Les hommes préfèrent les grosses, même pas vrai !

Les hommes préfèrent les grosses, ça c’est une sacré connerie. Parfaitement, vous avez vu ça où, vous, que les hommes préfèrent les grosses ? A part cas exceptionnel où la fille on lui a regardé le cerveau avant l’apparence physique… Ça fait des années qu’on nous sort le cliché, depuis que ce fichu film est sorti d’ailleurs, mais dès qu’on prend 3 grammes, du père à julo c’est, « houuuu t’as pris du poids toi, t’étais mieux avant…« , ou pire on nous regarde d’un air désolé en secouant la tête.

Sans parler qu’à l’heure de la chirurgie esthétique et du tout faux clé en main, les rondouillardes, on peut aller se faire voir chez les Grecques. Heu excusez moi les Grecques, je vous adore en plus, vous êtes trop mignon(ne)s voir mon type, mais c’est l’expression qui est restée, comme les hommes préfèrent les grosses. C’est con hein ?

D’ailleurs, pour revenir aux préférences de ces messieurs formatés par la mode et les médias (ben oui quoi y a pas que les femmes), leur penchant pour les grosses, c’était peut-être valable avant, avant que les virtuoses de photoshop, fabricants d’anorexiques et autres magiciens du bistouri transforment les femmes en clones « parfaits », lisses et artificiels. Parce que maintenant, on voit très bien où ils laissent traîner leur regard de veau. Et c’est certainement pas sur les grosses, mais bien sur celles, la trentaine de préférence, qui ont des corps minces et « toniques ». Et peu importe qu’elles aient des formes ou pas. Enfin… avec des formes c’est mieux quand même, quoi que…

Quoi qu’il en soit, les grosses, les vraies rondes, les authentiques avec de la cellulite d’origine, et les seins qui bougent pas pour de faux, tout ce qu’il leur reste c’est l’indifférence, la moquerie facile, voir la bêtise culpabilisante.

De quoi je raconte n’importe quoi ? Mais pas du tout. c’est du vécu…
J’ai vu le regard des hommes changer avec ma courbe de poids, qu’est-ce que vous croyez ?
Sans parler des réflexions désobligeantes au moment de la ménopause quand le tour de taille s’est épaissi malgré les différents régimes.
Déjà que je me faisais traiter de grosse quand je faisais de 45 à 55kg pour 1m61, voir poids maxi 61kg enceinte de 8mois…. Pffu n’importe quoi ! vous trouvez ça gros vous ? non hein ? et ben pour les hommes qui m’étaient proches et quelques femelles jalouses, j’étais grosse.
Aah t’as de la cellulite, hinnn t’as un gros cul. .. tu devrais faire un régime… faire plus de sport…
Gnagnagnagna… Allez vous faire voir, bande de nazes !
Maintenant je suis ronde pour de bon, mon corps a changé avec l’âge, et le regard des hommes avec… Je l’ai déjà dit je sais.

Bref les hommes préfèrent les grosses, surement pas, et encore moins quand elles s’éloignent de la quarantaine. Parce qu’en plus c’est comme au boulot, après 42-45 ans, on devient trop vieille pour ces messieurs. Alors quand on cumule poids et âge, quel rôle reste-t-il aux femmes seules ? Ben celui de la bonne copine tiens ! Parce qu’en vérité les hommes préfèrent les minces pour le cul et se pavaner, et les grosses pour rigoler ! poil au nez !

Pour que ça se voit, tous ensemble le 10 novembre…

Tous ensemble le 10 novembreSarko a fini par énerver pas mal de monde avec sa sortie sur les grèves qui ne se voient pas. Début juillet j’avais écrit un billet titrant "Personne ne voit les grèves !? et si on se regroupait…", et bien, d’autres ont eu la même idée et ont commencé à agir en organisant malgré les vacances la résistance au régime Sarko.
Ainsi, le Conseil national de la Résistance propose une Grève Générale Reconductible le 10 novembre 2008, et invite à relayer cette initiative pendant les congés d’été dans tout le pays. La rentrée septembre sera l’occasion de prendre des décisions quant à cette grève, et les deux mois de travail qui suivront en assureront le succès, parce qu’il faut que ça marche, cette action est une action du peuple uni !

En ce qui me concerne, je n’appartiens à aucun mouvement, mais je suis pour une action collective contre l’arrogance de Sarko et son mépris qu’il a du peuple français, et puis j’en ai assez qu’il nous monte les uns contre les autres, alors je diffuse…

Via le blog du Conseil national de la Résistance

Une grève dont tout le monde s’apercevra!

En réponse à Kessler qui veut liquider le modèle social du Conseil National de la Résistance.
En réponse à Sarkozy qui prétend que plus personne ne s’aperçoit qu’il y a des grèves.

En réponse aux états-majors syndicaux divisés, dont certains seraient prêts à négocier le poids des chaînes si l’esclavage était rétabli.

En réponse à ceux qui pensent que le ressort du mouvement social est définitivement cassé et que les travailleurs sont soumis, dans ce pays.

En réponse à ceux qui réclament, sans succès, des consignes d’en haut, alors que c’est de la base que tout peut démarrer.

En réponse à ceux qui ont besoin de la perspective d’une manifestation concrète de la colère populaire… et d’une victoire sur le terrain social, ou du moins de la preuve d’une large mobilisation possible.

En réponse à ceux qui se satisfont des oppositions que le gouvernement fait naître entre les citoyens (diviser pour mieux régner).

Résistons! Créons la mobilisation dont nous avons besoin…

Obligeons nos états-majors syndicaux à nous suivre dans l’organisation d’une grande grève générale interprofessionnelle, éventuellement reconductible, et d’une manifestation populaire, le 10 novembre 2008, à Paris, contre la destruction de notre république sociale par Sarkozy et le gouvernement du MEDEF.

Mobilisons chacun de nos délégués syndicaux. Faisons faire des mots d’ordre de grève dans tous les départements et toutes les branches locales, pour que les centrales nationales suivent la voie que nous montrons.

Notre République est une République sociale, comme le dit la Constitution.

Cela veut dire que le fait de vivre ensemble nous protège les uns les autres.

Non à la destruction de ce modèle de société que nous avons hérité de la Résistance!

De puissantes sections syndicales ont déjà signé la lettre de masse aux états-majors syndicaux et envoyé des motions vers leurs fédérations nationales pour réclamer une action tous et en même temps … Les signataires de cette lettre pourraient se retrouver dès la rentrée sociale dans les bourses du travail de tout le pays pour discuter des suites à donner à cette proposition d’action le 10 novembre 2008.

Il ne s’agit surtout pas, ici, de briser la direction des syndicats, entendons-nous bien, mais de se réapproprier l’outil.

Xavier Marchand

Lettre destinée aux syndicats:

Sujet/Objet: Tous ensemble à partir du 10 novembre 2008

Bonjour,

Je vous écris pour vous informer que je refuse à partir de maintenant de participer à une grève dont on ne s’aperçoit pas…

Comme des centaines de milliers de citoyens, syndiqués ou pas, du public ou du privé, je souhaite une convergence rapide des luttes sociales qui soit portée par les syndicats pour contrer les dangereuses réformes actuellement engagées.

Mais puisque je ne pense pas que les états-majors syndicaux entamerons cette démarche, je souscris à la celle du Conseil national de la Résistance (www.conseilnationaldelaresistance.fr).

Je travaille donc, localement, à obtenir une convergence des mots d’ordres de grève générale et reconductible pour le 10 novembre 2008.

Pour cela, étant convaincu que c’est réalisable, comme tous les camarades engagés dans cette démarche, je m’organise pour obtenir un mot d’ordre de grève qui sera issu du terrain. Tous convergeront alors vers les états-majors de tous les syndicats et nous pourrons alors lutter tous ensemble et en même temps !

Je demande votre soutien dans cette construction, car nous avons besoin de nos syndicats. Mais je vous informe qu’afin de préparer nos forces pour cette grève générale, je ne serai pas, d’ici-là, d’une grève invisible de plus.

Cordialement.

Tous ensemble le 10 novembre

La Contre-blogosphère rassemblera des tigres !

Face à la tournure nauséabonde que prend la blogosphère, le tronçonneur de blogs tente le lancement d’une contre-blogosphère pour un blogging plus responsable. Voici les 5 principes de ce mouvement :

  • La Contre-blogosphère valorise avec ferveur la pertinence, la diversité, l’originalité et la responsabilité des contenus.
  • La Contre-blogosphère défend exclusivement les blogs, liens, billets et commentaires à valeur ajoutée.
  • La Contre-blogosphère lutte avec acharnement contre l’effet de masse médiatique, le copinage, la flatterie, la promotion des egos et la fadeur des propos.
  • La Contre-blogosphère n’abandonne jamais le débat et s’inscrit dans une démarche constructive et non destructive.
  • La Contre-blogosphère s’exclut de toute sphère commerciale, celle-ci court-circuitant par définition la nature des échanges.

logo contre blogosphèreTout blogueur prêt à respecter ces principes peut s’identifier, s’il le souhaite, en apposant le logo de rassemblement sur son blog.

La blogosphère fabrique des moutons, la Contre-blogosphère rassemblera des tigres !

Le mouvement prendra-t-il ou pas ?

Maj du 28 juillet :

Résultat des courses, lancement raté, pas assez d’adhérents, il n’y aura donc pas de contre-blogosphère. De toute façon chacun fait ce qu’il veut comme il veut, l’essentiel étant de se faire plaisir.

Bain de foule au marché

La traversée du marché fut périlleuse dimanche, tellement la foule était dense. Par trois fois des passants ont heurté du pied ma canne au point de manquer me faire tomber. Les touristes sont là et bien là, et la Grande Motte n’est plus fréquentable, surtout le dimanche… Les places de parking sont encore plus rares, au moins une demi heure avant d’en trouver une, et s’adonner à la flânerie en regardant les étals est devenu impensable.

Je n’avais pas le choix, il fallait que je traverse. L’immeuble où j’allais n’était là pas loin, juste de l’autre côté de cette masse grouillante, stressante et stressée. Je me suis engouffrée et elle m’a engloutie. Il ne me resta plus qu’à jouer des coudes pour avancer, renonçant à approcher les marchands… Bref J’ai frôlé la crise de panique[1].
Une fois en sécurité, surplombant cette bruyante fourmilière, il m’a fallu un bon pastis pour calmer mes angoisses et retrouver mes esprits !

Notes

[1] Je suis un peu agoraphobe sur les bords et je ne supporte pas qu’on me frôle, cette traversée a été un exploit pour moi…

Le dentiste c’est pour les riches !

Ah la vache ! 4000 € pour se faire remettre la mâchoire d’aplomb en bouchant les trous à coups d’implants, remboursés des nèfles par la mutuelle bien sûr, mais même pas en rêve je les ai…

Bon ben je resterai avec mes migraines, mes douleurs d’estomac, ma digestion difficile, mes dents du haut qui descendent, ma mâchoire qui se bloque et mes difficultés à manger des aliments qu’il faut mâcher…

Mais on s’en fout de tes dents, t’as pas autre chose à raconter, vous allez me dire… Ben non ! ça me scie tellement le —(censuré) que les soins dentaires ne soient accessibles qu’aux gens qui ont les moyens que je ne peux pas m’empêcher de râler. Aujourd’hui, dès que ça dépasse la banale carie, on ne peut plus se payer le dentiste ! Faudrait gagner au Loto pour pouvoir s’occuper de sa santé convenablement. C’est dingue !
Pourtant une bonne denture bien équilibrée, c’est des économies d’assurées sur le reste du corps avec le bien-être en prime.
pffuuu… grognoute de chez grognoute tiens ! :-C

Ceci dit, entre nous, il est très mignon et très doux mon dentiste… même pas peur 🙂
ça me change des Monsieur Marchand à qui j’ai eu affaire autrefois (lire ci-dessous à défaut d’écouter le mp3))…

Monsieur MARCHAND
( Paroles et Musique de Lynda Lemay – 2004 )

Je le sens s’approcher
Avec son instrument
Y m’ordonne pas gêné
"Allez-y ouvrez grand"
Et dire que c’est maman
Qui m’a dit d’v’nir ici
"Tu vas voir M’sieur Marchand
Il est très très gentil"
Je vibre sous le bruit
D’la perceuse électrique
Qu’il me passe au travers
D’une molaire pourrie
J’émets quelques p’tits cris
J’ai la luette qui panique
J’ai la langue de travers
Couverte de brins d’scie
V’la la bonne qui s’amène
Avec l’aspirateur
En matière de gueule pleine
Je suis couronnée reine
C’est une couronne d’ailleurs
Qu’elle m’a dit qu’ça m’prenait
La servante du sans cœur
En m’aspirant l’palais
J’vois sur la table à droite
C’qui n’ peut être à coup sûr
Qu’ l’attirail de torture
D’un timbré psychopathe
Je n’sens plus mon visage
Il m’a trop injecté
D’son poison le sauvage
Il m’a défigurée
Soudain’ment y m’relache
Pour que j’aille à l’évier
Pour que j’rince et que j’crache
C’qui m’ permet de vérifier
Le miroir juste au-dessus
Me confirme c’que je crains
Ma bouche ne répond plus
Je suis Lynda Chrétien **
J’essaie de m’évader
Mais mon bourreau m’rattrape
"On n’a pas terminer"
Y m’renvoie sous la nappe
Ca pouvait pas êt’pire
Comme ambiance de terreur
J’avais froid dans l’échine
J’vivais l’top de l’horreur
Jusqu’à ce qu’en sourdine
Comme venant de nulle part
Y’a Herbert Léonard
Qui chante "Pour le plaisir"
Et que mon grand dément
Sorte un autre accessoire
Genre sableuse à ciment
Démancheuse de mâchoire
Le r’voilà au travail
Pis j’vous jure qu’y s’applique
Et y r’vole de l’émail
Dans sa face de sadique
J’ai été séquestrée
Condamnée a la chaise
Mutilée, massacrée
Torturée pas sa fraise
J’suis sortie comme une loque
Quand on m’a libérée
Encore en état d’choc
J’ai docilement payé
Dans la main pour le tartre
Une brosse a dent verte
Qu’la bonne femme m’a offerte
En souriant comme une tarte
Puis j’ai pris l’ascenseur
Ou j’ai bien essayé
De remettre d’la couleur
Sur ma baboune enflée
J’ai bien fais c’que j’pouvais
J’en ai mis plusieurs couches
J’en ai mis a peu près
Partout sauf sur la bouche
Et au lieu d’réussir
A paraître mignonne
J’avais l’air de ressortir
Du bureau de Clinton
Peut être que Monica
Etait gelée des mâchoires
Puisque c’est par le bas
Qu’elle fumait des cigares !
Aujourd’hui quand je vois
Un dentier dans un verre
je demande a parler
A l’heureuse détentrice
Et puis toute édentée
Que soit l"humble grand mère
j’me surprends à envier
Ses gencives toutes lisses.
Et je lui dit tout bas
Ne craignez pas l’enfer
Il n’existe qu’ici bas
Et je l’ai vécu Jadis
Si jamais vos curés
vous décrivent Lucifer
Ils ne vous diront pas
Qu’il s’déguise en dentiste

Bon, et si j’empruntais ? histoire de diminuer encore mon pouvoir d’achat mensuel…

Blog de vie intime, blog carrière et blog de vie citoyenne

Après mures réflexions, j’ai profité de ce WE sans rien, ni coup de fil, ni mail, ni services à rendre, personne qui m’attend, personne à voir, pour éclater mon blog.

  • J’ai d’abord créé un blog anonyme sur une plate-forme communautaire pour pouvoir retrouver un coin à moi, un exutoire où pouvoir raconter librement ce que je veux, et surtout vider tout ce qui a pollué et pollue encore ma vie au point d’être aujourd’hui solitaire et méfiante.. Pas de lien ici bien sûr. Peut-être donnerais-je l’url à quelques rares personnes de confiance… A voir…
  • J’ai crée un blog carrière avec Dotclear 2, pour virer tout ce qui est pro d’ici. Dorénavant, tout ce qui se rapporte à mes recherches actives, mon cursus, la veille, se trouve ici : Tic & Web. j’ai même transféré tous les commentaires (421, et 120 billets)

Voilà ! Et maintenant si je prenais un peu l’air ?

Personne ne voit les grèves !? et si on se regroupait…

«désormais, quand il y a une grève, personne ne s’en aperçoit»…

Jubile mon gars, profite… Il suffirait juste que les quelques millions de travailleurs qui ont fait grève séparément ces derniers mois se regroupent, et là, je suis sure qu’il y aurait nettement moins matière à plaisanter sur le dos des français !

Transports ferroviaires, transports routiers, transports sanitaires, transports publics, ports, pêche, restauration, distribution, industries, fonctions publiques, sûreté aérienne, presse, agriculture, et j’en passe, sans oublier les manifestations des vignerons. Moi qui ne suis pas grève, pour une fois : tous ensemble, une bonne grève générale !

Décidément je déteste l’arrogance !

Histoire de cravate et de clim

Les députés ont trop chaud à l’Assemblée. Pour faire diminuer la consommation d’énergie, ils aimeraient ne plus avoir à porter la cravate, comme au Conseil général du Nord où le président a pris des dispositions à ce sujet. Plus il y a cravate, plus ils ont chaud, et plus la climatisation fonctionne. Sans la cravate, nous pourrions gagner de 2 à 3 degrés, ce qui n’est pas négligeable., déclare François de Rugy, député Verts.

La clim, ah la clim ! doux rêve…. Ici dans le Midi à Montpellier, on ne se pose même pas la question de la tenue vestimentaire. Dans notre grand bâtiment, le mot d’ordre c’est agir pour le développement durable. Alors, contrairement aux petits veinards du Nord, on n’a carrément pas la clim[1]
Dans certains bureaux, suivant l’exposition, on crève, on étouffe, on suffoque, on ne respire plus, limite malaise. Les esprits mâles s’échauffent au quart de tour, surtout pour rien… Y a de l’ambiance, 35 dehors, 35 dedans, et la température monte ! ah ah ! La vie est belle ! Youp la boum !

Notes

[1] sauf bien sûr quelques hiérarchiques privilégiés et lieux techniques (matériel oblige) et encore pas tous…