Je vous hais !

Pour toutes les larmes que j’ai versées, et que je verse encore ;
Pour m’avoir mise à l’écart dès mon plus jeune âge ;
Pour m’avoir traitée à part comme une étrangère ;
Pour m’avoir laissée me débattre toute seule dans mon coin depuis tant d’années ;
Pour votre indifférence, votre abandon et vos jugements ;
Pour ne m’avoir jamais encouragée, entourée, ni soutenue moralement et affectivement dans les épreuves ;
Pour toutes les questions que je me suis posées, et toutes mes vaines remises en question et concessions ;
Pour m’avoir autant fait culpabiliser d’exister, et m’avoir donné autant de complexes ;
Pour avoir raconté autant d’histoires ;
Pour n’avoir jamais essayé de me connaître ;
Pour avoir gâché mes rêves et mes espoirs d’une famille unie et aimante ;
Pour cette période de l’année qui me rend à chaque fois encore plus triste ;
Pour avoir écarté mes enfants, puis ignoré mes petits enfants ;
Pour avoir instauré et entretenu une différence ;
Pour oser vous étonner des différences que d’autres font chez eux ;
Pour cette douleur qui me ronge un peu plus chaque fois que vous en remettez une couche en agissant comme si je n’existais pas ;

Sincèrement vous croyez quoi ? que ça ne me fait rien tout ça ? que ça ne me touche pas ? que je ne ressens rien ?
Pour toutes ces années de souffrance affective… depuis que je suis en âge de me rappeler ;
Pour vous avoir trop aimé, espéré, et certainement pour vous aimer encore et toujours malgré tout…
Famille je vous hais !

Mon beau cône en habit de lumière

Bon ben cette année je n’ai pas fait de photos du sapin de la Comédie de jour, parce que le cône éteint franchement, c’est pas top…. froid, froid de chez froid, et même inodore, incolore, insipide. Bref le bazar métallique de 20 m passe mieux une fois allumé.

sapin 2008 comédie

J’en serai presque à regretter l’odeur de notre bon vieux sapin, roi des forêts, qui régnait sur la place chaque année… Comme celui de l’année dernière par exemple.

sapin 2007 comédie

Mais bon, les fils de lumières étant en led, l’économie d’énergie que ça représente est loin d’être négligeable (40 % de baisse de consommation d’électricité par jour), sans parler de l’économie d’un sapin. Aussi l’idée est loin d’être mauvaise surtout en cette période de crise. Et puis finalement c’est pas si mal toutes ces lumières bleutées… Dommage qu’il y ait trop de stands, ça donne un effet fouilli.

deco 2008

Enfin, ça n’a pas tout de même pas empêché quelques Djeuns qui regrettent les vraies épines qui piquent et qui tombent, d’organiser une cérémonie funèbre du sapin de Noël la semaine dernière. Apparemment l’économie d’énergie, ça n’a pas trop l’air de les préoccuper.

Mais faut bien que jeunesse s’amuse, et ça c’était plutôt sympathique. 🙂

Cerveau en vrac et vrac de petits riens qui n’intéressent personne

En ce moment matin et soir je zone sur Facebook. Ben oui, Incapable de réfléchir, d’écrire, de sortir quelque chose d’intelligent, le cerveau en vrac, je fais mumuse avec des applis débiles…
Tiens je passerai bien tout mon temps comme ça à glander à la maison. D’ailleurs c’est ce que j’ai fait hier après m’être ruinée dans les magasins après le dentiste. Oh j’ai pas dépensé beaucoup de sous, mais pour moi c’était énorme, tellement énorme que je ne sais pas trop comment je vais remonter cette pente glissante dans laquelle je me suis engouffrée depuis quelques mois… Mais c’est Noël ! et les enfants… enfin voilà je préfère être ruinée que de culpabiliser encore une fois de n’avoir pas pu assurer.
Ça fait partie de toutes ces petites choses qui me rongent l’estomac au point que, parfois j’ai la nausée et de grosses migraines, au point aussi que j’ai du mal à être bien ailleurs que chez moi.
De toute façon tout ce monde dehors c’est insupportable, stressant, bruyant… La place de la Comédie est blindée comme jamais j’ai vu. on ne peut même pas se rincer l’oeil sur les décos de Noël, et prendre du recul pour essayer d’admirer le grand sapin métallique. Pas moyen de se promener tranquille et de prendre de belles photos, trop de cabanes, de stands, de tas de bazar qui encombrent la vue, trop de gens qui bousculent sans faire attention. Résultat, d’avoir voulu jouer monsieur plus cette année, tout est moche. …

Tiens, voilà ça me reprend, mon cerveau déconnecte, je n’arrive plus à coordonner mes idées… grand vide sidéral sous le chignon.


Au moins comme ça je me préserve de cette actu déprimante, et de ces poliques qui n’ont de cesse d’accabler les plus démunis, les petits revenus. C’est gratiné en ce moment. Mais les gens sont bien trop occupés à préparer les fêtes pour réagir aux coups de bambou qu’on leur assène chaque jour un peu plus. Moi non plus d’ailleurs, puisque je zone l’esprit vide sur Facebook. De toute façon plutôt que de s’unir, les français préfèrent se jalouser les uns les autres à mauvais escient. Le gouvernement le sait et en profite largement…


Peut-être que je zone parce que je n’ai pas envie de me rappeler que j’ai raté mon concours de TST, et qu’en plus de me sentir diminuée encore un peu plus, je ne suis pas prête d’être titularisée à ce rythme là.
Peut-être que je zone parce que je n’ai pas envie non plus de penser à ce début d’année que je vais passer en clinique, ni de m’angoisser sur l’après…


Et puis, peut-être que je zone ailleurs parce que je n’ai tout simplement plus envie de bloguer, parce que fatiguée des susceptibilités à fleur de peau des uns et des autres, fatiguée de devoir expliquer que je ne me défoule pas sur mon blog pour agresser qui que ce soit… C’était juste un petit coin à moi qui m’évitait de tout intérioriser, parce que mon chat, hein, il s’en fiche pas mal de ce que raconte. Je m’éloigne donc progressivement de tout ça pour me préserver…

Tiens une petite distraction pour se détendre : Sock and Awe. Moi ça m’amuse de balancer des godasses dans sa tronche à machin…

Bon allez c’est pas le tout ça, je retourne zoner sur facebook, j’ai une ferme à entretenir et des plantes à arroser moi…

La souris a officiellement quarante ans !

La première démonstration publique en ligne d’un environnement graphique avec des fenêtres manipulables à l’aide d’une souris a eu lieu le 9 décembre1968 à San Francisco lors de la conférence sur les ordinateurs (Fall Joint Computer Conference).

Douglas Engelbart, l’heureux papa de la bébête, a présenté ce jour là le fruit de ses recherches connecté par liaison téléphonique à ses associés dans son laboratoire.

J’avais écrit un billet à ce propos, en février 2007 : Le papa du mulot

Ça ne nous rajeunit pas tout ça !

Acquitté, yes !

Pouf pouf, le temps de revenir à la maison et d’avoir enfin accès à mon blog pour là aussi mettre l’heureuse nouvelle que j’ai communiqué ce matin sur le blog du Comité de soutien :

L’acquittement de Laurent Vili a été confirmé par la cour d’assises de Nouméa lors de son procès en appel ! Mais quel bonheur !

Et cette fois c’est fini ! l’ambiance est à la fête. Laurent va enfin pouvoir se reconstruire une vie.
En tous les cas je lui souhaite tous mes voeux de bonheur, à lui et à toute sa famille… pouuu… j’en suis encore toute émue et j’en pleure de joie !

Putain ! je réalise, c’est enfin vraiment fini cette affaire !

Dernier jour de procès pour Laurent Vili

Alors que la soirée se termine en Métropole, en Nouvelle Calédonie une nouvelle journée commence. En ce vendredi matin à Nouméa, Laurent Vili va faire face à son 4ème et dernier jour de procès… de second procès plus exactement.

Après un premier procès déjà chargé en émotion de part et d’autre, et l’acquittement de Laurent Vili par le juré populaire le 23 avril de cette année, la procureur de la République a fait appel à cette décision.
Il a fallu tout recommencer avec les frais que ça implique. Et demain, du moins ce soir dans le Pacifique, nous espérons tous encore une fois une heureuse issue à ce procès…

Pour savoir le pourquoi du comment de ce qui se passe là-bas, de ces conflits inter ethniques dont personne en métropole n’a la moindre idée, sauf les concernés, c’est par là : site du comité de soutien à Laurent Vili

Dans l’attente du verdict, la nuit va être longue ici en Métropole !