Méchoui

Méchoui au pré de chez vous

C’était il y a une semaine au Pré de chez vous à Aniane.
Une belle journée ensoleillée, quelques adhérents des environs, visite des cultures de l’exploitation, déjeuner à l’ombre des tilleuls, de grandes tablées, goinfrage tellement la viande est bonne, papotages et discussions, on se sent bien, on "sympathise"…

Bon ben c’était bien sympa cette journée, à l’année prochaine peut-être m’ont-ils dit en partant…

Quand une enfant parle d’environnement à l’ONU


Discours à l’ONU sur l’environnement

C’était en 1992, Severn Susuki avait alors 13 ans. Pour réunir les fonds nécessaires pour participer au sommet de la terre à Rio, elle a fondé l’organisme "Environmental Children’s Organization" (ECO).
Déterminée, elle s’est exprimée au nom de tous les enfants en détresse de la planète. Face aux représentants des nations, elle a manifesté d’une voix claire et précise son inquiétude sur l’avenir de la planète.
Elle souhaitait faire comprendre aux adultes qu’il était temps qu’ils pensent aux enfants lors de leurs actions.
Malgré la prise de conscience, s’il y en a une, le monde aujourd’hui n’a pas beaucoup évolué…

Le texte du discours

Rio Centro, Brésil 1992 (via Averlok)

Bonjour. Je m’appelle Severn Suzuki et je parle pour l’E.C.O. – la « Environmental Children’s Organization ». Nous sommes un groupe d’enfants de 12 à 13 ans du Canada et nous voulons essayer de changer quelque chose : Nous ce sont Vanessa Suttie, Morgan Geisler, Michelle Quigg et moi.

Nous avons collecté de l’argent pour pouvoir entreprendre ce long trajet de 9500 kilomètres afin de pouvoir vous dire chers adultes que votre attitude doit se changer. En venant ici aujourd’hui, je le fais sans aucune intention cachée. Je me bats pour mon avenir – car si je perds mon avenir, ce n’est pas comme si l’on perdait une élection ou quelques points à la bourse. Je suis venue ici pour parler au nom de toutes les générations futures.

Je suis ici pour parler au nom de tous les enfants affamés du monde entier dont personne n’entend les cris. Je suis ici pour parler pour les innombrables animaux qui doivent mourir de tout autour de la terre parce qu’ils ne trouvent plus d’espace vital. Nous tous ne pouvons plus nous permettre de ne pas être entendus.

J’ai peur d’aller au soleil parce que la couche d’ozone présente des trous. J’ai peur de respirer l’air parce que je ne sais pas avec quelles substances chimiques il est contaminé.

Autrefois j’allais souvent à la pêche avec mon père jusqu’au jour où il y a quelques années de ça, nous avons trouvé les poissons pleins d’ulcères. Et maintenant nous apprenons que beaucoup d’animaux et de plantes disparaissent chaque jour – ils disparaissent pour toujours.

Dans ma vie j’ai souvent rêvé de voir les grands troupeaux d’animaux sauvages, la jungle et les forêts équatoriales pleines d’oiseaux et de papillons. Mais maintenant je me demande s’ils existeront toujours afin que mes enfants puissent s’en réjouir un jour.

Avez-vous dû vous préoccuper de toutes ces petites choses quand vous aviez mon age ? Tout ceci se passe sous nos yeux et malgré tout, nous nous comportons comme si nous avions du temps à volonté et toutes les solutions.

Je ne suis qu’une enfant et je n’ai pas toutes les solutions mais je voudrais que vous compreniez – que vous non plus !

Vous ne savez pas combler les trous dans la couche d’ozone.
Vous ne savez pas comment faire nager un saumon à nouveau à contre-courant dans un fleuve pollué.
Vous ne savez pas comment faire revenir un animal disparu.
Et vous ne pouvez pas non plus faire revenir les forêts qui jadis se trouvaient là où aujourd’hui est le désert.

Si vous ne savez donc pas comment réparer tout ça, alors, s’il vous plaît, arrêtez de tout détruire!

Ici vous êtes peut-être des délégués de votre gouvernement, des hommes d’affaires, des organisateurs, des reporters ou des politiciens – mais en réalité vous êtes des mères et des pères, des frères et des sours, des tantes et des oncles – et vous êtes tous l’enfant de quelqu’un.

Je ne suis qu’une enfant mais je sais que nous faisons tous partie d’une famille, cinq milliards à savoir 30 million de différents espèces et nous tous partageons ensemble le même air, l’eau, le sol – Des gouvernements n’en changeront jamais rien. Je ne suis qu’une enfant mais je sais que nous sommes tous embarques ensemble et que nous devrions nous comporter comme un seul peuple en route vers un même but. Je ne suis pas aveuglée par la colère et, malgré mon inquiétude, je n’ai pas peur de dire au monde comment je me sens.

On produit beaucoup de déchets dans mon pays, nous achetons et nous jetons, achetons et jetons et, malgré tout, les pays de l’hémisphère du nord ne sont pas prêts à partager avec ceux qui sont dans le besoin. Même si nous avons suffisamment nous avons quand même peur de perdre un peu de notre richesse, nous avons peur de partager.

Au Canada nous avons une vie privilégiée avec de la nourriture, de l’eau et des logements en abondance – nous avons des montres, des bicyclettes des ordinateurs et des téléviseurs. Il y a deux jours nous étions effrayés de voir des enfants vivant dans les rues, ici au Brésil. Et un enfant nous disait : « je souhaiterais être riche ; alors je donnerais à manger, des médicaments, des logements, de l’amour et de l’affection à tous les enfants des rues. » Si un enfant des rues, qui n’a rien, est prêt à partager, pourquoi sommes nous si avare, nous qui avons tout ? Je dois toujours penser que ces enfants ont mon age et que l’endroit où on est né fait une énorme différence. Je pourrais être un des enfants dans les ghettos de Rio ; je pourrais être un de ces enfants mourant de faim en Somalie ; une victime de guerre au Moyen Orient ou un mendiant en Inde.

Je ne suis qu’une enfant mais je sais qu’en utilisant tout l’argent dépensé pour la guerre on mettrait fin à la pauvreté et on trouverait des réponses à la pollution – Quel endroit merveilleux serait cette terre !

A l’école, oui même à la maternelle, vous nous enseignez de nous comporter correctement dans le monde :

– ne pas se disputer avec les autres
– traiter les choses ensemble
– se respecter réciproquement
– mettre de l’ordre
– ne pas martyriser d’autres êtres vivants
– ne pas être ni avide et ni avare

mais alors pourquoi faites-vous exactement ce que vous nous interdisez de faire ?

N’oubliez pas pourquoi vous êtes venus à cette conférence, pour qui vous faites cela – nous sommes vos propres enfants.

Vous décidez dans quel monde nous allons grandir. Les parents devraient être en mesure de rassurer leurs enfants en disant « Tout ira bien », « nous faisons du mieux que nous pouvons » et « ce n’est pas la fin du monde ». Mais je crains que vous ne puissez plus nous dire cela. En fait, comptons nous encore parmi vos priorités ? Mon père disait toujours : « Tu es ce que tu fais – non pas ce que tu dis ». Eh bien, ce que vous faites me fait souvent pleurer la nuit. Les adultes disent qu’ils nous aiment. Je vous en supplie : S’il vous plaît, conformez vos actes à vos paroles!

Merci pour votre attention

Severn Cullis-Suzuki (E.C.O.)

Depuis 1992, Severn a continué sa route, elle est devenue activiste écologique, conférencière et présentatrice de télévision.

De l’impatience à nos frais

"Vous êtes impatients. Nous aussi" …
Ma parole, mais ils nous prennent vraiment pour des buses dans les hautes sphères gouvernementales avec leur campagne de pub !
Impatient, impatient, je vais t’en foutre moi de l’impatience à bouffer notre fric dans ta propagande ! Ma patience à des limites ! Nous agiter sous le nez une compagne de pub sur le pouvoir d’achat payée à nos frais, alors que notre porte monnaie est en berne… mais qu’est-ce qu’ils croient ?
Un sou est un sou et 4,3 millions d’euros c’est pas du pipi de mouche, surtout quand ils viennent de notre poche de contribuable qui n’en a plus la queue d’un.
Peuvent pas arrêter de jeter le fric par les fenêtres, et arrêter de nous prendre pour des demeurés ? Comme si on avait besoin de ça en ce moment.

7h du soir à la plage…

Je n’y étais pas allée depuis le début des travaux en janvier. La plage, les dunes, tout est réparé, prêt pour l’été… demain !

Plage

Et ça sentait bon…. hummm toutes ces plantes qui retiennent les dunes…

Plantes dans les dunes

Il y avait même du monde qui se baignait… J’en ai profité pour tâter la température de l’eau avec mes petits pieds et j’ai été surprise par la tiédeur de son contact….

Plage

S’il n’y a pas trop de monde demain soir et surtout si les kitesurfers laissent un peu de place pour faire des longueurs sans risque, j’irai peut-être piquer une tête.

Pire que DADVSI, Hadopi

La loi « Création et Internet » que présentera demain la ministre de la Culture Christine Albanel en conseil des ministres risque de faire bien des dégâts chez pas mal d’abonnés "pirates amateurs"… Cette loi va prendre le relais sur la loi DADVSI[1], pas assez efficace face aux téléchargements illégaux d’œuvres aux yeux du gouvernement, des majors du disque et du cinéma, et des réseaux de distributions. Ca n’a pas l’air bien méchant comme intitulé, "Création et Internet"… mais ne vous y trompez pas, cette loi instaure une Haute Autorité administrative indépendante, Hadopi[2], qui sera chargée de taper sur les doigts de tous les vilains abonnés indélicats qui n’auront pas bien veillé au bon usage de leur accès Internet, et qui n’utiliseront pas les moyens de filtrage proposés par leur FAI. Tant pis pour ceux qui se seront faits pirater leur accès Wifi, et tant pis pour ceux qui ont des mômes qui abusent du P2P.
Grâce à cette loi, les majors, qui ne créent rien et ne consomment rien, mais qui se font du blé sur le dos des artistes, et de ce fait sont les seuls capables financièrement de contrôler des adresses IP, pourront scruter vos masses de données transférées, et saisir la Haute Autorité quand ça leur pète. Grâce en plus à votre FAI collabo qui aura dénoncé l’identité qui correspond à l’adresse IP suspecte, le père fouettard va pouvoir vous tomber dessus comme l’aigle fond sur sa proie.
C’est alors que la riposte graduée[3] ou plutôt l’engrenage sans fin, commencera pour les abonnés pris l’IP dans le sac :

L’autorité commencera par envoyer aux pirates des messages d’avertissement qui seront personnalisés : une phase préventive précèdera donc d’éventuelles sanctions, ce que le droit ne permet pas jusqu’à présent.

Si le pirate récidive, l’autorité prendra alors des sanctions adaptées à la nature du comportement auquel il s’agit de mettre fin : la suspension de l’abonnement Internet, puis sa résiliation. Pour éviter que les pirates ne « migrent » d’un fournisseur d’accès à un autre, un « fichier des résiliés » sur le modèle du fichier des interdits bancaires de la Banque de France sera créé.

La dimension préventive de la lutte est encore accentuée par l’engagement des fournisseur d’accès Internet à expérimenter des dispositifs de filtrage.

Les abonnés soupçonnés seront ainsi fichés sur liste noire et blacklistés ad vitam eternam… Désocialisés en clair !

Et oui, parce qu’à l’heure du dégroupage et de l’abonnement tout en un, de la e-administration, de la e-democratie, et autre machin bidule électronique, je vous laisse imaginer dans quels emmerdes le citoyen internaute va se retrouver s’il se fait piquer : plus de banque en ligne, plus de déclaration d’impôt en ligne, plus de facture en ligne, plus d’administration en ligne, CAF, Sécu., plus de recherche d’emploi en ligne, ASSEDIC, APEC, ANPE…. plus d’achat en ligne, plus de téléphone, plus de télé, plus de mails. Fini l’Internet de proximité et le blogging à n’en plus finir…. J’en passe et des meilleurs…

Mes p’tits chéris, va falloir dorénavant faire très attention à ce que vous faites sur le réseau, parce que le flicage sur Internet risque de vous coûter très cher. Ce ne sont pas les pirates pros qui vont se faire prendre avec cette loi, mais bien les petits consommateurs moyens que nous sommes, qui téléchargeons une fois de temps en temps un mp3 ou un film histoire de nous divertir un peu…

Enfin, il reste toujours encore un peu de temps pour signer la pétition SVM, à défaut de pouvoir faire mieux

Un peu de lecture

et

Notes

[1] DADVSI : droits d’auteur et droits voisins dans la société de l’information. Cette loi fait du téléchargement illégal un délit passible de trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende

[2] Hadopi : Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet

[3] Finalement le côté gradué de la riposte est complètement bidon, la Haute Autorité peut décider de la sanction ultime direct sans prévenir. Et paf !

Pinot Gris, soupe à la courgette et … savon de Marseille

Depuis que j’ai reçu mon colis du CIVA (Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace) il y a un mois, je continue tranquillou ma dégustation de vins blancs d’Alsace.

J’ai adoré le Pinot Blanc 2006 avec mes petits plats légers du soir. Frais et souple, il s’accommodait parfaitement avec mes salades composées à base de verdure, légumes frais, fines herbes et fromage de chèvre.

J’ai également essayé le Riesling 2006 et le Muscat d’Alsace. Ma préférence est allée vers le Muscat très aromatique. Mais je crois que j’aurai du mettre le Riesling de côté car peut-être encore un peu trop jeune.

Et aujourd’hui, comme il me restait plein de courgettes de mon panier "au pré de chez vous", j’ai voulu tenter la soupe à la courgette et au curry avec le Pinot Gris 2006

J’ai suivi la recette de Marmiton.org, jusque là tout va bien. Mais au moment de mouliner le bazar, j’ai mis ma cocotte dans l’évier pour éviter les éclaboussures à droite à gauche, et c’est alors que…. le flacon de liquide vaisselle, surpris par les vibrations, s’est jeté la tête la première dans ma soupe !
Merrrrrdeuuuuu ! Nom de dieu de nom de dieu ! non seulement j’ai failli me bruler en voulant retirer précipitamment cette bestiole vomissante de ma soupe fumante, mais en plus elle a tellement épandue, répandue, étendue son liquide à bulles, que foutue ma soupe… J’ai gouté, espérant que…mais berk ! C’est vraiment pas bon le savon de Marseille[1] à la courgette… Vite un verre de Pinot Blanc pour évacuer ce gout franchement dégueulasse, et zou dans l’évier la soupe.

Dommage, je suis sur que ça aurait pu être super avec la rondeur du Pinot Gris…. Enfin, à défaut de soupe à la courgette, J’ai remis ma dégustation mets/vin à plus tard, p’tête avec des carottes à l’orientale ce soir… J’ai donc mis le Pinot au frigo, et en attendant de continuer ma route des Blancs d’Alsace, je me suis rabattue sur l’une de mes éternelles recettes de salade composée…
pfuuuuu ! Et vous trouvez ça drôle ?

Notes

[1] Vous l’aurez compris, mon liquide vaisselle est au savon de Marseille 😉

L’inauguration du Pagre

Tiens au fait, dimanche dernier je suis allée à l’inauguration du Pagre chez les Lou Capian de Thau, l’asso de voile latine sise à Balaruc les Bains.
C’était très sympa comme journée, y avait plein de monde des voiles latines qui sont venus, de Palavas, Mèze, Bouzigues, Frontignan, et d’ailleurs… J’ai même retrouvé quelques connaissances, dont Michel qui m’a permis, l’année dernière à Palavas, de naviguer avec lui et ses deux amis sur la Françoise. Ce jour là je me suis régalée. Et vous vous rendez compte, la Françoise a mon âge ! mais toujours vaillante elle… pas comme moi… Bon d’accord, je suis pas une barque non plus, et personne ne m’entretient avec amouuuuur comme elles le sont. Comment ça c’est pas pareeeeil ?

Bref pour reparler de choses sérieuses, revenons au sujet de dimanche dernier, le Pagre. Cette barque de type catalane est un tout petit peu plus récente que la Françoise, elle date de 62. Elle a été retrouvée comme ça :

Le Pagre avant

Et Thierry, son propriétaire, lui a redonné une seconde vie. Après quelques miracles et beaucoup d’huile de coude, voilà comment elle est aujourd’hui après son lifting.

Le Pagre après

Beautiful isn’t it !

Les mecs se sont régalés à la faire belle pour le grand jour, un p’tit drapeau par ci, un p’tit drapeau par là… un p’tit calin, et que je te la mets là, et que je te la pousse là… pour finir par un grand coup de bouteille de champ’ sur l’ancre, qu’a pas voulu casser du premier coup d’ailleurs, la bouteille, pas l’ancre… J’en connais un qui a du s’y reprendre à plusieurs fois. L’avait p’tête peur de faire bobo à sa jolie barque le Thierry. 😉

inauguration du Pagre

Après l’apéro et la brasoucade, on a ensuite fait un p’tit tour en barque pour aller boire le café, et un autre pour traverser l’étang jusqu’à Sète. Ces balades sur l’eau, c’est que du bonheur pour moi, J’adore ça et ça me détend… dingue ! Dans l’eau aussi je suis bien d’ailleurs, quand elle est à bonne température bien sûr.

balade sur l'étang

Bon voilà, c’était super, et merci à Daniel, secrétaire webmestre des Lou Capian, le roi de l’événementiel, qui m’a convaincue de bouger mes fesses hors de chez moi. Tiens un gros poutou pour la peine.