Parfum d’antan

J’avais le souvenir, enfant, d’odeurs poudrées qui enveloppaient quelques élégantes. Les années ont passé et ces senteurs d’antan, que j’aimais particulièrement, se sont évaporées avec le temps.

Le mois dernier, alors que je trainaillais à la Grande Motte,  de merveilleuses notes douces de poudre de riz me chatouillent le nez, et m’attirent dans une boutique.  Je suis restée un moment, là, à rêvasser tout en m’enivrant de ces fragrances doucereuses et cotonneuses qui s’évadaient des bâtons de tests et des bougies.

Dans cette bien jolie boutique, une très charmante jeune fille propose non seulement des parfums aux senteurs d’autrefois que l’on ne trouve pas dans les chaînes de parfumeries, mais aussi des vêtements et des bijoux de créateurs.

Une petite boutique comme j’aime pleine d’originalités, où je me suis promis de revenir. Ce que j’ai fait aujourd’hui, car j’avais très envie de m’envelopper de ces doux effluves odorants, à défaut de bras chaleureux. Et  j’ai craqué pour une eau de toilette d’une douce sensualité poudrée sucrée.  Je me suis offert un vapo d’héliotrope blanc !

Heliotrope blanc

Il parait que c’est un parfum magique, véritable arme de séduction. Il parait aussi que c’est l’une des fragrances favorites d’Ava Gardner…

IL ETAIT UN PARFUM (Parfumerie d’Antan)
Ma petite entreprise
Place du Forum
34 La Grande-Motte

C’est quoi ma crème

« C’est quoi ta crème ? » m’a demandé Michelle quand je lui ai dit mon âge.

Il semblerait que je fasse encore illusion avec ma tronche au naturel malgré ma quinquitude. Mais bon faut pas  regarder de trop près les rides du cou non plus, ni celles du corps, genre « t’as les bas qui plissent ! »  » heu non c’est pas mes bas…  » . 😉

Bon alors c’est quoi ma crème ? ben j’en n’ai pas ! je lui ai répondu…  C’est pas tout à fait exact. Pour tout dire je me passe une lotion tonique le matin pour calmer l’agression du calcaire de l’eau, et une crème hydratante pour protéger ma peau sèche de l’agressivité de l’air la journée. That’s all ! et c’est comme ça depuis des années.

Pas de botox, ni autre poison qui enlève tout charme et expressions du visage ; pas de lifting ou autre chirurgie ; pas de maquillage qui vieillit ; pas de fond de teint qui empêche la peau de respirer. De toute façon je n’aime pas me maquiller, d’autant que j’ai une forte tendance à me frotter les yeux. De temps en temps je daigne habiller mes lèvres d’un peu de rouge. Et si je dois déguiser mes yeux pour une occasion, j’utilise juste un crayon noir.

A part ça,  je ne maltraite pas mon teint non plus. Je ne fume pas. Je ne me drogue pas, pas de fumette donc. Je bois occasionnellement, uniquement lors de sorties, principalement du vin, du bon de préférence. Quand je n’aime pas, je ne bois pas, et pas d’alcools forts qui boursouflent non plus. N’en déplaise à ceux qui me prennent pour une pochtronne, parce qu’ils ne me connaissent pas au quotidien…  hinhin !

Pour finir,  je n’expose pas mon visage comme une dingue au soleil. Je bronze déjà naturellement en marchant, pas besoin d’en rajouter. J’ai trop le souvenir d’une dame quand j’étais petite qui passait son temps à lézarder, genre cette année je veux battre mon record de noircitude.  A 40 ans elle avait déjà l’air d’une petite pomme blette toute flétrie, sans parler des risques de cancer de la peau.

Voili, voilou, c’est tout ça ma crème finalement, avoir pris soin de ma peau dès la jeunesse ! 🙂

Mon genou 3 ans après, révision des boulons

  • « Contractez que je vois… ben, contractez ! »
  • « heu suis à fond, à fond. »
  • « Relâchez… recommencez… huuummm, ça bouge pas beaucoup là dedans, » dit-il en me tapotant la cuisse. « Faites voir l’autre, contractez…  Ah oui quand même ! voyez la différence, là c’est dur ! » me montre-t-il en appuyant son doigt sur mon muscle qui celui-là est bien apparent.

Il tente ensuite de tendre ma jambe à la verticale, de la replier, de la retendre…  Des craquements et des claquements accompagnent le mouvement.

  •  « zavez la hanche qui claque en plus du genou. »  Gloc gloc répond-elle. « bon vous voyez  elle devrait venir là« , explique-t-il en mimant ma guibole avec son bras. « z’en êtes loin… Faites voir l’autre… ah oui c’est mieux. Vous voyez, celle-là, elle lève bien haut, et elle tend bien ».
  •  « Bon ! Vous êtes comme une ferrari, prête à faire vrombir votre moteur, mais vous avec encore un moteur de 2 chevaux dedans.  Y a encore du boulot  ! N’oubliez pas que vous revenez de loin, très loin. Marcher c’est bien mais ça ne muscle pas ! Va falloir travailler tout ça sérieux. » Conclut-il.

Et oui aujourd’hui c’était la révision des boulons après 3 ans de prothèse totale de genou. Alors ce petit billet est pour mes visiteurs(euses) dans le même cas qui atterrissent sur mon blog via Google parce qu’ils s’inquiètent de leurs douleurs persistantes après une PTG.

Alors faut pas rêver, plus on vient de loin, et c’est souvent le cas dans ce genre d’opération, plus on a perdu de masse musculaire, et plus c’est long à récupérer.  Une articulation du genou, fausse de surcroit, qui travaille toute seule sans soutien, c’est douloureux. L’appareil ligamentaire en prend plein la gueule pour pas un rond. Il ne faut donc pas s’étonner de ressentir des douleurs, surtout après une longue marche.

Il n’y a donc pas d’autres soluces que de travailler encore et encore ischio et quadri jusqu’à enfin récupérer  suffisamment de masse musculaire pour soutenir le bazar et ne plus avoir mal au moindre effort !

Bref kiné, kiné, kiné pour travailler sur les machines, et surtout patience et longueur de temps. Ça ne sert à rien de travailler en force.

Une journée à Sète avec Michelle Blanc

Michelle Blanc, la star du web au Canada, qui se déplace pour participer à une manifestation à Montpellier, mazette quel évènement !

Faire sa connaissance à l’occasion d’un apéro organisé le soir en l’honneur des intervenants, wowww là j’en peux plus.
D’ailleurs je n’en reviens toujours pas de mon culot d’avoir osé aborder une telle personnalité alors qu’elle était assise là toute seule à  la terrasse du troquet où nous avions rv. J’ai quand même été étonnée qu’elle ne soit pas entourée à ce moment là par quelques organisateurs ou autres admirateurs. En tous les cas, bien m’en a pris de ne pas me dégonfler en jouant ma timide, car c’est là que le début d’une belle rencontre a commencé.

Nous avons passé une super soirée d’échanges avec les autres intervenants, Daniel Herrero, Henri Kauffman, et d’autres..  Puis comme apparemment rien n’avait été prévu par les organisateurs pour entourer leurs invités jusqu’à ce qu’ils repartent, Marie-Laure (@marilor) et Fabien (@fabien_saveurs) ont proposé une petite visite des environs à Michelle le lendemain, avec moi comme chauffeur de la star, hiiiiiiiiiiii ! 🙂

Entre nous, j’ai trouvé un peu lège de la part des organisateurs de l’évènement qu’ils fassent venir une pipole de l’autre côté de la planète pour la planter là toute seule dans une ville inconnue. Comment dire ? tout se perd ma brave dame !

Qu’importe, samedi nous avons passé une petite journée ensemble à Sète.

Je suis donc allée chercher Michelle à son hôtel pour la conduire jusqu’en haut du Mont Saint Clair, lieu de RV avec la famille Vie.  Michelle voulait voir la mer avant de partir, vœu exaucé. 🙂

A l’initiative de Fabien,  nous avons ensuite improvisé un petit apéro en toute simplicité le long de la jetée.

Improvisé, par tant que ça, puisqu’il avait amené de quoi titiller nos papilles.
Ainsi, assis sur un banc, sous le soleil, cheveux au vent, nous nous sommes régalés, et c’est pas peu dire, de  terrine de sanglier aux pruneaux, friton, fricandeau, saucisson maigre, olives Lucques, le tout accompagné d’un AOC Château de Flaugergues cuvée Colbert 2006 ! Franchement un délice ce cru. Il était d’un gourmand, moi qui suis une amatrice de bon vin, celui-là je l’ai noté dans mes tablettes ! un vrai petit jésus en culotte de velours qui vous descend dans le gosier ! Merci Fabien ! 🙂

Nous avons enchaîné  par la dégustation d’un plateau de fruits de mer de l’Etang de thau, accompagné d’un blanc AOC Abbaye de Valmagne, dans un petit restau typique sur le port. 🙂

Papotage, rigolade, humour, échanges, partage, nous serions bien restés plus longtemps, tellement nous étions bien ensemble, mais le train n’attend pas, et il a bien fallu accompagner Michelle à la gare. Séquence émotion, et gros coeur…

Voilà, maintenant notre star a pris son avion et est rentrée à Montréal. Et moi je plane encore après une telle journée en si bonne compagnie. Il y a des moments précieux comme celui-là qui resteront à tout jamais dans mon tiroir « les petits bonheurs de ma vie ».

Peut-être un jour à Montréal…

Note

Michelle Blanc est une femme d’affaires renommée, conférencière et blogueuse québécoise spécialisée dans les questions de stratégie et de marketing Web ainsi que de réseaux sociaux.

Chic ! des clics ! la curiosité du moment

Et bé ! c’est à l’arrache cette fois que je viens d’envoyer ma photo à Jath pour participer au 1er  Chic ! des clics ! de l’année. Heureusement qu’il y a facebook pour le rappel 😉

Le thème choisi pour ce début d’année par le dernier gagnant est : curiosité

En deux coups de cuillères à pot saupoudré de blabla facebookien, hop hop hop j’ai donc envoyé cette photo à Jath :

Sur le carreau d’un bistrot à Sète, une œuvre éphémère autour de Georges Brassens. Voilà une curiosité qu’il ne fallait pas louper.

Chic ! des clics ! : Petit jeu concours mensuel pour blogopotes organisé par Jath et Gilsoub.

Et voilà le courrier de Pôlo tant rêvé

Objet : Décision de cessation d’inscription

Madame,
Ayant repris une activité professionnelle depuis le 02 janvier 2012, vous cessez d’être inscrite sur la liste des demandeurs d’emploi à compter du 02 janvier 2012, conformément aux dispositions du code du travail (1).

Si vous bénéficiez du RSA, blablabla.

Si par ailleurs vous avez reçu une convocation de Pôle emploi, merci de ne pas en tenir compte.
blablabla.

Veuillez agréer, Madame, mes salutations distinguées.

Du rêve à la réalité, et adieu va ! Je ne vous raconte pas le ménage que j’ai fait sur mon disque dur. Il n’y a pas que ma tête qui est soulagée.

Dorénavant CDIste, ce billet est donc mon dernier billet de chômeuse. Quand je pense à toutes ces années de galère, j’ai du mal à atterrir. Mais si c’est bien vrai. Exit mon statut de chômeuse. Même pas mal ! Faut juste que je tienne jusqu’à la retraite… dans 12 ans.

Je reste bien sûr solidaire de mes petits camarades d’infortune moins chanceux. 🙂