n’en peux plus que ce soit toujours les exploits des plus crétins qui soient sur médiatisés. Valorisons donc ceux qui en valent la peine et pas les imbéciles bon sang !
  • Je n’en peux plus de ces médecins qui ne savent plus tâter un ventre ni être à l’écoute de leurs patients.
  • Je n’en peux plus de ce parisianisme omniprésent. Non Paris n’est pas la France !
  • Je n’en peux plus de ne jamais être écoutée.
  • Je n’en peux plus de… pfffff la liste est longue !

J’ai espéré longtemps que l’on reprenne un peu de hauteur dans ce pays, avoir quelques personnes à admirer,  mais non il n’y a vraiment rien à faire, on vole de plus en plus au ras des pâquerettes.

Ah là là, du respect, du professionnalisme, de l’éducation, de l’intelligence, de l’écoute, du vrai charisme,  bon sang j’en rêve !

pfff je crois bien que  j’ai besoin de vacances moi aussi ! 😉

Rugby !

 Aaaah prenez pour mariii un joueur de rugby
Et vous aurez pour charmer vos jours !
Un champion du sport et de l’amour.
Oui ! Toujours vigoureux, même quand il s’ra vieux !
Vous le verrez se décarcasser pour marquer tout au moins un essai.

tsoin tsoin !

En hommage à Georgette Plana décédée hier à 95 ans et que je croyais partie depuis bien longtemps déjà !

Au fait suis toujours célibataire moaaa des fois que 😉

J’ai un CDI, j’ai des problèmes d’isolement

Quand je lis le billet de Princesse 101 qui dit qu’elle a des problèmes de riche parce qu’elle a un CDI, je me dis que je n’en suis pas loin. Et oui nous sommes cernées par les chômeurs et les précaires, alors c’est sûr avoir un CDI aujourd’hui qui ramène un salaire à la fin du mois, c’est comme descendre de la lune. Et on peut se sentir à part, en effet, avec nos petits problèmes d’actifs parmi tous nos camarades chômeurs qui galèrent comme des bêtes et qui ont eux, de vrais problèmes bien plus graves à gérer.
Il est vrai en tous les cas que, depuis que j’ai un CDI, plus que des « problèmes de riche », j’ai surtout des problèmes d’isolement pire que lors de mes longues périodes de chômage. Si Si !

Quand j’étais au chômage j’étais hyper occupée 24h sur 24h à défaire et refaire mon CV, à répondre aux annonces, à faire de la veille techno, à bloguer, et surtout à voir du monde pour montrer que j’étais toujours active, bref à réseauter.
Et aujourd’hui je suis hyper occupée par une vie totalement routinière maison/boulot, où je ne rencontre plus personne, et où je ne parle quasiment à plus personne non plus, dans un poste sans surprise coupé de l’extérieur, le cul devant mon ordi toute la journée.
Donc voilà, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le désert s’est encore plus installé autour de moi depuis que j’ai un CDI. Parce que oui maintenant tu comprends tu bosses, donc tu ne peux plus sortir la semaine parce que tu bosses le lendemain, et le Week-end, les gens que tu ne voyais que la semaine dans diverses réunions quand tu ne bossais pas, et bien tu ne les vois plus du tout, donc tu les as perdu de vue… et comme tu ne vois plus personne, tu es tombée dans les oubliettes.

Je continue bien à faire de la veille en douce pour ne pas perdre le fil des évolutions techno, mais question réseautage autre que virtuel, c’est mort ! surtout quand tu es dans une boîte qui ne communique pas avec l’extérieur.
Résultat, ce CDI m’a complètement désocialisée.

Je me rappelle l’allusion d’Agnès sur la désocialisation que pouvait entrainer un CDI dans une telle boîte. J’avais émis des doutes et j’avais surtout répondu que oui peut-être, mais j’allais avoir un salaire à la fin du mois, et ça ça n’avait pas de prix.
Et bien si, le prix du CDI, surtout quand on n’a pas le choix du poste quand on vient d’un chômage de très longue durée, c’est l’isolement aussi bien physique qu’intellectuel !

Mais bon ne nous trompons pas, ceci n’est pas une plainte, juste une constatation, pour donner raison à Agnès, et rebondir sur le billet de Princesse101 qui n’a pas tord non plus.
De toute façon, ayant connu les deux situations chômage/taff, je préfère sans aucun doute avoir un CDI, même si je suis encore plus isolée qu’avant. Parce que oui, j’ai un salaire qui tombe à la fin du mois, parce que oui j’ai cette sécurité tant espérée après avoir vécu la pauvreté. Et que si ça me pète de m’évader vers un autre univers pour me changer les idées, genre vacances à l’autre bout du monde, et bien maintenant je peux le faire ! Heu enfin presque… On a beau avoir « des problèmes de riche » par rapport aux chômeurs quand on a un CDI, on n’est pas riche pour autant ;).

Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmes ! qu’on se le dise !

Non le 8 mars n’est pas une journée de fête, non le 8 mars n’est pas un jour de célébration de la femme où les hommes doivent exceptionnellement être gentils avec elles. Ce n’est ni la saint valentin, ni la fête des mères.

Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmes !

Mesdames, réveillons nous ! Ignorons les blagues sexistes, et les « bonnes fêtes » de ces messieurs. Arrêtons de minauder face aux #FF des mecs sur Twitter. Arrêtons de nous extasier devant ces textes dégoulinants de mièvrerie comme de la guimauve partagés à tous les contacts féminins de Facebook.  Et surtout boycottons les opérations marketing sexistes qui fleurissent le 8 mars, et la presse de bas étage, genre l’express, devenue lamentable de misère journalistique !

La récupération commerciale et l’inculture crasse qui envahissent cette journée sont une honte face à toutes ces femmes du monde entier qui se sont battues et se battent encore pour leurs droits !
La violence faite aux femmes, les agressions sexuelles, la précarité, l’intimidation au travail, le droit à l’éducation, l’égalité de traitement entre hommes et femmes, …, sont autant de combats quotidiens ! Parce que oui  le 8 mars c’est toute l’année !
La vie des femmes ne ressemble en rien à celle des hommes tant elles sont en lutte permanente.

Alors zappons  la crétinerie de cette journée transformée en fête, faisons plutôt honneur à nos ainées. Intéressons-nous au thème de l’année définit par l’ONU :

« Une promesse est une promesse : il est temps de passer à l’action pour mettre fin à la violence faite à l’égard des femmes »

Oui Action !