Peur de paraître stupide

Ne pas oser aborder, parler, s’exprimer, commenter, écrire, dire les choses que l’on ressent, que l’on pense, de peur de paraître stupide, insipide, d’être mal comprise, rabrouée, jugée, rejetée, et d’avoir honte ensuite d’exister ;
Les doutes à chaque phrase prononcée, chaque écrit laché ;
Les angoisses, les maux de ventre, les serrements de gorge, la nausée avant chaque sortie en société ;
Le sentiment de malaise, les silences, les blocages devant les gens surs d’eux, ayant de la répartie en toutes circonstances ;
L’envie de disparaître dans un trou, la fuite ;
Le rejet du téléphone ;
La nécessité de se pousser pour sortir à nouveau, rencontrer des gens… Les efforts pour donner l’impression de ;
Oser tel un défi…
Le bonheur d’être acceptée, parfois, telle que l’on est…

Ne ferais-je donc pas un peu de phobie sociale ?

20 cm en moins

Les cheveux ça pousse, ça pousse, et quand c’est long, ça fait moche, ça tient chaud et y en a partout dans la maison, pire que les poils de chat ! Donc coup de calgon, coupe-tiff !

Allez je vous fais le coup de l’auto-portrait avant / après :

090527-avant-apres.jpg

J’ai gardé mes cheveux blancs pour faire genre… Et puis ça coute moins cher… 😉

Bon ben maintenant je peux aller chercher du boulot, je suis présentable. 🙂

Déclaration 2008 en ligne, une histoire de certificat !

Depuis 2004, j’ai toujours fait mes déclarations en ligne. Que j’te change d’Os, de PC, que j’te transfert le certificat, ça a toujours fonctionné impeccable.
Et bien cette année, for the first time, ça pêche ! Impossible de signer cette p—n de déclaration ! Je boucle sur l’injure suprême "Erreur technique (erreur n° 100) d'exécution du module de signature en ligne."
Et que j’te tourne ça dans tous les sens, rien à faire. De guerre lasse j’envoie un mot doux à l’assistance es spéciale usagers en détresse, leur signalant que j’ai firefox sur vista, et que d’habitude le bousin tourne gentiment sans se laisser impressionner par un certificat, que c’est la première fois qu’il bloque devant, et que pire encore, l’immonde IE m’empêche carrément d’accéder à mon espace me déclarant tout de go :

Vous n’avez pas sélectionné de certificat :
1 - Fermez toutes les fenêtres de votre navigateur
2 - Reconnectez vous
3 - Sélectionnez le dernier certificat obtenu dans la liste des certificats qui vous sera présentée
Si le problème persiste, résiliez votre abonnement en cliquant sur «Gérez votre certificat» dans la page d’accueil des particuliers puis réabonnez-vous.

La réponse à mon billet doux arrive si rapidement que j’en reste baba ! Dans le 1/4 d’heure…

Madame,

Suite à votre message concernant les difficultés que vous nous avez signalées, nous vous apportons les éléments de réponse suivants :

Arrivé à la signature, vous signez après avoir choisi votre certificat et vous obtenez l’erreur 204.

Il semblerait y avoir plusieurs origines à cette erreur, que ce soit erreur technique ou anomalie au niveau du certificat. De ce fait, plusieurs solutions sont à tester.

Essayez une à une les manipulations suivantes, refaîtes un test après chaque manipulation, passez à la suivante si le problème n’est pas résolu.

– Si vous faîtes la déclaration pour plusieurs personnes sur votre poste, c’est à dire si vous avez plusieurs certificats différents dans le magasin de votre navigateur : essayez de signer avec un autre certificat.

– Si vous êtes sur Windows avec Internet Explorer, nous vous invitons à passer en mode ActiveX. Pour cela, fermez Internet Explorer, ouvrir le panneau de configuration, double cliquez sur l’icône Java, allez sur l’onglet Avancé et décochez Internet Explorer dans "Prise en charge de la balise Applet". Redémarrez l’ordinateur.

– Si vous ne pouvez passer en mode ActiveX (utilisation d’un navigateur autre qu’Internet Explorer ou blocage de l’ActiveX), désinstaller et réinstaller la JVM Sun (J2SE Runtime Environnement) dans "Ajout / Suppression de programmes".

– Si vous êtes marié ou pacsé, nous vous invitons à obtenir un certificat avec le numéro fiscal conjoint.

– En dernier recours, résiliez votre certificat pour en obtenir un nouveau.

Si vous souhaitez nous recontacter à ce sujet, cliquez sur le bouton "Répondre à l’auteur" pour conserver l’historique de notre correspondance.

😯 …. !!!!
Bon ben dernier recours direct, résiliation du certificat, et création d’un nouveau. Pour ça, je ressors toute ma paperasserie, déclaration des revenus et avis d’impôt 2007, je clique sur "gérer vos certificats", prout, prout, prout… et rebootage et… je vous le donne en mille. Même injure suprême avec le nouveau certificat ! sic ! :-/

J’essaie quand même IE en mode active X, histoire de dire que j’ai fait un effort. et…. tout pareil. La sale bête,non plus ne veut rien savoir, et me dit exactement la même chose, me réabonner. Grrrr…

Comme je n’ai pas envie de tourner en rond éternellement, de désinstaller, réinstaller quoi que ce soit, je renvoie un p’tit mot zagacé à l’assistance, de prendre mon joli stylo Montblanc réparé, de signer ma déclaration papier pré-remplie, de la glisser dans une enveloppe, pour direction la poste demain à la première heure !

Et de là, la hotline speedy Gonzales de me répondre :
et ben tartignole, t'as qu'à utiliser le tout nouveau service déclaration sans certificat non mais des fois ! C'est marqué dessus : Identifiez-vous pour déclarer vos revenus en ligne sans certificat.
Bon ok, z’on pas écrit ça comme ça, mais presque… 😉

Du coup voilà c’est fait. J’ai plus qu’à archiver ma déclaration papier… 🙂

Un dimanche au domaine de Sigalière

Nous avons eu droit à tous les temps dimanche dernier au domaine de Sigalière à Carnas dans le Gard, grisaille, pluie, vent, soleil… Mais ça n’a pas empêché à ceux qui sont venus participer à cette sortie « Paroles de terroir 2009 » d’apprécier leur journée, et de repartir les coffres chargés. 🙂

Histoire de nous mettre en appétit, nous avons commencé par une petite balade dans les vignes commentée par notre hôte, André Moulière.
Toujours à l’écoute de la nature, sa philosophie est de respecter le terroir en intervenant le moins possible, d’où une production raisonnable de grande qualité.
Comme j’étais déjà venue à l’occasion « de l’édition 2008« , je connais les lieux. Aussi j’ai fait la balade à mon rythme clopin-clopant, mais vaillamment et jusqu’au bout. En progrès la fille… 2 di-antalvic et ça redémarre 😉

090510-Sigaliere1.jpg

A l’apéro, nous avons dégusté l’« Hélianthème 2004 », un Vin de Pays d’Oc blanc issu d’un assemblage sauvignon/roussanne aux arômes de fruits secs, que j’apprécie tout particulièrement.
Pour une fois, j’ai ensuite gouté au Rosé, Vin de Pays d’Oc. Un vrai rosé issu de grenache, si vous voyez ce que je veux dire… C’est un évènement car je ne suis pas très rosé. Bien m’en a pris car finalement je l’ai trouvé à mon goût, bien rond, pas du tout bonbon anglais comme ceux que j’apprécie moins.

La pluie s’est mise à tomber au moment où nous allions attaquer les grillades. Qu’à celà ne tienne, nous nous sommes vite mis à l’abri pour nous réconforter avec la cuvée « Cœur d’Adonis« , AOC Coteaux du Languedoc, issue de grenache, et la cuvée « Ammonites 2004« , AOC Pic Saint-Loup, issue de grenache et syrah.
Que dire ? moi j’ai préféré avec ce que l’on mangeait le premier aux tanins plus doux, alors que d’autres ont jeté leur dévolu sur le second plus rond. De toute façon les deux, sur les épices et la minéralité du terroir sont excellents.

Nous allions attaquer le fromage quand André nous a sorti de derrière les fagots sa nouveauté, la cuvée « Orchis 2007« , AOC Coteaux du Languedoc, toute petite production issue d’un assemblage 50/50 carignan/syrah. Huuum une merveille ! J’ai laissé tomber le fromage pour pouvoir mieux déguster ce vin aux arômes de café, une vraie réussite… j’espère que notre hôte continuera dans cette voie pour le plus grand plaisir de nos papilles.

090510-Sigaliere2.jpg

En fin d’après-midi, quand tout le monde est parti par monts et par vaux, André m’a amené au domaine des Sauvaire à Crespian, où un lot de 3 bouteilles gagné à la loterie m’attendait depuis la sortie de l’année dernière. Il n’est jamais trop tard…
Là, nous avons dégusté quelques spécialités du coin faites maison par Les logeurs en gites et chambres d’hôtes de la vallée du Vidourle. D’ailleurs en passant, si vous cherchez un gite, n’hésitez pas à venir dans la région, vous vous régalerez…
Et, pour clore cette journée sur une note musicale, nous avons écouté la chorale « Les enfants de Rabelais », dont je connaissais toutes les chansons, sauf celle créée en l’honneur des vignerons… 😉 Ben oui quoi, ce sont des chansons à boire et à manger, alors évidemment… haha 😉

Et je vous colle la petite phrase d’usage : heuuuu ? ah oui :
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.
Bref, on déguste, on apprécie, et surtout on ne picole pas comme des sauvages !

Et la reine Iris fut décapitée !

On ne voyait qu’elle. Majestueuse de beauté, elle avait surgit là en ce lieu improbable, surplombant le champ de vignes, au milieu de 2 arbres dressés tels des gardes du corps. Peut-être une graine échappée du tracto pelle ? Allez savoir… Toujours est-il que l’endroit lui avait plu. Telle une reine, elle s’était magnifiquement épanouie, devenant ainsi la fierté des propriétaires.

090510-iris1.JPG
090510-iris2.JPG

Mon regard ne pouvait se détacher de la merveille, quand soudain surgit une petite fille qui, d’un coup, avant même qu’on ait eu le temps de dire ouf, la décapita net !

oh non pas ça ne puis-je m’empêcher de m’écrier, pensant fortement, "retenez-moi que je ne lui balance pas un coup de canne !"
La sale môme, très fière de son acte, ramena son trophée à son père. Celui-ci, m’ayant entendu, lui dit histoire de marquer le coup : Je t’avais prévenue ma chérie, à la maison tu peux tout faire, mais pas ici. Mais ça fait rien, c’est qu’une fleur…

Et la tête de la reine Iris, coulant du sang de la vigne, de finir exposée sur la table.

090510-iris3.JPG

A la grande désolation des propriétaires, il ne resta plus sur le sol qu’un malheureux pétale témoignant de ce qu’avait été la beauté de sa robe bleu foncé…. sic !

090510-iris4.JPG

Photos prises au domaine de Sigalière