Rumeurs et réflexions crétines

Il y a des moments, je suis à la limite de la goutte d’eau qui déborde, de devenir grossière et de fiche mon poing dans la figure de certains mecs.

Pourquoi tant de « haine » ? Et bien ayant d’autres chats à fouetter qu’à courir le gueux, ça fait une éternité que je suis seule et que ma vie sentimentale est réduite au néant.

« Effectivement entre le pas de boulot et le bientôt plus de logement, mon esprit est occupé ailleurs qu’à la bagatelle. De toute façon je privilégie les vraies relations amoureuses[1] et je ne suis pas du tout de celle que l’on voit en cachette histoire de faire quelques économies de filles de joie[2], ce qui réduit donc de beaucoup les aventures sans lendemain, sauf cas extrèmement rares car je ne suis pas à l’abri de me planter, d’être utilisée ou manipulée, et là ça me rend plus malheureuse qu’autre chose car ce genre d’histoire ne m’apporte rien. »

Bref après cet interlude je disais donc, ça fait des années que je vis seule, que je sors seule et rentre seule et qu’il se trouve qu’à cause de cette situation je supporte toutes les étiquettes les plus stupides que certaines personnes, mais surtout certains messieurs bien pensants et surtout très mariés, ne peuvent s’empêcher de coller sur la tête des femmes célibataires comme moi. En effet, après les n rumeurs très désobligeantes limite diffamatoires du style vous pouvez y aller, elle est seule, elle vient là pour chercher un mec, les sms de certains en pleine nuit qui ont détourné mon numéro de téléphone[3], les diverses allusions douteuses même pas dissimulées, et j’en passe … j’en suis à : c’est une lesbienne, elle n’aime pas les hommes ! Et oui, quand on a des preuves de rien du tout en ce bas monde, on invente n’importe quoi, d’autant plus qu’il paraît inconcevable pour ces messieurs qu’une femme seule puisse refuser de céder à leurs avances pour leur préférer des relations de pure camaraderie.[4]

Jusqu’à maintenant j’ai laissé glisser, évité ceux qui ne veulent me parler en public, ignoré ceux qui ne me disent plus bonjour pour n’avoir pas cédé car la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe, et je ne fréquente pas ces crapauds baveurs au quotidien. Mais là où je sature, c’est quand ces messieurs ne peuvent s’empêcher de balancer de ces réflexions crétines et bien lourdingues pour tater le terrain au moment où je lance un SOS de détresse … comme par exemple quand je rappelle, pour faire marcher le bouche à oreille, que je dois trouver un logement urgemment, et que l’un d’entre eux me répond avec le plus grand sérieux en m’attrapant par la taille, « Si tu es bien sage avec moi, je pourrais éventuellement faire quelque chose pour toi, sinon rien …« [5]. Sic !

Alors voilà, crapauds baveurs, sachez-le, je n’aime pas les femmes, du moins pas comme vous l’entendez et si je refuse vos propositions douteuses, c’est tout simplement parce que je suis quelqu’un de respectable qui préfère être rejetée que manger de ce pain là, sans parler de votre comportement, vrai remède contre l’amour, qui m’écoeure. Elevez votre niveau, occupez-vous donc de vos femmes et surtout respectez celles qui sont seules, nos relations n’en seront que meilleures et beaucoup plus enrichissantes !

Voilà qui est dit !

Notes

[1] Oui je crois au Prince charmant, et alors !

[2] Ben oui faut arréter de se voiler la face.

[3] T’es réveillée, est-ce que je peux passer chez toi ?, question à laquelle je répond le lendemain à des heures convenables, Mais pourquoi donc ce message nocturne ? Pourquoi vouloir passer chez moi en pleine nuit alors qu’on ne se fréquente pas. Sur ce coup là, j’ai vraiment halluciné.

[4] Il se trouve que j’ai des copains/amis du sexe masculin depuis toute petite !

[5] Mais vas donc te faire f– !

8 réflexions sur « Rumeurs et réflexions crétines »

  1. Il est peut-être là mon problème en fait, c’est que je ne sais pas comment sont les autres femmes. Et le comportement de certains hommes envers moi, peut-être du au comportement de certaines femmes, m’écoeure. Mais attention, je ne généralise pas. Je connais des tas d’hommes qui sont très très bien, droits et tout avec qui j’ai plaisir à discuter.
    Je vide juste mes tiroirs qui commencent à être sérieusement trop pleins après toutes ces années de silence.

Laisser un commentaire