Blog sur 3 colonnes

Après avoir peinturluré mon blog de bleu,

thème bleu 2 colonnes

voilà que j’ai cassé la structure pour le passer en 3 colonnes. Et oui quand je commence à faire des modifs, je ne sais plus m’arrêter. J’en ai profité pour virer les tags qui faisaient redondance avec les catégories, qui se trouvent maintenant à gauche.

Par contre je n’aime plus ma bannière, il va falloir que je trouve une autre idée à l’occasion.

En attendant si j’allais prendre un peu l’air ? Allez oust dehors !

Et comment vont nos hippocampes ?

Fin juillet et c’est déjà pire qu’en 2003, la situation est dramatique, les écosystèmes souffrent de cette chaleur écrasante sans vent, l’étang de Thau est en pleine asphyxie, les moules sont mortes, les poissons survivants sont fous, quelques rares huîtres essaient de résister, l’eau à 30 ° est beaucoup trop chaude, la baignade est interdite et les restaurants sont vides pour cause de chaleur.

Bref La « malaïgue »[1] tue ! et c’est une catastrophe à la fois économique et écologique, seul un bon coup de tramontane ranimerait la mer et par la même occasion l’étang en l’oxygénant, mais surtout, surtout, pas de pluie qui ne ferait qu’amener pollution et achever les écosystèmes …

Mais comment vont nos hippocampes dans tout ça ?? personne n’en parle ?

hippocampe

Photo de Pascal Cottinet plongeur

Notes

[1] Malaïgue : mauvaise eau, en occitan

Google expérimente un moteur centré sur l’accessibilité

Rédigé pour le blog d’Easy-It pendant mon CDD ainsi que plusieurs autres billets de veille:

La nouvelle a été diffusée par Reuters, Google expérimente une nouvelle version de son moteur de recherche centrée sur l’Accessibilité dans l’objectif de faciliter la recherche d’information aux personnes malvoyantes.

Google Accessible Search .

Accessible Search” identifie et privilégie dans ses résultats les pages qui équilibrent données pertinentes et graphisme pur, au détriment de celles qui ne respectent pas les règles de base simple de l’accessibilité numérique ou qui présentent un contenu trop riche non exploitable par des internautes souffrant de problèmes de vue quels qu’ils soient.

Le moteur, explique T.V. Raman, chercheur au siège de Google, chef du projet et lui même aveugle, prend en compte des critères supplémentaires tels que la simplicité de la maquette, la conception et l’organisation des pages web.

L’objectif et louable, mais Raman estime que le World Wide Web est trop désordonné pour séparer clairement les pages accessibles de celles qui ne le sont pas.

Dans un monde idéal, chaque page web serait codée proprement. Le recours aux feuilles de style permettrait de dissocier clairement la mise en page du contenu. Les colonnes de données seraient identifiées. Les photos auraient des légendes.

DADVSI : Pire que pire !

Et voilà, le con-seil con-stitutionnel a pris sa décision sur la loi DADVSI, plus pire que ça, y a pas pire ! la loi est validée et durcie et nous nous prenons trois grandes claques.

  • Une claque pour l’industrie du logiciel et du logiciel libre, plus d’outils destinés au « travail collaboratif » et tant pis pour les développeurs
  • Une claque pour l’intéropérabilité, pas toucher aux DRM sinon direct en prison pour 3 ans
  • Une claque pour les échanges de fichiers, plus télécharger bandes de vilains, sinon zou ! en plus de 300000 euro d’amende, direct en prison
  • Plus une grande claque pour les députés PS, et vlan !

Nous étions déjà rentrés dans le siècle de la régression, le législateur continue à nous y enfoncer avec cette loi inapplicable ! On va droit dans le mur …

Pour plus de détails, je vous renvoie chez Maître Eolas qui nous fait un résumé du bazar (merci Maître) : Loi DADVSI : Le conseil constitutionnel a rendu sa décision

En attendant je boycotte les maisons de disques à qui profite le crime !

PS: moi qui cherchait un logement, finalement avec tout ça, je ne vais pas tarder à être nourrie et logée par l’état et avec pleins de potes en plus … chouette !

Tomatologue

  • Bonjour Monsieur le marchand, je voudrais des Tétons de Vénus, s’il vous plaît.
  • Bien sûr chère Ma’ame, je vous en met combien ?
  • 1kg … oh et puis mettez moi aussi quelques Joyaux d’Oaxaca …

Dialogue très courant en ce moment le mardi soir, jour de marché au Mas de Saportas … Et oui notre tomatologue est là avec ses jolies tomates bien parfumées, jaunes, vertes, bordeaux, rouges, … , et de toutes les formes, nommées Heidi, Hugh’s, Elbe, green saussage et j’en passe. De quoi rêver en faisant les courses.

tomatologue

« Veille et études médias », le livre blanc de l’Argus de la presse

Aujourd’hui, les relations presse jouent un rôle important dans le développement des entreprises et des institutions et pour rendre compte des bénéfices qu’elles peuvent tirer de la veille des medias, l’Argus de la presse vient de rédiger un livre blanc.

Veille et études médias, au coeur des stratégies de communication

Cet ouvrage apporte sa pierre à une réflexion élargie de l’information et de la communication au service de la stratégie de l’entreprise. Il s’appuie sur les témoignages et l’expérience d’une vingtaine d’annonceurs, d’agences et d’analystes. D’une quarantaine de pages, le livre blanc s’organise en trois parties. Il trace dans un premier temps les nouveaux repères du paysage informatif. La seconde partie expose en quoi la veille des médias constitue un instrument puissant d’intelligence économique. La troisième partie s’attache aux techniques d’étude des médias.

Ce livre blanc, outil d’aide à la décision, est mis gratuitement à disposition.

Petites douceurs autour des vins de Corconne, Banyuls et Maury à l’Agropolis Museum

Cet été, l’Agropolis Museum de Montpellier propose tous les dimanches dans son auberge “A la bonne Franquette” des dégustations de produits de terroir.

Ce dimanche un apéritif dînatoire autour des vins du Languedoc Roussillon attendait tous ceux qui le souhaitaient, l’occasion d’expérimenter des harmonies entre les vins présentés et les mets (charcuterie, pélardons, melon, confits d’oignons, divers pains au maïs, châtaignes, etc, fruits secs, …).

Nous avons ainsi pu découvrir avec délice les vins du domaine de La gravette de Corconne dans le gard, ainsi que des domaines de la Rectorie, Banyuls sur Mer, et de Pouderoux, Maury, dans les Pyrénées-Orientales.

J’ai particulièrement apprécié la cuvée "VIGNES HAUTES" Rouge 2005, AOC Pic Saint Loup, avec la charcuterie et le pain au maïs et la cuvée "La GRAVETTE" Blanc 2005, AOC Coteaux du Languedoc, avec un pélardon sec relevé de miel et de quelques amandes.

Je me suis régalée avec la cuvée "Léon Parce" 2004 du domaine de la Rectorie, un Banyuls muté sur grain 100% grenache, accompagné d’un pélardon relevé de chutney d’abricot, une merveille !

La cuvée "Grande Réserve" du domaine de Pouderoux, plus concentrée, relevait quant à elle parfaitement le melon.

Il est à noter que la cuvée "Grande Réserve" est produite selon le principe de la « solera ». L’assemblage est réalisé par l’adjonction d’un vin jeune à un vin plus âgé confèrant ainsi au premier les caractéristiques du second. Il n’y a donc pas de notion de millésime.

Hautes terres de Comberousse, un domaine perdu dans la garrigue

On n’arrive pas par hasard au Domaine hautes Terres de Comberousse. Après Cournonterral, sur la route de Gignac, un chemin de terre caillouteux nous trace la voie en serpentant pendant 2 km dans la garrigue. Au bout du chemin, on découvre alors avec surprise adossés sur le flanc des collines de la Mourre, le hangar à cuves, la maison préfabriquée et la future habitation en construction du Domaine, le tout dans un univers de cactus chargés de figues de barbarie, de figuiers sauvages, de rocaille et de senteurs multiples.

hautes terres de comberousse

C’est Alain Reder, le père, qui décida il y a 20 ans après quelques voyages en Italie et en Espagne de planter là des cépages blancs, pari d’autant plus difficile que les blancs sont traditionnellement minoritaires en Languedoc Roussillon.

A l’origine, Alain Reder s’était installé au milieu de ce nulle part en 1973 pour élever des moutons. En 1976 il obtint un permis pour une habitation temporaire et en 1981 il planta ses premières vignes. La première année, 2 cépages de vin de pays, le chasan et le chardonnay, puis la deuxième année, dans l’objectif d’AOC, suivirent le grenache, le rolle et la roussanne.

Paul ReiderEn 2001, Paul Reider monta une EURL avec son père pour s’installer à son tour. Aujourd’hui il gère seul les 14 ha de vignes plantés entre 140 et 180 mètres d’altitude.

L’exploitation est en début de conversion vers l’agriculture biologique. Paul n’utilise jamais d’engrais, ni d’apport en matière organique. Le sol très sec, très perméable est naturellement riche et la vigne l’envahit au maximum en profondeur pour se nourrir. 5 ans d’enracinement sont d’ailleurs nécessaire avant une première récolte.

La production, comme le domaine, est atypique. Des assemblages inhabituels et une vinification traditionnelle, macération pelliculaire, pas de barrique, des cuves en pleine nature, donnent des résultats complexes.

  • Cuvée Sauvagine 2004 blanc – AOC coteaux du Languedoc
    Assemblage 3/4 grenache et 1/4 de rolle
    Nez minéral avec des touches d’agrumes
    Vin blanc conventionnel à déguster avec des huîtres pas trop iodées, à l’apéritif, au verre
  • Cuvée Roucaillat 2002 blanc – AOC coteaux du Languedoc
    Assemblage de roussane, rolle et grenache
    Vin concentré à la couleur intense et au nez complexe avec des notes de garrigues, de cire d’abeille, Des rondeurs de vanille en bouche, d’orange et de safran
    A déguster avec des moules vapeurs avec une sauce à l’aïl, poule au pot, mais aussi fromage
  • Cuvée Rocalhan 2002 blanc – AOC coteaux du Languedoc
    Assemblage de 2/3 roussane, 1/3 rolle
    Vin beaucoup plus concentré à la couleur intense, évolutif au nez avec des notes de miel, épices douces et garrigues,que l’on retrouve en bouche avec en plus un côté pierre à fusil
    Vin de gastronomie à déguster avec des asperges, artichaut, mais aussi choucroute de poissons, tagine aux citrons confits, caille laquée

Les cuvées à venir

  • Sauvagine 2005
  • Cupidone 2005
  • Djebel 2007 (pas eu depuis 2000 à cause des sangliers)