Youpi ! J’ai une chambre pour moi toute seule

Si c’est pas chouette ça ! Hier j’ai déménagé, pour monter au dernier étage dans une chambre pour moi toute seule. Avec un balcon et une vue… je ne vous raconte pas… de quoi donner du baume au coeur tous les matins à regarder les petits écureuils s’agiter sur les arbres quelque soit le temps qu’il fait. Et le top du top, j’ai ma salle de bain à moi toute seule, grand luxe quoi !

chambre

Sinon ben, les douleurs parasitaires étant soignées, je progresse doucement. Depuis hier j’apprends les escaliers[1], monter et surtout descendre, avec les mains d’abords, puis sans les mains… Et j’ai intérêt à m’appliquer, l’objectif est que je sache me débrouiller toute seule d’ici 15 jours. Je peux vous assurer que ce n’est pas facile du tout, surtout que les douleurs sont toujours là. Ben oui faut 3 mois avant avant qu’elles se fassent la malle les s— !

En salle de marche, j’apprends aussi à marcher avec une seule béquille, sans pencher, le poids sur la nouvelle jambe…. puis à faire quelques pas sans, bien droite pour corriger les déséquilibres…. Dur dur ! Mais ça revient doucement. Et je redécouvre des sensations que j’avais perdu à marcher en flamant rose depuis 10 ans. C’est vrai après tout j’ai une nouvelle jambe toute neuve…

J’ai aussi piscine, mécano, séance en box avec le kiné, la fameuse séance de torture. Bref des journées de rééducation bien remplies, qui font que je ne vois pas le temps passer.

Mais j’ai aussi mes moments de blues, de déprime et de déception. Surtout le WE, ici c’est comme l’internat, le WE pas de rééduc, tout le monde rentre chez soi sauf ceux qui ne peuvent pas. Alors c’est un peu plus long. C’est la vie Lili !

chambre 512

Au fait tant que j’y suis, j’ai besoin d’un tube de dentifrice, si jamais… mise à jour : merci pour le dentifrice. 🙂

Notes

[1] Qu’il n’y ait pas de confusion, je ne monte pas les vrais escaliers pour aller au 5ème étage dans ma chambre. J’apprends sur des escaliers d’exercices

Le bonheur c’est simple comme un colissimo

J’avais pourtant bien préparé ma Check-list avant de partir. Tout y était pour que je ne manque de rien à la clinique. Mais là où j’ai un peu merdé c’est sur les quantités.
Et oui je ne pensais pas que j’allais prendre pension aussi longtemps. Et je suis vite tombée en rupture de stock, même à la maison, de certains produits indispensables pour améliorer mon quotidien de patiente impatiente.

Alors vous pouvez pas savoir le bonheur que ça a été de recevoir un colissimo tout plein de ce qui me manquait.

C’est tout con mais je vous assure recevoir quand on est coincé là dans un endroit pour plusieurs semaines, avec pour seul compagnon sa douleur et son nounours en peluche, 2 paquets de coton maxi oval pour passer une lotion sur mon visage fatigué, 2 rouleaux d’essui tout pour éviter de me tacher quand je mange, des mouchoirs en papier pour mes nombreux coups de blues, du lait hydratant pour adoucir mon petit corps asséché par les traitements, des tubes de biafine pour masser en douceur ce gros genou tout enflé tout vilain pas beau, et des paquets de véritable petit beurre Lu, qu’il y a plus que ça que je peux manger à cause de mes intestins qui sont bien vilains eux aussi… recevoir un tel colis m’a empli de joie comme si je recevais un merveilleux cadeau de Noël.

Alors oui le bonheur ça peut aussi être simple comme un colissimo, et je vous aime pour y avoir pensé.

Quel exploit, j’ai fait un p’tit tour de parc

21 février, ce jour est à marquer d’une pierre blanche. J’ai fait ma première sortie dans le parc toute seule comme une grande. Oh pas longtemps, parce que je ne suis pas encore très au point dans le béquillage. Mais je suis quand même arrivée à faire un petit tour prudent, avec une pause lecture au soleil. Et en plus sans trop souffrir pour une fois, et sans tomber dans les pommes non plus…

Parce que oui pour ceux qui ne le savent pas, où qui ont une fâcheuse tendance à croire que prothèse de la hanche et du genou, c’est du pareil au même, sachez qu’il faut beaucoup plus de temps pour guérir un genou qu’une hanche. Et que c’est vachement plus douloureux… Ah ça oui, nom de dieu de nom de dieu que ça fait mal[1]. Personne ne le dit ça. Par contre tout le monde dit, tu vas voir ça va te changer la vie, tu vas pouvoir remarcher normalement, etc et je vous en passe. Mais en attendant, avant d’en arriver là, vous avez le temps de perdre votre humour, de hurler plus d’une fois de douleur en insultant tous les dieux de la terre ou autres, et d’envoyer bouler tous ceux qui perturbent l’unique moment où gavé de médocs, vous pouvez enfin récupérer un minimum de forces, entre la réeduc du matin et celle de l’après midi. Vous savez cette précieuse heure de sieste.

Ah et puis c’est pas le moment non plus de m’appeler pour donner un coup de main pour quoi que ce soit, j’envoie bouler aussi.

Une prothèse de genou, c’est douloureux et épuisant nerveusement. Vous avez une terrible impression qu’on vous broie le genou en permanence au point d’en avoir la nausée, sans parler des pics des flèches de cet imbécile de crétin de Cupidon quand il se trompe de cible en vous balançant tout son sac dans le genou. Et ben franchement ça fait pas du bien, moi je vous le dis !

En plus quand vous vous coltiner des douleurs parasitaires, genre colopathie et nodule mal placé dans le dos qui vous donne la sale impression d’avoir en plus une sciatique, je vous assure que vous n’avez plus du tout la moindre tolérance aux ondes négatives que certains véhiculent sans s’en rendre compte. Bref j’en suis à un mois depuis l’opération et je n’ai aucune idée de quand ces putains de douleurs vont s’arrêter. Et je ne sais pas non plus quand je serai enfin autonome pour de vrai. Je ne vous parle pas bien sur de me laver, laver mes petites affaires, et de m’habiller toute seule, mais bien du reste, les courses, le ménage, monter et descendre les escaliers, chercher du boulot, enfin les choses de la vie quoi….

Allez on prend appui sur sa jambe, non non elle ne cassera pas, on force.

C’est ça oui, vous croyez que c’est facile vous d’appuyer du jour au lendemain sur une jambe qui était juste là pour la déco pendant 10 ans.

On se redresse, on se tient droite. On se serre de la glace pour se redresser. On marche normalement, On plie le genou. un deux, on appuie, on plie, talon pointe…. on intercale les béquilles… putain ce que ça fait mal ! Bordel de merde !

Extension, flexion, on appuie, on appuie, et là c’est le kiné qui appuie comme un malade pour vérifier l’extension… et on hurle, parce que putain qu’est-ce que ça fait mal ! Faut pas croire, hein, il n’y pas que moi qui hurle. Quand on passe entre les mains des kinés c’est le concert général…. Bonne chance qu’on se dit, tellement c’est horiiiiiibleuuuuuu !

Bon aujourd’hui ça va quand même mieux. Hier j’ai eu une infiltration dans le dos, du coup j’ai une douleur parasitaire en moins, reste plus que le broyage de genou, et ce connard de cupidon que je lui mettrais bien un grand coup de béquille dans le nez pour lui apprendre à viser ailleurs à ce crétin.

En tous les cas, tellement que j’étais pas d’humeur, vous avez loupé quelques billets:

genre la vue de ma fenêtre à la clinique St Roch, très chouette.

Saint Roch

Genre ma jambe de bois après l’opération, que je me demandais si j’avais encore un pied tellement qu’il était endormi par le garrot. Par contre je ne vous raconte pas comment j’ai jonglé quand il s’est réveillé en pleine nuit… saloperie !

Prothese

Genre comment faire popo sur un cabinet trop haut prévu bien sûr pour une prothèse de hanche et pas de genou, au point que vos pieds ne touchent pas le sol…. J’ai trouvé la technique en mettant les pieds sur la barre d’une chaise.. mais je vous fait grâce de la photo…

Genre ma chaise roulante et moi. Parce qu’avant de béquiller, on commence par rouler bien sûr…

chaise roulante

Bon allez, là je vous laisse, j’ai cupidon qui recommence ses conneries. Faut que je calme ses ardeurs avec une poche glacée rapidos…

Notes

[1] Quand je souffre, je jure, c’est comme ça.