De Webmaster à Community Manager

Community Manager par ci, CM par là, tout le monde y va de son chapitre sur ce nouveau métier, histoire d’étaler la confiture un peu plus… c’est tendance !

Enfin nouveau métier il faut le dire vite, puisqu’il existe depuis 3 ans.
Et même si on y réfléchit bien, depuis bien plus longtemps que ça puisque le mouton à 5 pattes, genre couteau suisse du Web, qui navigue entre le technique et le marketing, qui sait mettre en œuvre la stratégie Internet de l’entreprise, à la fois concepteur, communicant, rédacteur, animateur, administrateur, modérateur, Web-marketeur, développeur aussi parfois…
C’est le Webmaster ! Le vrai Webmaster autodidacte qui a su évoluer avec l’avancée des services Web vers une utilisation plus communautaire, et qui maîtrise les standards ! celui-là hein, pas un autre, pas les soi-disant qui n’ont rien à faire sur le Web… moi quoi !

Mais Webmaster, même si pour lui FB, Twitter, youtube et les autres n’ont pas de secret, ça fait vieux et rétrograde depuis le temps que ça date ! Et puis les amateurs ont fait du mal au métier…. Alors avec l’avènement des réseaux sociaux d’entreprise ces dernières années, il fallait bien créer un nouveau métier au titre plus… significatif, d’autant que depuis le Web 2.0 on ne parle plus en terme de sites Internet, mais de communautés et d’individus.

Et c’est ainsi que le bon vieux Webmaster, l’homme (la femme) à tout faire est remplacé par le Community Manager ! Mieux encore le Webmaster éditorial est devenu Content Manager. Ça fait plus chic !

Je vous assure, un Webmaster qui se respecte sait très bien poster des commentaires sur les blogs, créer et animer une page Facebook, un groupe MySpace ou LinkedIn, ou encore faire du viral content sur YouTube. S’il ne sait pas, il s’adapte. D’ailleurs, un Webmaster ne serait-il pas un Community Manager avec expérience ?

En tous les cas, certaines entreprises, pour être sure de leur coup pour la gestion de leurs sites et communautés, cherchent des Community Manager qui soient aussi Webmaster… et référenceur ! Non plus le mouton à 5 pattes, mais à 6… sans payer bien sûr !

Bon et si je me présentais comme Community Manager plutôt que comme Webmaster ? Nannn ? Après tout j’en ai les compétences !

C’est mort !

Discussion autour d’un verre :

C’est quoi alors que tu cherches comme job ?
Concepteur Web, Webmaster, tout ce qui tourne autour du Web, j’ai une large palette de compétences…
Oups c’est mort la conception Web !
heu non mais dans le sens chargé de projet Web !
C’est mort j’te dis… T’as pas d’autres métiers que tu pourrais faire  ?
Ben si Community Manager, j’ai toutes les compétences, ça me brancherait bien comme métier…
ah oui mais là c’est mort pour toi. Métier émergeant, ils ne prennent que des jeunes, et toi pfuuu….

Et après on s’étonne que je chope des complexes et que je n’ose pas dire ce que je sais faire… 8 ans qu’on me balance du c’est mort !, ou qu’on me regarde d’un air compatissant chaque fois que je parle d’un métier que je pourrais exercer !

Résultat des courses j’ai le moral dans les chaussettes ! D’ailleurs je me dis qu’on devrait tuer « les vieux » le jour de leur 45ème anniversaire, comme ça plus de problème de chômage, ni de retraite !

Chic ! Des clics ! c’est chapeau

Voilà deux ans pile que je n’ai pas participé au concours photos Chic ! Des clics ! proposés par Jathénaïs et Gilsoub. Comme c’est la rentrée aussi pour la quatrième saison de Chic ! Des clics !, pourquoi ne pas m’y remettre !

Bon, pour le rappel des règles de ce concours amical c’est par là. Et cette fois ci le sujet est : Chapeau.

J’ai plein de photos de gens qui portent des chapeaux, mais je ne suis pas persuadée qu’ils apprécieraient se retrouver sur le Net, même pour un concours amical entre blogopotes… Mais j’ai quand-même choisi celle-ci pour le fun !

comme un soleil

mis à jour du 26/09/10 :
et voilà les résultats de ce sympathique concours chez Gilsoub : Joli coup de chapeau

Quand un combattant de la seconde guerre mondiale dit non au Diplôme d’honneur

Voilà un ancien qui ne s’en laisse pas compter. Vétéran de la seconde guerre mondiale, l’oncle d’Oxynel a été invité par le maire de sa commune à recevoir le fameux Diplôme d’Honneur créé pour la commémoration du 70ème anniversaire des combats de 40, selon la volonté du Président de la République.

Je vous invite à lire la réponse de cet homme d’honneur au Maire, et surtout la lettre ouverte qu’il a envoyé à notre Président :

La réponse au Maire

Madame le Maire,

J’ai bien reçu l’invitation qui m’est faite de venir recevoir, le 21 septembre, le Diplôme d’Honneur

inventé récemment par le pouvoir actuel en vue, probablement, de redorer un blason passablement défraîchi et de racoler un électorat qui s’amenuise de jour en jour

Je vous adresse, ci-joint, copie de la lettre que j’envoie à monsieur le Président de la République à ce sujet,

Je ne m’étendrai pas davantage sur les raisons qui me font refuser cette mascarade. Je les expose suffisamment dans cette lettre.

Je vous prie d’agréer, Madame le Maire L’expression de ma parfaite considération

La lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président,

Je reçois, aujourd’hui, une lettre de Madame le Maire de Saint-Ismier, m’informant que le Président de la République a sollicité tous les Maires afin qu’ils remettent le « Diplôme d’Honneur aux Combattants de la Deuxième Guerre Mondiale ».

Cette lettre se poursuit par une invitation à une réunion au cours de laquelle me sera remis officiellement mon diplôme.

Cela m’a paru si grotesque que j’ai tout d’abord cru à un canular mais, à l’examen, il s’agissait bien de ce que je lisais. Alors je me suis demandé à quoi peut bien servir un tel document :

-/-A attester que j’ai réellement combattu pour mon pays ? J’ai dans mon bureau mon Livret Militaire.

Il y est inscrit que je me suis présenté le 6 janvier 1944 en vue de contracter un engagement pour la durée de la guerre au sein de la 2ème D.B. connue sous le nom de Division Leclerc en formation à l’époque au Maroc.

Il y est aussi précisé que j’ai effectivement et activement participé à toutes les campagnes de cette unité jusqu’à la fin des combats en Europe et même au delà. En effet, je me suis porté volontaire pour continuer la lutte en Extrême Orient, le Japon étant encore en guerre à ce moment là.

Après la défaite nippone j’ai été intégré malgré moi dans le corps expéditionnaire pour  l’Indochine. Au bout du compte je me suis retrouvé pendant presque quatre ans sous les drapeaux.

-/-Alors quoi ? Une récompense ? Elle ne saurait être comparée aux distinctions qui m’ont été décernées, je veux parler de la croix de guerre et de la Presidential Unit Citation. De toute façon je       ne cherche nullement à en tirer gloire, je n’ai jamais porté ces décorations et peu de gens savent qu’elles m’ont été décernées.

A la réflexion, j’ai compris l’utilité de ces hochets distribués en votre nom. Vous espérez qu’ils vous rapporteront quelques milliers de voix supplémentaires aux prochaines élections ! Faut-il que vous vous sentiez en mauvaise posture pour ratisser aussi large ? Ce que vous ignorez, c’est que pour les quelques vieux combattants de cette époque encore en vie, tout ce qui compte c’est d’être en paix avec leur conscience. Sachez, monsieur le Président, que vos fausses distinctions leurs sont indifférentes.

Alors, monsieur le Président, le bout de papier que vous allez faire distribuer, n’a pour moi aucune valeur et je n’en veux pas.

Je n’en veux pas parce qu’il est distribué dans l’espoir de consolider une politique que je trouve néfaste. Et elle est néfaste parce que c’est une politique de division, de rejet et d’asservissement. C’est la politique du fort contre le faible, des financiers contre les citoyens. C’est la politique de la suspicion permanente. Elle commence à trop ressembler, cette politique, à celle que je partais combattre le 6 janvier 1944, à 18 ans en revêtant l’uniforme de la 2ème D.B.

Pour toutes ces raisons, je ne me rendrai pas à l’invitation qui m’est faite par le maire de Saint-Ismier et je continuerai mon combat contre les forces et les hommes qui menacent notre laïcité et notre démocratie, jour après jour.

Je vous adresse, monsieur le Président, les salutations que m’impose votre fonction.

Ex-soldat de 1ère classe René HEITZ

Voilà qui est bien envoyé !

Happy inside, les chats envahissent Ikea !

J’adooore la nouvelle campagne de pub d’IKEA « Happy Inside »!

La campagne a été imaginée par l’agence Mother London. Il s’agissait d’illustrer le confort procuré par la gamme de produits IKEA. L’idée a donc été de filmer une centaine de chats lachés la nuit dans le magasin de Wembley.

Et voilà ce que ça donne :

Il faut dire que je suis très chat, alors évidemment j’aime, d’autant que les chats sélectionnés sont très beaux.

Les coulisses du tournage :

Ikea a aussi lancé pour l’occasion ses pages IKEAcats sur facebook et youtube.

Trop cute !

« Yahoo ! pour Elles » limite sa cible au 25-45 ans !

Aujourd’hui Yahoo! lance officiellement son site féminin Yahoo! Pour Elles. C’est un portail dédié aux femmes qui concentre toutes les thématiques censées les intéresser.
Le Web dit « féminin » n’est pas vraiment mon truc, puisqu’il se rapproche un peu trop des futilités des magazines, mais bon ça peut plaire à certaines de tous âges qui ont envie de retrouver ce genre de contenu sur le Net en un seul endroit.
Seulement voilà le hic, Yahoo! a des idées rétrogrades, et limite sa cible pour son portail Yahoo ! pour Elles. Et oui ! comme dans la vie active !  au dessous de 25 ans on n’existe pas, et après 45 ans on est mort !

Extrait du communiqué :

Accessible depuis la page d’accueil de yahoo, cette chaîne, exclusivement dédiée aux femmes (et plus spécifiquement à la cible des 25-45 ans) a pour vocation de les accompagner au quotidien mais également dans toutes les étapes importantes de leur vie.

(et plus spécifiquement à la cible des 25-45 ans) : La parenthèse de trop qui ne fait pas avancer le shmilblic de la discrimination par l’âge qui existe en France ! Une bourde qui n’est pas prête de contribuer au changement des mentalités contre lesquelles on se bat au quotidien passé 45 ans !

Dommage donc que Yahoo pour Elles ne s’adresse pas tout simplement à la totalité des femmes actives. Yahoo! aurait pourtant pu prendre conscience que les jeunes femmes de moins de 25 ans ont aussi une vie active, et que nous ne sommes pas à mettre au placard à partir de 45 ans. Nous avons encore 20 ans à travailler, et la déco, la beauté, le bien-être, le sexe, la vie de famille, font toujours partie de notre vie… Certaines ont d’ailleurs encore des enfants en bas âge à 50 ans et sont très concernées par le trio « couple, famille, vie professionnelle ».

Alors moi, encore très séductrice, mère, working girl, bonne copine, gourmande et j’en passe… comme j’arrive sur mes 54 ans (non non ça fait pas mal, tout va bien), laaaaargement au-dessus de la cible, et bien je vais boycotter ce portail qui ne veut pas de moi… De toute façon ça tombe bien,  je n’en vois pas l’intérêt en tant que femme !

De toute façon cibler sur une fourchette d’âge pour ce type de portail est complètement crétin puisque le Web est World Wide…

L’inauguration de l’Arena, la salle, le spectacle… Waouuuuh !

Et bien voilà j’y étais ! et oui j’étais à l’inauguration de l’Arena, la 2ème plus grande salle de France après Bercy, vendredi 3 septembre 2010 à Montpellier, et Waouhhhh ! c’est pas peu dire, j’ai été impressionnée ! Cet espace de service public est géant !

L'Arena

Agglutinés devant la porte, nous étions plus de 5000 impatients à attendre que le ruban soit coupé pour découvrir cette Grande salle aux combinaisons multiples, hall d’exposition, espace de congrès, salle de spectacles ou palais omnisports…

inauguration Arena

A l’ouverture des portes nous avons été accueillis par la compagnie malabars. J’ai écarquillé les yeux et me suis faufilée partout pour ne pas perdre une miette de ce qui m’était offert…

Après les discours officiels de Georges Frêche, président de la Région, qui m’a beaucoup fait rire comme dab avec ces traits d’humour et sa gouaillerie, d’Hélène Mandroux, Maire de Montpellier et de Frédéric Lopez, président d’Enjoy, nous avons eu droit à un magnifique spectacle suivi d’un buffet…

Show Lasers, jets d’eaux, feux d’artifice, orchestre, démonstration de vélo trial, musique classique, pianiste, ténor, équilibriste, spectacle aérien, tous les ingrédients étaient là pour qu’on en prenne plein les yeux et les oreilles. Décidément cette salle promet de grands moments évènementiels…

Ensuite tandis que les uns se sont rués sur le buffet, les autres en ont profité pour visiter les lieux.

En fin de soirée Frédéric Beigbeder, l’invité du jour, s’est transformé en DJ, épaulé par la petite Ilona 6 ans… yeaaahhh ! let’s danse ! Ce fut un grand moment…

100903-inaugurationArena7

Bref rien à dire, ce fut grandiose : les photos.

et pour finir la petite vidéo du midilibre.com :

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République par Léon Landini, Résistant

Bagneux le 12 août 2010

C’est avec stupeur et indignation que j’ai pris connaissance du discours que vous avez prononcé le 30 juillet dernier à Grenoble.

Ce jour là, vous avez affirmé que : « La nationalité française puisse être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de toute autre personne dépositaire de l’autorité publique».

Stupéfait et indigné parce que votre déclaration va totalement à l’encontre de l’article premier de la Constitution française qui stipule : « Tous les français sont égaux, quelles que soient leurs origines ».

Oui Monsieur le Président, égaux en droits et en devoirs, cela signifie que ce n’est pas parce que qu’un français est d’origine étrangère, (comme vous l’êtes vous-même) qu’il a moins de droits, ou bien qu’il est un français de moindre qualité.

Or dans votre discours, vous envisagez d’appliquer des droits différents selon l’origine de la personne. Il ne peut s’agir là que d’un déni de justice commis envers les français d’origine étrangère et tout particulièrement contre ceux qui dans les années 1940 ont combattu l’occupant, les armes à la main et acquis leur nationalité française « non par le sang reçu mais par le sang versé ».

Par ailleurs, je souhaiterais savoir comment vous allez déterminer « l’origine étrangère » d’un citoyen français ? Se pourrait-il que vous fassiez, comme l’ont fait dans les années 1940, les gouvernements fascistes de Pétain et Laval à l’encontre des juifs, c’est-à-dire, remonter jusqu’à la troisième génération ?

Après votre déclaration, Il me semble indispensable de rappeler les immenses sacrifices consentis aux cours des deux dernières guerres par ceux que l’on appelait alors « Les coloniaux » et dont les enfants ou les petits-enfants, aujourd’hui français, sont les premiers visés par cette loi, que vous souhaiteriez nous imposer.

Pourtant, les immenses nécropoles se trouvant sur le front de l’Est, aussi bien que celles se trouvant devant Rome ou Monte-Cassino, prouvent que des dizaines et des dizaines de milliers de « coloniaux » morts pour la France, reposent loin de leur terre natale.

Le souvenir de leurs sacrifices devrait vous amener à un peu plus de retenue envers les jeunes français descendants de ces soldats, «très souvent malgré eux », qui ont donné leurs vies, afin que notre pays puisse reconquérir son indépendance et sa liberté.

Si pour un même délit ou crime vous décidez d’appliquer des peines différentes en fonction de l’origine d’un individu, pourquoi la même chose ne se passerait-elle pas en fonction de l’opinion des personnes ?

Quelle garantie avons-nous que par la suite, ce même principe ne s’appliquerait-il pas à toute personne ayant commis un autre délit : par exemple, avoir fait grève, ou tout simplement ayant participé à une manifestation que vous n’auriez pas appréciée ?

Le sieur Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, (qui a été condamné le 4 juin dernier à sept cent cinquante euros d’amende par un tribunal pour injure raciale) avec ses nouvelles propositions, nous indique le chemin que votre gouvernement désire prendre.

Il a déjà annoncé vouloir étendre la déchéance de la nationalité française aux auteurs d’homicide, d’excision, de polygamie, d’actes de délinquances graves.

En ce qui concerne ces actes de délinquances graves, ne s’agirait-il pas, tout simplement, de ce que j’évoque au paragraphe précédent ?

Je vous avoue sans ambigüité, que le langage et les méthodes utilisées par votre gouvernement me rappellent ce que j’ai connu avant et pendant l’occupation, période que je croyais désormais révolue.

De toutes façons, quelles que soient les raisons que vous puissiez invoquer, je trouve qu’il est déshonorant pour notre pays que vous menaciez de retirer la nationalité française aux enfants ou aux petits-enfants de personnes qui, dans un passé récent, ont été l’honneur de notre France.

Car c’est un fait reconnu : soixante six ans plus tard les étrangers de « L’affiche Rouge », demeurent pour tous l’image emblématique de la Résistance armée française.

Par ailleurs, bien que vous vous présentiez comme les défenseurs de « L’identité nationale » je constate avec amertume que vous détruisez chaque jour d’avantage la « spécificité » et tout ce qui a fait la grandeur de notre Nation. Jusqu’à notre langue que vous malmenez sans vergogne et que vous vous attachez à faire disparaître en la remplaçant par un immonde « globisch ».

En tant qu’ancien Combattant Volontaire de la Résistance, comment ne serais-je point révolté en apprenant que Denis Kessler, un de vos proches amis, ait osé écrire : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de défaire le programme du Conseil National de la Résistance…  Il est grand temps de le réformer et le gouvernement s’y emploie », sans que vous, ni personne dans votre entourage ne se soit insurgé contre ce qui est une véritable provocation à l’égard du monde de la Résistance, auquel vous faîte si souvent référence.

Comme tous les autres membres de ma famille, j’ai connu les agressions et les insultes racistes « Sale macaroni ! La France aux Français ! ».

Pourtant ma famille s’est engagée dès 1940 dans la Résistance (en décembre 1940 mon frère Roger et ses camarades ont fait dérailler, en pleine gare de triage de Fréjus-Plage, 8 wagons de marchandises qui partaient pour l’Allemagne).

En octobre 1942, j’avais seize ans et demi quand j’ai participé pour la première fois à un déraillement. Mes états de services dans la Résistance, (enregistrés au ministère de la Défense) mentionnent une quarantaine d’ennemis abattus.

En mai 1943, mon père et mon frère furent tous deux arrêtés et effroyablement torturés par les carabiniers italiens (évadés lors de leur déportation en Allemagne). Je fus arrêté à mon tour à Lyon en mai 1944, et « interrogé » par Barbie lui-même.

À la libération, mon père, mon frère, mes deux sœurs et moi-même avons tous obtenu la carte de Combattant Volontaire de la Résistance.

Mon frère, arrivé en France à l’âge de dix ans, marié à une française et père de deux enfants français, ne fut naturalisé qu’en 1947, il avait trente trois ans.

Toutefois, bien qu’étranger, il fut pendant la Résistance commandant de maquis et homologué Lieutenant de l’armée française avec parution au ” Journal Officiel “.

Il était invalide de Guerre et Médaillé de la Résistance – depuis son décès en 1962, une rue de Saint-Raphaël porte son nom.

Ma jeune sœur Mimi est Chevalier de la Légion d’Honneur et Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. En ce qui me concerne, fils d’immigrés italiens, je suis né en France en 1926 au Muy (Var) et suis devenu français par option à l’âge de dix ans.

Je suis Grand Mutilé de Guerre – Ancien officier FTP-MOI – officier de la Légion d’Honneur – médaillé de la Résistance – décoré par l’Union Soviétique pour ma participation aux combats contre le nazisme – président de l’Amicale des Anciens (FTP-MOI) des Bataillons Carmagnole-Liberté et président de diverses associations d’Anciens Combattants.

Je tiens à préciser que les FTP-MOI, composés quasi exclusivement de combattants étrangers ou d’origine étrangère, sont aujourd’hui reconnus par de nombreux spécialistes de l’histoire contemporaine comme « le fer de lance de la Résistance armée française »

En revanche, un grand nombre « de ces bons français, défenseurs de l’identité nationale» qui avant guerre insultaient les étrangers, je les ai, après la libération, retrouvé en prison pour collaboration avec l’ennemi.

Qui étaient les plus français, Monsieur le Président ?

Il est vraiment intolérable et inadmissible, qu’une telle mesure mettant en cause les gens d’origine étrangère puisse devenir une loi.

En espérant que vous vous ressaisirez et que désormais en France, pays de la liberté et des droits de l’homme, chaque Français, quelle que soit son origine, soit toujours traité avec le respect et la dignité qui est due à tout être humain.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, les salutations Républicaines d’un Résistant d’origine étrangère profondément attaché à la Nation française, à la justice et à la liberté.

Léon LANDINI

Eté 76

Emotion du dimanche matin et c’est Guy Birenbaum qui la déclenche avec ce morceau sur son blog :

The Year of the Cat d’Al Steward
Eté 76, la canicule… je travaillais en Maurienne où je supportais mal la chaleur, malaise sur malaise… Mais ce fut un bel été, plein de souvenirs.

Ca a commencé par le mariage de ma meilleure amie en juin.
Puis les couples se sont formés entre les copains/copines. Nous nous préparions tous sans le savoir à avoir de beaux enfants. J’ai commencé la première en 77, les copines ont suivi en 78…

Aujourd’hui tous ces beaux enfants sont dans mes contacts sur Facebook, ainsi que mes chers amis de l’époque….

Et il se posa sur mon sac !

Je vais finir par croire que j’attire les oiseaux. Après la colombe qui est restée 3 jours sur mon balcon, le canari qui est venu me faire un petit coucou sur mon balcon également, voilà qu’hier au soir lors d’une sortie, un pigeon voyageur est carrément venu s’installer sur mon sac pour passer la soirée à mes côtés…

Pigeon voyageur

Pourtant nous étions nombreux autour de la table, et la musique bruyante… ça ne l’a absolument pas dérangé. Il a fait sa petite toilette et s’est reposé tranquillement. Cet oiseau cherchait manifestement la compagnie des humains avant de reprendre sa route.
Quand nous sommes partis, il est allé se percher au dessus du bar…