La loi DADVSI est adoptée !

Après vote public, les députés ont fait connaître leur choix : 501 votants, 479 suffrages exprimés, pour 296, contre 193.

L’Assemblée Nationale a donc adopté définitivement la loi DADVSI… Il reste le conseil contitutionnel !

Je me suis faite jeter d’une agence immobilière

Depuis aujourd’hui c’est officiel, je ne suis pas la bienvenue dans les agences immobilières. Malgré la présence de ma mère qui se porte caution, je me suis faite jeter comme une pouilleuse, elle aussi d’ailleurs.

Après avoir visité un appartement[1], j’ai voulu monter un dossier et quand j’ai eu le malheur de dire que j’étais au chômage et que ma mère allait assurer le loyer le temps que je retrouve du travail, notre interlocutrice m’a interrompue illico.

"Non, ça ne passera pas, la commission n’accepte pas les chômeurs, les RMistes, les gens sans travail même avec garant. Les propriétaires veulent de plus en plus de garanties". j’ai tenté le futur contrat, ça n’a pas marché, il fallait travailler depuis au moins un an pour prétendre avoir un logement.

Ma mère a essayé d’expliquer qu’elle payait, qu’elle avait largement les moyens, rien à faire. Elle a même proposé de prendre la location à son nom … "Nous n’acceptons pas les personnes de plus de 60 ans". Là j’ai cru que ma mère allait tomber en syncope ! Alors à partir de 50 ans sans boulot avec garant ou à la retraite avec de l’argent, on a plus qu’à crever dans la rue ? a-t-elle rétorqué choquée. On y est pour rien, c’est la décision de la commission et c’est comme ça, c’est pas la peine de chercher des logements en agence, vous n’en aurez pas ! Allez vous plaindre plus haut ! Au revoir

Nous sommes parties dépitées et je peux vous dire que ma mère de plus de 70 ans qui gagne 7 fois le montant du loyer en étant à la retraite est profondément choquée et scandalisée !

Voilà les critères de sélection de la commision :

  • pas de chômeur, de rmiste, même avec un garant qui a plus que les moyens
  • pas de personnes de plus de 60 ans
  • pas de réglement par une tierce personne
  • pas de contrat de travail de moins d’un an
  • pouvoir avancer 3 mois de loyer + les frais d’agences, ce qui représente 4 mois de loyer
  • gagner un revenu qui représente 3 fois le loyer

Il me reste les logements sociaux. J’ai 3 dossiers en cours, à l’ACM, à l’héraultaise et à Hérault Habitat, malheureusement malgré ma situation et mes différents contacts, ça n’avance pas.

Stone, le monde est stone !

Ah au fait, à propos de la mobilité … A mon niveau, vue le mal que j’ai à trouver un logement à cause de mes faibles revenus et de mes arriérés de chômeuse longue durée, on peut laisser tomber le sujet qui ne fait qu’envenimer le problème en ajoutant des frais de déménagement à une possibilité complètement hypothétique de trouver un logement dans une autre ville !

Notes

[1] Pour rappel mon propriétaire vend et je dois déménager au plus tard le 1er septembre

Suis-je encore mobile ? non, mais …

Comme la question sur ma mobilité professionnelle revient souvent, j’ouvre ce billet pour expliquer ma position sur la question et énumérer les différents critères qui me font plutôt pencher aujourd’hui vers une non mobilité.

Selon mon point de vue et mon expérience, la mobilité à 50 ans n’est plus aussi simple qu’à 20-30 ou encore 40 ans. En effet, pour avoir recommencé plusieurs fois ma vie à zéro, seule (avec mes enfants au départ) dans des villes où je ne connaissais personne, je sais que plus on prend de l’âge, plus il est difficile de construire des réseaux professionnels et privés, surtout quand on débarque sans rien quelque part, ou juste avec un boulot.
Il faut au moins entretenir 5 ans de relations assidues dans divers réseaux pour commencer à avoir quelques retours, être connue ou reconnue, pour que le bouche à oreilles fonctionne, et je ne parle pas d’intégration (et oui l’intégration est aussi valable pour les français, surtout d’un certain âge et d’un certain sexe, quand ils viennent d’une autre région 😉 ).
Aussi aujourd’hui je préfèrerais limiter ma mobilité géographique au Languedoc (Montpellier) car c’est là justement que je commence à être intégrée.

De plus, je ne peux plus assumer financièrement un changement de région. Même s’il ne me reste plus grand chose de mes 30 ans de vie de femme à trimballer, cela représente à chaque fois une grosse dépense . Comme je suis devenue une vraie pauvre avec zéro moyen, c’est bloquant.

Troisième critère, ma famille est éparpillée entre Montpellier et la Savoie en passant par Manosque, mes enfants et petits enfants étant ma raison d’exister.

Et le dernier critère qui n’est pas la moindre, j’ai un léger souci de santé côté jamabe qui fait que je suis admise en tant que travailleur handicapé catégorie A à la Cotorep. Pour ne pas m’étaler, je dirais simplement que mes os ont besoin de chaleur.
Mais je rassure tout de suite, ce léger handicap ne se voit pas quand on ne sait pas. Je le gère très bien. De temps en temps je me balade avec une canne ou une genouillère articulée, certains croient même que je me donne un genre, mais je m’en fiche.

J’apporte donc ces précisions, car on a la fâcheuse tendance à croire dans ce pays que si les gens ne veulent pas bouger, c’est qu’ils ne veulent pas travailler, alors qu’à 50 ans, quand on a déjà déménagé pendant des années pour le boulot, cela devient une question de bon sens. 😉

Ceci dit je ne suis pas fermée, je connais des tas de gens qui font Montpellier-Paris pour leur travail. Et puis si un jour on me propose un poste en m’assurant le prix du "déménagement/logement" dans un endroit convenable qui ne soit pas le fin fond d’une banlieue à risque (j’ai déjà donné …), allez savoir … Bref tout se discute.

Mais mon rêve est quand même un jour de pouvoir enfin poser mes valises quelque part !

Les bleus à l’honneur ce week-end

Ce week-end, se sont déroulés deux événements dont quasiment personne n’a fait attention, alors j’en parle parce que c’était hyper important.

Le premier : La tournée d’été du XV

Le XV de France a obtenu au Cap une belle victoire face à l’Afrique du Sud (36-26).

Et oui c’était important parce que :

  • C’est une sixième victoire consécutive pour les Bleus
  • les Springboks n’ont pas eu de défaite à domicile depuis 13 matchs
  • l’Afrique du Sud ne s’était plus inclinée dans son antre du Nexlands Stadium du Cap depuis 2001 et une défaite face aux All-Blacks
  • toutes les autres nations de l’hémisphère Nord ont été battues face à leurs homologues du Sud
  • les Bleus ont été supérieurs à leurs adversaires sur presque tous les plans du jeu.

Nos bleus remportent ainsi la tournée d’été en se mettant en position de force à un peu plus d’un an de la coupe du monde.

Le deuxième : Championnant du Monde 2006

le XV des moins de 21 ans a dominé lui aussi l’Afrique du Sud (24-13)

L’importance est de taille car les Bleuets mettent ainsi fin au règne de l’hémisphère sud sur la catégorie et prennent le titre de : Champion du Monde 2006

De plus il est à noté que trois joueurs du Montpellier Hérault Rugby Club jouaient dans l’équipe des Bleuets dimanche à Clermont.

Fulgence OUEDRAOGO, Julien TOMAS et Jacques BOUSSUGES deviennent ainsi champions du monde des moins de 21 ans.

Photo : Newsletter MHRC

BRAVO LES PETITS ET ALLLLLEZ LES BLEUS !

DADVI : vote le 30 juin !

Le projet de loi DADVSI doit être voté le 30 juin prochain.

Que fait le DADVSI ?

Communiquée sur le site eucd.info la liste non exhaustive ci-dessous énumère quelques uns des problèmes identifiés du DADVSI avec référence aux articles concernés du projet de loi.

Concrètement, le DADVSI constitue ou organise, notamment :

une extension abusive du droit d’auteur (article 7, 7 bis A, 8, 14 bis) : transformation de la copie privée et du droit de lire en droits exlusifs, l’auteur pouvant désormais autoriser ou interdire ces actes à l’aide de dispositifs de contrôle d’accès et de copie («mesure technique») ;

une présomption de culpabilité généralisée pour le public (article 13 et 14) : interdiction de neutraliser ou de publier un moyen permettant de neutraliser un dispositif protégé au titre de «mesure technique» mais portant par exemple atteinte à la vie privée ou empêchant un usage licite, le simple fait de décoder une oeuvre à l’aide d’un logiciel non autorisé est puni de 3 750 euros d’amende, le fait de proposer à autrui un tel logiciel est puni six mois d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende ;

une censure des auteurs de logiciel libre (article 7 bis A) : création d’une autorité administrative pouvant interdire la publication d’un logiciel libre accédant à des informations protégées, en négation du droit moral de divulgation des auteurs de logiciels libres, droit reconnu d’ordre public qui conditionne l’exercice de la liberté de création, liberté fondamentale ; les utilisateurs de logiciels libres qui passeront outre risqueront donc, pour les premiers, 3 750 euros d’amende, pour les seconds, six mois d’emprisonnement et 30 000 € d’amende ;

une responsabilité aggravée du fait d’autrui pour les internautes (article 14 ter A), les auteurs et éditeurs de logiciels, les fournisseurs d’accès et les éditeurs de services en ligne, (12 bis, 14 quater) et ce pour imposer des dispositifs de filtrage et empêcher la circulation d’informations ou de moyens techniques permettant de les contourner, au risque de porter atteinte à la vie privée, à la liberté de communication et à la liberté d’expression ; l’article 14 ter A prévoit ainsi une obligation pour les fournisseurs d’accès de mettre à disposition de leurs abonnés des DRM et une obligation pour les internautes de les installer ;

une atteinte à la libre concurrence (7 bis A) : par la mise en place de licences RAND sur les informations essentielles à l’interopérabilité et la création d’une obligation de résultat surréaliste en terme de contrôle d’usage pour les auteurs et éditeurs de logiciels désireux de publier des lecteurs interopérables d’oeuvres numérisées ;

une privatisation de missions régaliennes (14 ter A, 14 quater) : demande à des acteurs privés de mise en oeuvre permanente de moyens visant à préserver l’ordre public et normalement mis en oeuvre ad hoc sous le contrôle de l’autorité judiciaire et à la charge de l’État ;

une atteinte à la neutralité de la technique (12 bis) en considérant qu’un logiciel communicant peut être «manifestement destiné» à l’échange de données numériques protégées par le droit d’auteur, et en punissant de trois ans de prison et 300 000 euros d’amende, toute personne qui concevrait, distribuerait ou inciteraient à l’usage d’un tel logiciel.

Pour une vision plus large des problèmes posés par cette loi, vous pouvez lire la lettre type d’EUCD.INFO ou la tribune L’encodage des oeuvres numériques : un nouveau Big Brother ? du député Bernard Carayon (UMP) et de Michel Rocard, ancien Premier Ministre (PS) parue dans le Figaro du 23 juin 2006. Elle couvre l’ensemble des enjeux et démontre que la problématique dépasse largement la rémunération des artistes.

Que faire pour lutter ?

La dernière possibilité pour éviter le pire est que les députés et sénateurs votent contre ce texte le 30 juin. Des élus de tous bords ont déjà annoncé qu’ils le feraient mais leur nombre est insuffisant.

Aussi Eucd.info nous invite à contacter le plus rapidement possible notre député et notre sénateur, et plus largement, le plus possible d’élus UMP et UDF, les premiers ayant la majorité à l’Assemblée, et les seconds étant au Sénat en capacité de faire basculer le vote. Toutes les informations, coordonnées et conseils pour un maximum d’efficacité sont ici. Il y a urgence !

Et Montpellier, on se réveille !

Mon interview sur Blog Emploi Challenge

Toujours active dans mes recherches, je me suis inscrite il y a quelques jours au concours "Blog Emploi Challenge 2006".

Pour compléter cette inscription et surtout pour mieux me connaître, Bertrand Duperrin, auteur du "manifesto Blog Carrière", m’a proposé une interview, la voici :

Un gout prononcé pour la technologie, une excellente maîtrise des outils web et des dons de rédactrice…tout cela en une seule personne. Cela existe bel et bien en la personne de Sophie Ménart, une quinqua débordante d’énergie qui ne demande qu’à trouver un endroit où exprimer tout celà.

Peux -tu te présenter en quelques mots et nous parler de ton parcours professionnel ?

Chargée de communication et webmaster, quinqua dans quelques mois en recherche d’activité professionnelle depuis ma foi trop longtemps, j’ai passé la plus grande partie de ma carrière dans le secteur des hautes technologies. Par mes différentes fonctions j’ai acquis une solide culture informatique, une maîtrise de l’environnement web et des compétences consistantes en marketing et communication d’entreprise. Après 20 ans en région parisienne, mes activités m’ont conduite dans le Sud. C’est à ce moment que, passionnée par Internet et la diffusion de l’information, j’en ai profité pour enrichir mon profil par une spécialisation "auteur-rédacteur multimédia" de l’Ecole des Mines d’Alès sur le site de Nîmes.

Quelle est ta recherche aujourd’hui ?

Je recherche des opportunités professionnelles dans le domaine de la communication d’entreprise interne externe et du Web.

Tu as ouvert un blog. Depuis quand le tiens tu et pourquoi t’es tu lancé dans cette démarche ?

Pour être exacte, je n’ai pas ouvert un blog mais j’ai refondu un site statique sous forme de blog. En effet j’ai créé ce site en 1999 dans l’objectif de diffuser mon CV sur Internet et les informations que l’internaute pouvait y trouver étaient uniquement professionnelles. Comme j’évolue avec les technologies, et aussi parce que j’ai eu un besoin à un moment donné de m’exprimer, de partager mes passions et d’évacuer mes ressentis, …, j’ai refondu ce site sous forme de blog en décembre 2005. Depuis je peux dire que j’ai été touchée par le virus de la blogomanie.

Tu as une ligne éditoriale précise ? De quoi parles tu ? Comment procèdes-tu ?

Ah ma ligne éditoriale ! Mon blog n’ayant pas une vocation professionnelle, c’est mon inspiration en fonction de mon humeur du jour qui sert de fil conducteur éditorial.
En effet j’ai décidé de profiter de ce moyen pour me révéler en dépassant le côté rigide du blog CV formaté qui ne dévoile rien de la personnalité d’un individu. J’avais vraiment envie qu’on me découvre telle que je suis, d’autant plus que j’ai des passions, vin, photo, rugby, …, qui ne ressortent pas forcément dans mon cursus professionnel.
Je parle donc dans mon blog de mes centres d’intérêt, mais aussi des difficultés que je peux rencontrer en raison de ma situation (chômage, âge, célibat). Je rapporte des anecdotes, raconte des instants de vie plus personnels. J’aborde des questions techniques que d’autres peuvent utiliser. Je diffuse de l’information si celle-ci reste en rapport avec mes centres d’intérêt … Au bout du compte, je ne m’impose rien, je n’invente rien, j’écris tout ce que j’ai envie, tout ce qui me passe par la tête en me faisant plaisir.

Que t’as amené ton blog jusqu’à présent ?

Grâce à mon blog, des anciens collègues, des amis m’ont retrouvée et j’en suis ravie. Mon réseau relationnel s’est étendu, je reçois des messages de personnes de qualité qui sont dans la même situation que moi ou qui apprécient mon authenticité ou qui ont les mêmes passions.

Toujours grâce à mon blog, j’ai surmonté une grosse période de solitude, un hiver difficile, j’ai pu continuer à évoluer techniquement, je me suis étonnée de la facilité avec laquelle je me suis mise à communiquer, à me livrer. Je me suis retrouvée tout simplement.

Et en plus, mon blog n’a fait que confirmer une autre de mes passions qui est le Web d’où le plaisir que j’éprouve.

Et quelles sont les principales difficultés que tu as rencontré au départ ? Et aujourd’hui ?

Là je vais être très brève car je n’ai rencontré aucune difficulté à aucun moment.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer également ?

Des conseils, beaucoup en donnent déjà de très pertinents, il serait difficile d’en rajouter d’autres sans faire de la redite, aussi je dirai simplement :
• Rester soi-même, ne pas copier le style des autres, le contenu d’un blog est justement intéressant parce qu’il est unique, personnel.
• Rédiger des billets concis, spontanés, éviter les chapeaux qui imposent le clic supplémentaire (lire la suite …) et qui éloignent l’internaute.
• Répondre aux commentaires, il n’y a rien de plus désagréable que d’être ignoré quand on laisse un commentaire sur un blog.
• Et surtout prendre du plaisir …

Imagines que tu tires une « carte chance professionnelle » : le travail de tes rêves, avec le rôle que tu désires, dans le contexte que tu aimes, dans le secteur qui t’attire…celui que tu ne quitterais pour rien au monde. Racontes nous à quoi tout cela ressemblerait.

Alors là ! Je l’ai déjà tirée cette carte, il y a quelques années en arrière. Si l’entreprise existait encore, j’y serai toujours. D’ailleurs j’ai acquis une grande partie de mes compétences au sein de cette entreprise et j’ai gardé d’excellentes relations avec quelques anciens collègues.
A la limite peu importe le secteur d’activité, mais il est vrai que si je pouvais retrouver cette ambiance d’échange de connaissances, de partage de compétences, de mélange de personnalités, de diversités dans les tâches, et même de complicité dans le travail, tout ce qui fait un monde, nous enrichit et nous fait grandir, je serais la plus heureuse.
Maintenant concrètement si on me propose un poste où je peux concilier passion et savoir-faire, comme le trio web/communication/vin par exemple, et surtout dans une ambiance soudée. quel bonheur !.

Un dernier message pour les recruteurs?

J’ai un gros défaut, je ne sais pas me vendre.

Mais ton blog est un excellent exemple de tes aptitudes à communiquer et à utiliser les outils web! Merci encore pour ta disponibilité!

Sophie Ménart: une communicante branchée sur le Web

Opération « Rosé d’été » 2006

Mercredi 21 juin, après radio clapas, je suis allée à une dégustation proposée par le club de la presse de Montpellier dans le cadre du lancement de l’opération « Rosé d’été 2006 » organisée par le Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL).

J’aimerais partager une partie de cette fort sympathique sélection de rosés du Languedoc à déguster cet été et même à garder une ou deux années de plus pour certains vins sélectionnés. Je dis bien une partie car je n’ai malheureusement pas pu rencontrer tous les représentants de domaines présents, aussi je ne vous présente que les vins que j’ai pu déguster, ce qui est déjà pas mal …

AOC Coteaux du Languedoc :

  • La référence en rosé de Mosaique des vins[1], le Prieuré Saint-Hippolyte 2005, le plus primé pour sa qualité constante : Vin fruité, direct et dense en bouche, il accompagne tout un repas, en apéritif, salade mozzarella au basilic, poulet grillé aux herbes.

    Lily Rose, la nouveauté de ce domaine dédiée aux femmes et aux jeunes : vin très plaisant à boire sans soif, facile à ouvrir avec sa capsule à vis, il est idéal pour les pique-niques. Le Lily Rose se caractérise par un peu plus de sucrosité que le Prieuré Saint-Hippolyte et bien que je sois une femme, je préfère les vins à faible sucrosité, aussi mes goûts me guident plutôt vers des vins comme le Prieuré Saint-Hippolyte.

    Ces deux vins sont des rosés de saignée[2] issus d’assemblage de syrah et grenache, élevés en cuve.

  • Laurus Nobilis 2005, le rosé de gastronomie du Domaine Calage Resseguier[3] : Vin de repas, non de soif, très original il présente une belle ampleur en bouche aiguisée par une intéressante fraîcheur.
    D’un assemblage de Syrah, Grenache, Cinsault, Carignan à parts sensiblement égales issus de deux terroirs très différents, l’un argilo calcaire très caillouteux et l’autre schisteux, ce vin élevé en barrique n’est pas un vin de saignée.

AOC Coteaux du Languedoc Pic Saint Loup

  • Le Rosé 2005 du Château de Valcyre – Benezech[4] : Prise par le temps, je n’ai malheureusment pas tout noté et je ne sais plus ce qu’il donne en bouche. Par contre il est à déguster en apéritif puis avec entrées froides, salades, plats épicés et grillades. Pour l’assemblage, il est issu de Syrah et … je ne sais plus non plus.
  • Le Tourterel 2005 de la Gravette de Corconne[5] : De bouche ample, friande et vineuse, ce vin est à boire dans l’année, idéalement avec une cuisine méditérranéenne ou des mets relevés d’épices douces.
    Il est issu d’un assemblage de Syrah, grenache et Mourvèdre.

AOC Corbières

  • Le cabanon rosé 2005 du Château Maylandie [6] : Vin tendre et fruité, beaucoup plus sur des arômes de confiserie par rapport aux autres vins, il est à déguster bien frais dès l’apéritif puis sur une cuisine d’été.
    Issu d’un assemblage de Grenache, Cinsault et Syrah, c’est un vin de saignée, élévé sur lies fines .

AOC Faugères

  • Le rosé du Domaine du Fraïsse[7] : Vin fruité, léger, riche et équilibré, il se boit très frais en apéritif et également avec une cuisine d’été.
    Il est issu d’un assemblage de Syrah, Grenache et d’un soupçon de Mourvèdre (5%).

AOC Saint Chinian- Berlou

  • Le schistel rosé de Terre de Loup [8] : Ce vin léger, velouté, est idéal avec des grillades de viande et de poissons ou même de la charcuterie ou encore des fromages de chèvres.
    Il est issu d’un assemblage de Grenache, Syrah, Cinsault dont la sélection est parcellaire en fonction du terroir, de l’exposition, du rendement du cépage et de l’âge de la vigne.

Notes

[1] Mosaïque des Vins – Domaine de Carlencas – route de Cabrières – 34320 Fontès

[2] La saignée consiste a écouler le jus de goutte assez rapidement (quelques heures) après la mise en cuve. Ainsi, les anthocyanes (matières colorantes) ne sont pas totalement libérés par la peau vers le jus. Le vin se colore, mais moins que le vin rouge pour lequel la macération est beaucoup plus longue.

[3] Domaine Calage Resseguier – Chemin des Mages 34230 Saint Bauzille de la Sylve

[4] Château de Valcyre Benezech – 34270 Valflaunes

[5] La Gravette de Corconne – 30260 Corconne

[6] Château Maylandie – 11200 Ferrals

[7] Domaine Du Fraïsse – 1 Bis, Rue du Chemin des Rondes 34480 Autignac

[8] Terre de Loup – « Les coteaux de Berlou » – 1 avenue des mimosas – 34360 Berlou

Très honorée

Ayant eu l’honneur et l’avantage d’être rajoutée hier dans la blogroll de ucciani-dessins et en plus d’être citée dans le billet du jour de Jean-Mimi avec Cha, j’ai mes stats qui sont montées en érection d’un coup.

D’un tout autre univers, je suis d’autant plus flattée d’être ainsi accueillie dans le monde d’un dessinateur de talent.

Merci Jean-Mimi de tant d’honneur, tu es toujours le bienvenu en ce modeste blog … 🙂 Et bienvenue à tous les visiteurs qui arrivent en provenance de chez toi.

DADVSI : la démocratie a la gangrène

Aujourd’hui le débat en Commission Mixte Paritaire s’est achevé plus tôt que prévu avec un claquage de porte des députés et sénateurs socialistes au bout de 45 mn de réunion. Tout était déjà vérrouillé d’avance par la composition même de la CMP mais la goutte a été la découverte de 55 amendements supplémentaires en séance, rapporte le socialiste Christian Paul, dont je relaie l’appel.

Je suis totalement disponible, avec tous ceux, parlementaires, internautes, créateurs, acteurs de l’informatique et citoyens partisans d’une société de l’information ouverte, pour lancer l’Appel de la dernière chance au Premier ministre.

J’ai mal à ma démocratie et je suis inquiète pour nous, pauvres consommateurs …

Via Ratiatum

et sur NouvelObs.com

  • Le texte adopté par les seuls UMP en CMP
    Ce texte de compromis devra être approuvé une ultime fois par les deux chambres, vraisemblablement le 30 juin, pour être définitivement adopté par le Parlement. Le PS a d’ores et déjà annoncé qu’il saisirait le Conseil constitutionnel.

Le compte à rebours a commencé pour le journaliste Ahmed Elamin

Ahmed Elamin, journaliste de nationalité canadienne, installé en France depuis six ans, est aujourd’hui menacé d’expulsion du territoire français.

Ahmed ELAMIN est salarié en CDI depuis un an à Decision News Media, agence de presse montpelliéraine qui gère une vingtaine de sites anglophones spécialisés dans l’agroalimentaire et l’industrie pharmaceutique. Le 3 mai dernier, la Préfecture lui a refusé le renouvellement de sa carte de séjour et l’a invité à quitter le territoire dans le mois qui suit. Ahmed ELAMIN a reçu le soutien sans faille du pdg de Decision News Media, qui souligne la difficulté de recruter à Montpellier un journaliste anglophone aussi spécialisé.

L’avocate du journaliste a déposé un recours en référé à la décision préfectorale. L’audience de cet appel a eu lieu hier et la décision est attendue sous huit jours.

En attendant Ahmed Elamin a entamé l’angoissant compte à rebours.

Source :

Communiqué du Club de la Presse Montpellier-Hérault-Languedoc-Roussillon : « Soutien en faveur de Ahmed ELAMIN, membre du club, menacé d’expulsion« 

A lire

Midi libre parution du 22 juin : Après six ans en France le journaliste menacé d’expulsion