Fin de mon stage de chargée de projet Web chez Novae LR

Mon stage s’est terminé vendredi ! Je l’ai effectué chez Novae LR (ex Opptic LR), le cluster des TIC en Languedoc-Roussillon, dans le cadre d’une formation "perfectionnement développement langages nouvelles technologies".
Je devais donc faire un stage de développement, mais ça ne s’est pas passé comme ça. En effet, ces deux derniers mois ne se sont pas du tout déroulés dans le prolongement de ma formation.

Ma mission a plutôt été orientée "Chargée de projet Web" pour accompagner l’asso dans la refonte de son site, en sachant que de toute façon c’est un prestataire qui allait le réaliser.
J’ai donc organisé mon travail comme j’ai voulu, car en plus je n’étais pas suivie. A ce propos, heureusement que je n’étais pas une jeune stagiaire étudiante sans expérience en entreprise, car je me serais sentie un peu perdue… D’où l’âge parfois ça peut servir !

A défaut de développer, j’ai donc utilisé mon expérience de chargée de projet : analyse de l’audience, comparatifs, cahier des charges, formalités juridiques, comment faire connaître le site, référencement, installation de CMS pour tests, hiérarchisation et intégration du contenu, services Web 2.0 etc… j’ai plongé dans mes compétences et j’ai donné.

Maintenant que le stage est terminé, il ne me reste plus qu’à faire mon rapport oral et retour case chômage. Bien entendu, après ça, j’oublie les postes de développeur, par contre, Webmaster, concepteur, rédacteur, chargée de projet Web, ça marche toujours…

Enfin bref, après un intermède dans le public, tout ça m’a remise dans le bain du privé, avec une petite révision générale de mes acquis de surcroît. Tout n’est pas perdu.

Les quadras d’aujoud’hui atterrissent !

Comme les années passent pour tout le monde, on finit tous par prendre de l’âge et arriver un jour ou l’autre dans la tranche fatidique ! Et ça y est quelques quadras d’aujourd’hui atterrissent persuadés par quelque étude lue en biais qu’ils sont "La tranche sacrifiée".
Et voilà que recommence l’éternel, vous nous avez tout pris, vous les quinquas, et vous les retraités pétés de tunes, nous on n’a plus rien, que les yeux pour pleurer.. tout ça épicé d’aigreur, d’amertume et de jalousie. Comme si les aînés avaient fait exprès de calculer leur vie pour mettre des bâtons dans les roues des plus jeunes.

Pffuuu tout ça est bien saoulant ! Si chacun voulait faire l’effort d’ouvrir vraiment les yeux, et se rendre compte que le problème quadra/quinqua/salaires/retraite existe depuis plusieurs décennies déjà, et que les quinquas, sexas ne sont pas pétés de tunes, on ferait un grand pas en avant ! Mais bien sûr comme chacun ne regarde que ce qui le concerne au moment où ça le concerne, il est plus facile aux uns de se monter la tête contre les autres, plutôt que d’avancer une bonne fois pour toute tous ensemble, et surtout sans jalouser plus jeunes ou plus vieux, ni déverser des sauts de venin contre les boomers qui ne sont entre nous, pas responsable de leur naissance !

Voilà à ce propos le genre d’article typique, rempli de haine, qui ne fait pas avancer le schmilblic : retraite, salaires : les quadras, génération sacrifiée

Jeune quinqua, j’apporte beaucoup d’avantages à l’embauche dans ma besace !

Il y a quelques temps que c’est officiel, je suis bel et bien rentrée dans la catégorie des "séniors" dans la vie active. Mon dieu que je n’aime pas ce mot ! "sénior" ça veut dire "vieux", "vieillard", "personne âgée". On a l’impression d’un seul coup d’avoir pris 100 ans dans la face ! Alors que bon, sénior dans la vie professionnelle, ce n’est pas vieux du tout, d’autant moins que l’on est sûr déjà d’avoir moins de 60 ans… heu 63 bientôt avec la nouvelle réforme des retraites !
Quand je pense que dans le domaine de la consommation, le marché des seniors est celui des plus de 60 ou 65 ans…
Et puis quoi, vous m’avez bien regardée avec mon air d’éternelle gamine ! Franchement est-ce que j’ai l’air d’un vieillard du haut de mes 53 ans ! non, bon alors !

Ceci étant dit, je suis quand même une sénior, faut faire avec. Et comme il faut faire avec, et bien je vais vous expliquer quels en sont les avantages, les avantages de m’embaucher bien sûr !

1. Motivation pour l’employeur : Commençons tout de suite pas le premier avantage, je suis une femme. Aïe ça commence mal, allez-vous penser. Et bien non, pas du tout ! car vue mon âge justement, je ne vais plus vous faire le coup de l’absence pour cause de grossesse, ou d’enfant malade. Plus d’enfant à élever et célibataire de surcroît, je suis total dispo pour mon employeur !

2. Immédiatement opérationnelle : Je travaille depuis… 1976. Ce qui veut dire une expérience non négligeable et une malle de compétences. Opérationnelle tout de suite, je représente non seulement un gain de temps pour une entreprise, mais aussi un gain financier.

3. Capacité d’adaptation : J’ai travaillé dans toutes sortes de structures qu’elles soient publiques ou privées, association professionnelle, TPE, PME, multinationale, collectivité territoriale, … sous toutes formes de contrats, CDI/CDD/interim/portage/stage,… J’ai donc une grande capacité d’adaptation.

4. Stabilité et rentabilité des équipes : Je suis en recherche de stabilité, j’entends par là que je n’envisage pas changer d’entreprise à peine arrivée, à moins de missions courtes. Je coûte donc moins cher à la longue qu’un jeune carriériste qui va souhaiter partir pour voir si l’herbe ne serait pas plus fraîche ailleurs, d’où les frais d’un nouveau processus d’embauche pour l’entreprise.

5. Compétences en technologies Web : Je suis tombée dans le Web dans les années 90. J’ai vécu son évolution vers le Web 2.0. J’utilise ses services au quotidien pour faire de la veille technologique et du social networking. Je suis une geekette qui fait mentir les a priori sur les gens de mon âge face aux nouvelles technologies !

6. Avantage fiscal : Comme j’ai plus de 50 ans, j’apporte un avantage fiscal aux entreprises. Sans oublier que pour celles de plus de 50 salariés, l’embauche de travailleurs seniors est aussi une nécessité afin d’éviter le paiement d’une amende. Et, pour clore le package j’ai aussi le statut de travailleur handicapé (n’ayez crainte, rien de dérangeant pour qui que ce soit).

Alors employeur, n’hésitez plus, embauchez moi ! Je suis la séniorette qu’il vous faut !

La discrimination des seniors ? non ce n’est pas une vue de l’esprit !

Hier je suis allée à une réunion de mise en relation de professionnels, et lors d’une discussion j’ai raconté que depuis 10 ans, senior que je suis devenue, je rame comme une malade pour trouver un poste. Un trentenaire étonné m’a alors demandé si cette histoire de rejet des seniors était bien réelle, bref si ce n’était pas du flan tout simplement quoi !

Encore plus étonnée que lui par sa réaction, je me suis enquise de savoir s’il lisait au moins les journaux. heu ben oui, m’a-t-il répondu, mais comme je ne le vis pas….
Et bien mon garçon, ai-je pensé en moi-même, si tu ne t’en aies pas rendu compte, prépare-toi ! parce que crois-moi ton tour viendra bien plus vite que tu ne penses ! Depuis le temps que ça dure cette situation, c’est pas demain que les mentalités vont changer… retraite reculée ou pas !
Je lui ai quand même fait remarquer que les seniors ne couraient pas les startups ! Il a reconnu qu’effectivement il n’en voyait pas beaucoup, pour pas dire pas du tout, dans les boîtes autour de lui.

Je n’ai pas trop insisté sur le sujet, mais tout de même sa réaction m’a vraiment interpellée. Si d’aucuns croient encore que la discrimination par l’âge est une vue de l’esprit, on est mal barré ! C’est un état de fait, et mes gaillards, rigolez bien, profitez, le compteur tourne pour tout le monde ! la baffe vous finirez bien par la prendre aussi en pleine face, et plus tôt que vous ne pensez. Ce n’est pas qu’une question de secteur d’activité !

Tiens, rien que pour exemple, j’ai retrouvé un article dans l’express qui date de 97 : Recrutement – Quels emplois pour les quinquas?

En tous les cas, pour moi ça a commencé très tôt. A l’âge de 43 ans, ingénieur après vente, je travaillais dans une boîte où j’étais l’aînée. J’étais cernée par des trentenaires et le gérant avait 40 ans… Par leurs réflexions, attitudes, comportement à mon égard, J’ai vraiment senti à ce moment là que j’avais pris un coup de vieux. Je n’étais pas préparée à ça, et j’ai bêtement pensé que ça venait de moi. Insidieusement, le harcèlement moral avait commencé, et j’ai eu beaucoup, beaucoup de mal à faire face au début… J’en suis tombée malade, j’ai fait une grosse dépression. Et progressivement, ils sont arrivés à me pousser dehors. Crise (déjà !), délocalisation des services, période de restructuration, qu’il disait le gérant, on garde les plus jeunes… et j’ai été licenciée, avec un arrangement à l’amiable certes, mais licenciée tout de même !

A partir de là je n’ai plus trouvé un seul poste en CDI. Le dernier poste convenable, c’est à dire avec un salaire qui rentre dans la fourchette correspondant au poste et à la région, le dernier poste convenable donc, fut une mission de 18 mois.
Et depuis 2002 plus rien ! J’erre donc entre les périodes de chômage, de bilan de compétences, de formation, de portage salarial, de missions courtes, et petits boulots alimentaires payés au SMIC… parce que vous comprenez ma brave dame, vue la conjoncture, c’est ça ou rien, et vue votre âge vous n’allez pas vous plaindre tout de même, c’est déjà bien qu’on vous embauche !

Un employeur du public a en effet fait sa BA en m’embauchant… Notre mission c’est le social, vous rentrez dans le cadre, on applique ! m’ont-ils dit… Mais par contre la hiérarchie ne s’est pas gênée pour me rabaisser en discréditant mon expérience et mes compétences face aux plus jeunes… les jeunes c’est fun, c’est créatif, et moi je ne pouvais rien proposer de bien, vue mon âge, m’a-t-on sèchement fait entendre. De toute façon on m’avait en quelque sorte provisoirement sauvée de ma situation précaire, je n’avais donc rien à dire… harcèlement moral quand tu nous tiens…. J’ai donc fait mon boulot le dos rond en encaissant le temps qu’il a fallu.

Quelques temps auparavant, une DRH m’avait sortie lors d’un entretien que les personnes vieillissantes sont dépassées… Elles manquent de curiosité, elles comprennent moins vite, elles se fatiguent plus vite et sont donc de ce fait beaucoup plus sujettes à l’absenteïsme...A ce moment là, je n’avais pas encore 50 ans !

Dernièrement lors d’un bilan de compétences, mon conseiller, un trèèèès jeune homme qui avait le chic pour me parler comme si j’étais sénile, m’a affirmée que vue mon âge (et oui encore !), il ne fallait pas espérer trouver grand chose dans ce qu’il me restait de compétences (comme si elles s’étaient évaporées), et que peut-être j’aurais des chances en me recyclant dans la gestion administrative, secrétariat, compta… ben voyons, comme autrefois, les femmes c’est juste bon à faire du secrétariat ou de la compta !

Et tout ça n’est qu’un bref aperçu de ce que je peux entendre ou vivre depuis 10 ans ! Sans parler que dans la tête des gens, plus on prend de l’âge et plus on perd en compétences, comme si on commençait à tomber en décrépitude passé les 45 ans !

Alors maintenant oser penser que la discrimination des seniors au boulot est une vue de l’esprit ! non mais ! Ouvrez donc les yeux nom de dieu !

Concours de l’été 2010 des blogs emploi : A vos votes !

Bon sang de bon sang, je suis complètement à la ramasse ! Tellement la tête dans mon stage que j’ai zappé le début du concours la semaine dernière. Enfin pas vraiment puisque j’ai inscrit mon blog. Mais par contre j’ai oublié d’en parler !

Concoursblogemploi2010.jpgBon alors je vous dis tout, le concours de blogs emploi 2010 organisé par RegionsJob.com, en partenariat avec Alapage a commencé ! Si vous avez un blog dédié à votre vie professionnelle ou à votre recherche d’emploi, vous pouvez vous inscrire jusqu’au 6 juin 2010.

Cette année, le concours apporte une petite nouveauté : une catégorie dédiée aux métiers du web !
Ainsi, jusqu’au 20 juin 2010, vous, moi, nous pouvons gagner l’un des prix ci-dessous :

  • prix du meilleur blog emploi
  • prix du meilleur blog « Métiers du web »
  • prix du meilleur billet
  • prix du spécial du jury
  • prix du de l’originalité
  • prix du public

Et c’est pas tout ! Que l’on soit blogueur ou simple lecteur, nous pouvons gagner l’un des 95 lots mis en jeu. Il suffit juste d’inscrire un blog au concours, de relayer le concours sur le web, ou surtout de voter pour votre blog favori !
Le mien c’est TIC & Web son petit nom doux… 😉 Bon je sais, je ne blogue plus beaucoup depuis un certain temps, mais je me suis quand même inscrite, sait-on jamais… .

Vous voulez en savoir plus ? et bien vite un p »tit clic sur le blog du modérateur.

Voilà, voilà ! et surtout n’oubliez pas :

Télécandidature, juste une question de critères…

A chaque fois que je postule à une offre qui tombe pile poil dans mon profil via Pôle emploi j’ai droit à cette réponse automatique par SMS :

Regrettons de ne pouvoir donner suite à votre candidature qui ne correspond pas à certains critères souhaités par l’entreprise. merci

Certains critères, je t’en foutrais moi du certains critères ! La barbe ces filtres trop filtrants ! Même pas l’opportunité d’un rendez-vous pour prouver que je vaux plus que des cases à cocher. Et aucun moyen de savoir quels sont ces fameux "certains critères" qui ne collent pas dans cette réponse automatique à laquelle on ne peut pas répondre…
Et bien sûr l’entreprise est anonyme ! A ce propos les mauvaises langues, pas si mauvaises que ça, disent que les entreprises qui se "cachent" en confidentiel sont le plus souvent celles qui "offrent" les pires conditions… mauvaise mentalité, salaire pitoyable, exploitation du personnel… il n’y aurait rien à regretter à être rejeté. hinhinhin !

De toute façon je déteste les télécandidatures ! C’est une vraie arnaque ! Comment peut-on correspondre aux critères demandés par l’entreprise quand les infos que l’on peut transmettre sont limitées, surtout quand celle-ci demande beaucoup de qualifications ! Et la case motivation, pffuuuu, comment peut-on juger de la détermination d’un candidat sur une phrase. Parce que bien sûr le nombre de mots autorisé pour s’exprimer est très limité aussi…

Allez hop ! la prochaine fois je mets faut que je bosse parce que faut que je mange et que je paye mes charges ! ça c’est de la motivation ! hinhinhin !

Non mais c’est vrai quoi ! de l’arnaque ces télécandidatures ! Sans parler de toutes celles pour lesquelles je n’ai jamais reçu de réponse, et celles suspendues pour cause de suppression de l’offre postée…

L’ANPE vous informe que l’offre à laquelle vous avez postulé est momentanément suspendue.

Finalement, l’ANPE a le regret de vous annoncer que l’offre sur laquelle vous avez postulé n’a pas été retenue.

Enfin, ne faisons pas que râler, le positif de tous ces mots doux de pôle emploi via SMS ou mails sont des preuves de nos recherches, c’est déjà ça !

Je suis une communicante branchée Web

Je ramène ici une interview réalisée en 2006 par Blog Emploi Challenge avant qu’elle ne disparaisse définitivement du Web.
Le Blog Emploi Challenge est une opération qui a été créée par quatre sociétés incarnant les RH 2.0 : Altaïde, CarriereOnline, JobMeeters, Moovement, et Talent People dans l’objectif de faire se rencontrer blogueurs et recruteurs sur le Net.
Les candidats blogueurs ont eu 4 mois pour se faire repérer grâce au contenu de leur blog. Chacun d’entre eux a été interviewé. Et J’ai donc participé à cette opération avec mon blog que je n’avais pas encore coupé en deux à cette époque (blog emploi et blog de vie).

Un jury a sélectionné les 3 meilleurs candidats. Les gagnants ont été Alex Gaudin pour l’oeil du Xeul, Lilian Labussière et Laetitia Leclerc pour leur blog agroalimentaire et Cédric Giorgi pour ses carnets Web.

En ce qui me concerne cette opération a été un flop ! Voilà donc la fameuse interview :

27 juin 2006

Sophie Ménart: une communicante branchée sur le Web

Un gout prononcé pour les technologies, une excellente maîtrise des outils web et des dons de rédactrice…tout cela en une seule personne. Cela existe bel et bien en la personne de Sophie Ménart, une quinqua débordante d’énergie qui ne demande qu’à trouver un endroit où exprimer tout celà.

Peux -tu te présenter en quelques mots et nous parler de ton parcours professionnel ?

Chargée de communication et webmaster, quinqua dans quelques mois en recherche d’activité professionnelle depuis ma foi trop longtemps, j’ai passé la plus grande partie de ma carrière dans le secteur des hautes technologies. Par mes différentes fonctions j’ai acquis une solide culture informatique, une maîtrise de l’environnement web et des compétences consistantes en marketing et communication d’entreprise. Après 20 ans en région parisienne, mes activités m’ont conduite dans le Sud. C’est à ce moment que, passionnée par Internet et la diffusion de l’information, j’en ai profité pour enrichir mon profil par une spécialisation "auteur-rédacteur multimédia" de l’Ecole des Mines d’Alès sur le site de Nîmes.

Quelle est ta recherche aujourd’hui ?

Je recherche des opportunités professionnelles dans le domaine de la communication d’entreprise interne externe et du Web.

Tu as ouvert un blog. Depuis quand le tiens tu et pourquoi t’es tu lancé dans cette démarche ?

Pour être exacte, je n’ai pas ouvert un blog mais j’ai refondu un site statique sous forme de blog. En effet j’ai créé ce site en 1999 dans l’objectif de diffuser mon CV sur Internet et les informations que l’internaute pouvait y trouver étaient uniquement professionnelles. Comme j’évolue avec les technologies, et aussi parce que j’ai eu un besoin à un moment donné de m’exprimer, de partager mes passions et d’évacuer mes ressentis, …, j’ai refondu ce site sous forme de blog en décembre 2005. Depuis je peux dire que j’ai été touchée par le virus de la blogomanie.

Tu as une ligne éditoriale précise ? De quoi parles tu ? Comment procèdes-tu ?

Ah ma ligne éditoriale ! Mon blog n’ayant pas une vocation professionnelle, c’est mon inspiration en fonction de mon humeur du jour qui sert de fil conducteur éditorial.
En effet j’ai décidé de profiter de ce moyen pour me révéler en dépassant le côté rigide du blog CV formaté qui ne dévoile rien de la personnalité d’un individu. J’avais vraiment envie qu’on me découvre telle que je suis, d’autant plus que j’ai des passions, vin, photo, rugby, …, qui ne ressortent pas forcément dans mon cursus professionnel.
Je parle donc dans mon blog de mes centres d’intérêt, mais aussi des difficultés que je peux rencontrer en raison de ma situation (chômage, âge, célibat). Je rapporte des anecdotes, raconte des instants de vie plus personnels. J’aborde des questions techniques que d’autres peuvent utiliser. Je diffuse de l’information si celle-ci reste en rapport avec mes centres d’intérêt …
Au bout du compte, je ne m’impose rien, je n’invente rien, j’écris tout ce que j’ai envie, tout ce qui me passe par la tête en me faisant plaisir.

Que t’as amené ton blog jusqu’à présent ?

Grâce à mon blog, des anciens collègues, des amis m’ont retrouvée et j’en suis ravie. Mon réseau relationnel s’est étendu, je reçois des messages de personnes de qualité qui sont dans la même situation que moi ou qui apprécient mon authenticité ou qui ont les mêmes passions.

Toujours grâce à mon blog, j’ai surmonté une grosse période de solitude, un hiver difficile, j’ai pu continuer à évoluer techniquement, je me suis étonnée de la facilité avec laquelle je me suis mise à communiquer, à me livrer. Je me suis retrouvée tout simplement.

Et en plus, mon blog n’a fait que confirmer une autre de mes passions qui est le Web d’où le plaisir que j’éprouve.

Et quelles sont les principales difficultés que tu as rencontré au départ ? Et aujourd’hui ?

Là je vais être très brève car je n’ai rencontré aucune difficulté à aucun moment.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer également ?

Des conseils, beaucoup en donnent déjà de très pertinents, il serait difficile d’en rajouter d’autres sans faire de la redite, aussi je dirai simplement :

  • Rester soi-même, ne pas copier le style des autres, le contenu d’un blog est justement intéressant parce qu’il est unique, personnel.
  • Rédiger des billets concis, spontanés, éviter les chapeaux qui imposent le clic supplémentaire (lire la suite …) et qui éloignent l’internaute.
  • Répondre aux commentaires, il n’y a rien de plus désagréable que d’être ignoré quand on laisse un commentaire sur un blog.
  • Et surtout prendre du plaisir …
Imagines que tu tires une « carte chance professionnelle » : le travail de tes rêves, avec le rôle que tu désires, dans le contexte que tu aimes, dans le secteur qui t’attire…celui que tu ne quitterais pour rien au monde. Racontes nous à quoi tout cela ressemblerait.

Alors là ! Je l’ai déjà tirée cette carte, il y a quelques années en arrière. Si l’entreprise existait encore, j’y serai toujours. D’ailleurs j’ai acquis une grande partie de mes compétences au sein de cette entreprise et j’ai gardé d’excellentes relations avec quelques anciens collègues.
A la limite peu importe le secteur d’activité, mais il est vrai que si je pouvais retrouver cette ambiance d’échange de connaissances, de partage de compétences, de mélange de personnalités, de diversités dans les tâches, et même de complicité dans le travail, tout ce qui fait un monde, nous enrichit et nous fait grandir, je serais la plus heureuse.
Maintenant concrètement si on me propose un poste où je peux concilier passion et savoir-faire, comme le trio web/communication/viticulture par exemple, et surtout dans une ambiance soudée. Quel bonheur !.

Un dernier message pour les recruteurs?

J’ai un gros défaut, je ne sais pas me vendre.

Mais ton blog est un excellent exemple de tes aptitudes à communiquer et à utiliser les outils web! Merci encore pour ta disponibilité!

Retrouvez Sophie sur son blog: www.sophiemenart.info

Well, well, well

Je ne suis pas arrivée à killer définitivement ce blog… Faut dire que depuis début 2005 j’y ai raconté tant de conneries que j’ai fini pas m’y attacher à cette bête là.
Je l’avais juste planqué dans un répertoire en désactivant tous les billets. Et là je réactive tout. c’est trop moi ce blog pour le détruire définitivement…

A suivre…