SofiNoëlle le 22 juillet 2014
0

This world is in trouble we have to find the way to come together and make a better way…

Au tout début de l’année 2000, lors d’une fête de fin de formation à Saint-Ouen, un collègue de confession musulmane nous avait confié son inquiétude à propos de l’influence de nouveaux imams sur les jeunes de nos banlieues, notamment dans le 93 (oui j’habitais encore le 93 à l’époque). Ces imams arrivaient du Moyen-Orient, et mon collègue ne comprenait pas pourquoi la France les avait laissé entrer, d’autant que pour lui ils étaient des terroristes que le Moyen-Orient ne voulaient plus. Et ce qui l’inquiétait encore plus, étaient que ces imams avaient commencé un travail d’endoctrinement sur les plus désœuvrés de nos jeunes pour les amener vers un islam radical.

A l’époque nous l’avions écouté sans trop comprendre. hein ? radical ? endoctrinement ? de quoi tu nous parles là ? Meu non ! Certes nos banlieues n’allaient pas forts, mais nous étions en France tout de même, et les religions des uns et des autres, on s’en fichait. Insouciants, nous préférions d’ailleurs ce soir là faire la fête tous ensemble plutôt qu’écouter ses angoisses.

Cependant ses propos sont restés dans ma tête. Et pendant toutes ces dernières années, rien qu’en voyant l’évolution du paysage islamique français, parce qu’il faut vraiment être aveugle pour ne pas s’en rendre compte, j’ai souvent pensé à lui. Il avait bien raison de s’inquiéter!
Sans que personne ne réagisse, des imams radicaux de la confrérie des Frères musulmans s’étaient bel et bien installés progressivement dans notre pays dans le but unique d’y implanter leur idéologie par tous les moyens, la «loi de Dieu». Et petit à petit, doucement mais surement, à coup d’actions stratégiques sur le plan social et politique ; à coup de bourrage de crâne des plus démunis et des rejetés, il faut bien l’avouer par la société française, le radicalisme s’est installé ; la haine de l’autre par la même occasion, celle des non-croyants, des chrétiens mais surtout celle des juifs forcément complices des « porcs » sionistes israéliens. Dans la foulée, beaucoup de jeunes des banlieues sont devenus jihadistes. Endoctrinés, ils sont prêts à sauter sur toutes les occasions pour provoquer des émeutes, brandir le drapeau djihadiste lors des manif, ou pire partir combattre et mourir pour des causes qui ne sont pas les leurs. Et tout le monde de se voiler la face, c’est le cas de le dire…

Bref, comme le craignait mon collègue, face à la défaillance de tous nos gouvernements depuis des décennies la radicalisation a tranquillement fait son chemin. Et comme si cela ne suffisait pas, notre pays fricote allègrement avec le Qatar, financier des Frères musulmans et du jihad, qui lui poursuit sa mainmise sur nous via le sport et le commerce de luxe…

La question que je me pose quand-même est jusqu’où cette radicalisation islamique va-t-elle aller ? Jusqu’au grand pétage de plomb des populations qui en auront marre de perdre tous leurs repères occidentaux et d’entendre des discours haineux ? ou quoi ? Parce qu’il y a bien un jour où quelque chose va clasher ! non ? ou va-ton continuer à se laisser bouffer ?

Mais qu’est-ce que je vous raconte là moi ? je suis folle, je vais me faire lyncher à aborder un tel sujet aussi tabou !
Qu’est-ce que vous voulez le climat ambiant me met vraiment mal à l’aise et m’attriste, fallait que ça sorte. C’est fait !

Ah oui j’oubliais, un peu d’histoire avec un documentaire que je vous invite à prendre le temps de visionner jusqu’au bout, il est très instructif :
0
Pas vraiment rassurant n’est-ce pas ?

Tags: , ,

SofiNoëlle le 17 juillet 2014

Je file un mauvais coton.
Il y a des périodes comme ça.
Ça passera comme toujours.
And the sun will shine again…

0
SofiNoëlle le 27 juin 2014

Tiens au fait je ne vous ai toujours pas parlé de mes vacances au Vietnam ! Et oui, pour tout dire j’ai beaucoup de mal à les digérer.

Non pas que j’ai été déçue par le pays, non. J’ai été très contente de le visiter du nord au sud. Certes ça fait beaucoup de bornes en 15 jours et changer d’endroit  tous les jours c’est crevant, surtout quand il y a des différences d’altitude et de climat. Mais c’était très bien organisé, très instructif, et les guides étaient supers.

Non pas que j’ai été déçue par l’organisme par lequel je suis passée, non. Il s’agit des covoyageurs, une agence de voyages pour célibataires et familles monoparentales, bref dédiée aux gens comme moi qui sont seuls et qui n’ont pas envie de partir seuls en vacances et payer le supplément single. Rien à dire donc sur le concept.

Bon ben alors c’est quoi le problème ?
Et bien voilà, au départ nous devions partir à cinq, l’idéal, mais malheureusement des personnes se sont désistées, et nous nous sommes retrouvées à… deux ! Le voyage aurait pu être annulé mais vu que nous avions déjà nos visas il a été maintenu, et vogue la galère…

Quand on part à plusieurs on trouve toujours quelqu’un vers qui se rapprocher, avec qui on a plus d’affinités que d’autres pour échanger. Mais à deux, là, quand on ne connait pas la personne, c’est un coup de pile ou face, ou ça passe ou ça casse. Et bien pas de bol ! Pendant 15 jours, 24h sur 24h je me suis retrouvée en tête à tête  avec une personne avec laquelle je n’avais aucun atome crochu, mais rien de chez rien. La vraie galère quoi ! Pourtant nous avions à peu près le même âge.

C’était le genre de personne au-dessus des autres, qui bassine tous les jours avec sa profession (libérale), incapable de s’adapter, qui râlait du matin au soir, pleine de manies bien chiantes, voir même de tocs, et qui ne supportait rien, ni personne. Il ne fallait pas faire de bruit, pas tousser, pas ronfler, pas respirer… ça agaçait madame.
Elle était capable de faire chier  pendant toute une nuit un compartiment entier dans le train  par ses râleries et bruyants soupirs parce qu’un mec la dérangeait par ses ronflements, mec qui ne dérangeait personne à part elle.
Elle pouvait sans problème réveiller tout un hôtel en claquant violemment la porte de la chambre à 5h du matin uniquement parce que nos voisins de chambre avaient  fait un peu de bruit en discutant la veille au soir sur leur balcon. Perso, même sans bouchon d’oreille je n’avais rien entendu.
Quand j’ai pris froid et que je me suis mise à tousser, ça a été le calvaire pour moi. Il y a même une nuit où j’ai du dormir par terre dans la salle de bain pour ne pas déranger sa seigneurie.
Réflexions, culpabilisation, parce que oui, chaque fois qu’elle voulait obtenir quelque chose, chaque fois que je n’allais pas dans son sens, son truc était de culpabiliser l’autre.
Ah et puis le fait qu’elle avait une meilleure condition physique que moi, ça je ne risquais pas de l’oublier. Pourtant, curieuse comme je suis, je suis allée partout, même quand il a fallu marcher des heures sous la pluie dans les rizières.

Au bout d’une semaine je n’en pouvais déjà plus, je voulais rentrer. Elle m’a pourri mon voyage !
La seule solution pour éviter les histoires et tenir jusqu’au bout a été pour moi de la fermer, de faire en sorte de ne jamais la contrarier ni la contredire, de toujours lui laisser la meilleure place, que ce soit le bon côté dans la voiture pour qu’elle puisse prendre ses photos, ou le côté fenêtre à l’hôtel et en bateau pour éviter les réflexions désagréables, ou encore la place avec la meilleure vue.

J’aime autant vous dire que pour être tranquille dans l’avion du retour, je me suis arrangée pour disparaître dans la foule au check in à l’aéroport de Hô-Chi-Minh-Ville. Bref on ne s’est pas dit au revoir et on ne s’est jamais revue. Tant mieux !! Elle m’a trop épuisée nerveusement.

Résultat des courses, covoyager c’est peut-être une solution pour les gens seuls, mais plus jamais je partirai en vacances à deux avec quelqu’un que je ne connais pas ! là je suis vaccinée !

Ah oui au fait, cette charmante personne se dit humble, et veut faire de l’humanitaire, mais surtout pas pour les enfants. Ben oui, c’est pénible les mômes, ça fait du bruit, ça se salit, ça bouge de partout… Bref comment dire ?

Tags: ,

SofiNoëlle le 26 juin 2014

En cette période de Bac et de Brevet, me voilà à réfléchir sur les sujets que j’ai eu à l’époque. Et bien niet ! je suis bien incapable de m’en rappeler. Tout ce dont je me souviens c’est l’angoisse qui me tenaillait le ventre lorsque j’ai passé les matières du Bac, et surtout la nausée jusqu’au vomissement lors de ma matière la plus forte. J’ai d’ailleurs du la repasser à l’oral pour cause de malaise sur ma copie, bleurp ! enfin surtout pour cause de mauvaise note.  A part ça pfff ben pas grand chose d’autre.

Par contre, je me souviens que j’étais dispensée de l’épreuve d’EPS pour cause de genou, et oui je traine ça depuis toute jeune. Et je me souviens aussi très bien que mon père pensait que je ne l’aurais jamais ce fichu bac, trop nulle que j’étais.

Du coup, lors des résultats, j’ai mis un sacré moment à admettre que je l’avais pour de vrai, et mon père aussi d’ailleurs. Vu mon niveau plus que moyen, c’était tellement extraordinaire, exceptionnel, incroyable que je réussisse cette étape qu’une petite fête a été organisée à la maison avec des potes pour arroser ça. La seule qui ait été organisée en mon honneur d’ailleurs. Faut dire  qu’ »ils » allaient enfin pouvoir se débarrasser de moi en m’expédiant vers de lointaines études, alors oui, ça se fête ce genre d’évènement  !

Par la suite j’ai passé d’autres exams, jusqu’au bac +4 même, et  ça m’a toujours rendue malade, bleurp !  Bien trop peur que mon manque d’intelligence soit mis en exergue noir sur blanc ou à l’oral.  Pourtant il fallait y aller. Même une course de ski, ça me rendait malade. Évidemment, je déteste toute sorte de compétition. Et je ne vous parle même pas de parler face à un public, l’horreur ! et le permis de conduire, même ça ! Mes jambes tremblaient tellement quand j’ai passé l’exam, qu’il a fallu s’arrêter le temps que ça se calme, la honte !

Je crois bien que cette trouille me poursuit depuis ce jour de CM2 où suite à des tests psychologiques, la psy m’avait déclarée qu’au vu des résultats j’étais bien trop bête pour passer en 6ème. D’après elle, je ne pourrais avoir que des difficultés. En clair j’avais le QI d’une huitre ! Je ne vous raconte pas l’humiliation. En plus cette conne a étalé sa science sur mon manque d’intelligence devant tout le monde. Sic !

Et pourtant je suis passée en 6ème. Mes résultats tout au long de l’année étant bons, il n’y avait donc pas de raison de me faire redoubler.

Ensuite, malgré cette médiocrité intellectuelle dont j’ai fait preuve ce jour là, pour cause de mal être dans ma vie d’enfant surement,  je n’ai jamais redoublé. J’ai eu mon brevet et mon bac ! J’ai même eu des résultats tout à fait honorables lors des autres exams que j’ai passé tout au long de ma vie. Pour une bécasse qui stresse au point de tomber malade chaque fois qu’elle doit être jugée sur quelque chose, c’est pas trop mal non !

Quand je pense à tous ces cons d’adultes qui ont contribué à faire de moi une introvertie, solitaire, souffrant de complexe d’infériorité, franchement je ne les remercie pas !

Quoi qu’après tout ça m’est égal, tant qu’on ne me demande pas d’être le leader de quoi que ce soit et de parler en public tout va bien, ça ne m’empêche pas d’avancer  transquillou dans mon coin. Et surtout qu’on ne me demande plus de passer un quelconque exam, je vieillis et mon QI… ben avec le temps il ne s’est pas arrangé, hinhin !

Tags:

SofiNoëlle le 25 mai 2014

Ceux qui ont suivi ma guibole story sur ce blog (ou ailleurs) se souviennent à quel point, il n’y a pas si longtemps que ça, j’avais du mal à me déplacer. Toujours la canne à la main, j’avançais tant bien que mal, voir plus mal que bien et dans la douleur.

Depuis ma prothèse totale de genou, j’ai mis 4 ans pour arriver à marcher rapidement  à la plage sur une distance donnée sans quasi aucune douleur ; j’arrive même depuis cette année à faire des marches un peu plus longues et à grimper des escaliers difficiles en prenant mon temps, et surtout à les redescendre. Bon certes question équilibre c’est pas ça, mais je compose avec.

DSC02181 640x427 500x333

Le T-Shirt

 

Et aujourd’hui pour la première fois j’ai participé à la Montpellier Reine, course caritative de 4,5 km organisée en faveur de la lutte contre le cancer du sein.

 

 

 

On était 6000 sur la promenade du Peyrou,  des joggers, des marcheurs, des familles avec poussettes, des promeneurs, et j’en passe…. tout ça dans une ambiance bon enfant.

MontpellierReine 500x400

La promenade du Peyrou

Bien sûr je n’étais pas parmi les coureurs, mais avec des marcheurs. Nous étions tellement nombreux que du coup, mes potes et moi, avons franchi la ligne de départ au moment où les premiers (les sportifs, les vrais) ont franchi la ligne d’arrivée. Mais bon qu’importe on l’a fait, je l’ai fait, et rapide en plus à défaut de courir !

DSC02192 640x427 500x333

Départ

J’ai tenu un bon rythme tout au long du parcours, bien respiré,  rien lâché dans les montées et les descentes, et à Montpellier elles sont vraiment hard je vous assure ! et j’ai tenu bon jusqu’au bout sans m’arrêter une seule fois ! Trop fière !  I did it !

Alors pour tous ceux fraichement opéré qui lisent ce blog, et qui m’envoient des messages angoissés pour savoir où j’en suis, tant leur récupération est longue et douloureuse, gardez espoir, et soyez patients, très patients. J’ai vécu cette marche rapide d’aujourd’hui dans la foule comme une petite victoire. Je venais de loin, très loin, et le retour a été long, très long, et comme dit mon ostéo, il y aura toujours des séquelles, des moments douloureux, mais il n’y a pas de comparaison possible.

ET je ne vais pas m’arrêter là. Objectif suivant: marcher le 13 juin le plus loin possible dans la foulée de Jean-Luc Loiseau, qui lutte, lui, contre l’obésité et le surpoids par la marche. 16 km sont au programme en partant de Villeneuve-Les-Maguelone. A suivre…

Tags: , , ,

SofiNoëlle le 14 mars 2014

En septembre 2008, l’effondrement de la banque tentaculaire Lehman Brothers a mis le système financier mondial sur les genoux. Il a fallu verser des aides aux proportions gigantesques, financées par le contribuable, pour renflouer toute l’industrie bancaire. Quand bien même, la crise qui a suivi a vu ce qui était déjà un sévère ralentissement se transformer en la pire récession des 80 dernières années…

Avec 5 ans de recul, le constat est clair : la crise avait de multiples causes. La plus évidente étant les acteurs du monde de la finance eux-mêmes, et notamment ceux à l’irrationnelle exubérance de type anglo-saxon, qui ont affirmé avoir trouvé un moyen d’éliminer les risques alors qu’en réalité, ils avaient simplement perdu la trace de ces menaces.

Trader, un mot que nous utilisons tous depuis 5 ans

La crise ayant fait la une des tous les supports d’information, nous avons été confrontés à un vocabulaire qui jusque-là tenait pour la plupart d’entre nous d’un jargon financier réservé aux spécialistes. Et ce d’autant plus que la déferlante médiatique a été ensuite relayée par le monde politique pour se transformer en véritable chasse aux sorcières visant le responsable de tous les maux : le trader -ou courtier dans sa version française.

Dès lors, petit à petit, au fil des discussions autour de la machine à café, des concepts tels que « prime de risque », « marché de la dette », ou pour les plus érudits « courtier de Forex ECN », sont devenus partie intégrante d’un langage économique se démocratisant et devenant de plus en plus accessible.

L’arbre qui cache la forêt

Cependant, derrière une apparente simplicité qui relève d’une familiarité récemment acquise avec le sujet, se cache un monde que nous savons bien plus complexe. Il est vrai qu’aujourd’hui de nombreux blogueurs affichent des méthodes pour investir et s’enrichir, et offrent d’apprendre rapidement tous les principes de la bourse.

Contrairement à ce que nous laisse penser notre connaissance de la couverture médiatique de la crise économique, les mécanismes d’investissement sont plutôt compliqués, et surtout imprévisibles ! Et il n’existe pas de formule magique pour brûler les étapes et se transformer en trader amateur accompli.

Il est donc essentiel, lorsque l’on souhaite se mettre à investir en bourse, de s’entourer du soutien de professionnels qualifiés.

Poussons les portes du Forex

Le Foreign Exchange, ou marché des changes, est le marché boursier sur lequel les devises, que l’on dit « convertibles » sont échangées les unes contre les autres, et ce à des taux qui ne cessent de varier.

Pourquoi devoir passer par un courtier intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur lors d’une transaction au Forex ? Simplement parce que l’on doit être officiellement autorisé à exercer ses activités de trading.

Qu’est-ce donc qu’un courtier de forex ? Il s’agit d’une entité (une société d’investissement par exemple) ou d’une personne physique opérant sur le marché financier et le Forex est précisément l’un des plus grands de ces marchés. Il est aussi le plus souple, le plus rapide, et le premier pour la liquidité des produits les plus traités.

Pour en maîtriser tous les concepts et le fonctionnement global de ce marche, d’en comprendre toutes les subtilités, il n’y a qu’une façon de faire : s’y exercer. Notons que pour les débutants, les courtiers de Forex en ECN (pour Electronic Communication Network ) offrent généralement les meilleurs prix et de nombreuses informations qu’ils obtiennent en raison de leurs relations avec les banques et les autres types de courtiers.

Tags: , ,

SofiNoëlle le 10 mars 2014

Bon allez, comme j’ai encore vu fleurir des billets qui confondent Web et Internet, vite fait sur le gaz:

C’est le Web qui a 25 ans, pas Internet !

Pour rappel le  World Wide Web est né en 89 et a été diffusé au public en 91. L’histoire d’Internet est bien plus ancienne.

D’ailleurs le World Wide Web n’est qu’un service d’Internet parmi d’autres. Il a été développé au CERN à GENEVE par Tim Berners-Lee pour diffuser de l’information dans la communauté de la physique nucléaire. C’est actuellement le système d’information le plus utilisé de l’Internet.

Tags: , ,

SofiNoëlle le 14 février 2014

Ouais les gens là, c’est obligé de fêter la saint Valentin quand on est en couple ??? Nan sérieux, le mec qui oublie de faire quelque chose à la saint Valentin pour sa chérie, il se prend une bâche ? le couple divorce ensuite ? c’est grave docteur ?

Parce que moi franchement cette obligation commerciale ça me ferait bien chier ! (oups pardon pour le gros mot !). Ben oui franchement, le jour machin, le jour truc, le jour bidule pour faire marcher le commerce, ça me gave déjà, alors la saint Valentin, pfff ! Ça change rien à l’amour qu’on peut se porter tous les jours et offrir ce qu’on a envie quand on a envie à la personne qu’on aime non !? D’ailleurs la spontanéité et la sincérité, les petites attentions au quotidien c’est quand même mieux que les actes dictés, il me semble.

Bref la saint Valentin, c’est le jour de l’année où franchement je suis ravie de ne pas avoir de mec, pour peu qu’il se sente obligé le pauvre chéri.  En plus je déteste les fleurs coupées si vous voyez ce que je veux dire… (d’ailleurs un de ces 4, j’écrirai un billet là-dessus). icon wink

A ce propos donc,   j’ai posé la question aux mecs au boulot ce matin « alors ? vous fêter la saint Valentin vous ? » Je vous résume les réponses mesdames si vous me suivez « ben bien obligé, moi je m’en tape mais ma femme… pffff« . Je ne vous raconte pas la tête et les soupirs des uns et des autres. En clair ça leur brise menu menu. Ils font quelque chose juste pour avoir la paix ! La corvée de l’année quoi !

Mesdames sérieux, parce que quand j’écoute autour de moi, j’ai plutôt l’impression que ce sont les dames qui sont en attente de quelque chose,  plutôt que de mettre vos chéris sous pression ce jour là, je crois qu’ils seraient ravis que vous les lâchiez avec ça, si si ! Surtout que cette fête purement commerciale n’a rien de sincère et ne repose apparemment que sur la culpabilité masculine. Malsain le truc quoi !

Alors la saint Valentin, surtout pas obligé si vous vous aimez pour de vrai, hein ! <3

 

Tags:

SofiNoëlle le 11 février 2014

Découverte via le blog de Cécile, voilà une chaine de solidarité lancée par PriceMinister Rakuten pour soutenir « Les Toiles Enchantées » à laquelle j’ai plaisir à participer.

« Les Toiles Enchantées », pour ceux qui ne connaissent pas, est une association qui offre gracieusement aux enfants et adolescents hospitalisés ou handicapés des séances de cinéma dans leur établissement. Les films sont ceux qui sortent en salles. Ils sont parfois même projetés en avant-première en présence des comédiens ou des réalisateurs.

PriceMinister Rakuten invite donc les blogueurs à participer à l’opération #1Blog1Séance, et s’engage pour chaque participation à faire un don de 15€ aux Toiles Enchantées.  Grâce à ce don, l’association peut offrir une séance de cinéma à 3 enfants hospitalisés ou handicapés.

Comment faire pour participer ? Simple, il suffit de parler de l’opération, de  répondre à une mini interview, et de communiquer le lien du billet à la personne qui va bien chez PriceMinister Rakuten.

LesToilesEnchanteesV3 439x500

#1Blog1Séance

Alors vous aussi, pour que ces enfants puissent continuer à profiter des films à l’affiche sur grand écran comme au cinéma,  je vous invite à participer à #1Blog1Séance et/ou encore à faire un don. L’opération dure du 03/02 au 28/02.

Et voici mon Interview cinéma & enfance

Quel est votre premier souvenir du cinéma ?

Sans aucun doute c’est la belle et le clochard. Je ne sais plus quel âge j’avais, ni où c’était. En tous les cas j’ai adoré cette toute mignonne histoire d’amour entre Lady et le Clochard. D’ailleurs  je crois bien que c’est la première love story que j’ai vu, et depuis je craque devant toutes les histoires d’amour, une vraie guimauve.

Quel est selon vous le meilleur film pour enfants de tous les temps ?

Je n’ai malheureusement pas vu beaucoup de film pour enfants, il m’est donc difficile de répondre objectivement mais j’en citerai un qui m’a profondément marquée.
Il s’agit de « l’incroyable randonnée » produit en 1963. Le remake, sorti en 1991, s’appelle « l’incroyable voyage ». Je suis bien sur allée le voir avec mes enfants, et j’ai ressenti autant d’émotion qu’avec la première version.
C’est l’histoire de 3 animaux, Chance le jeune chien fou indiscipliné, Shadow le vieux chien au bout du rouleau mais plein de sagesse, et Sassy la malicieuse chatte. Mis en pension dans une ferme, ils se sont crus abandonnés et sont partis ensemble pour un très long voyage à la recherche de leurs maîtres. Durant ce périple, ils vivent toutes sortes d’aventures, ils apprennent à survivre ensemble en s’entraidant, se soutenant, et chacun s’adapte à la personnalité de l’autre malgré les différences. C’est une belle leçon de « vivre ensemble », et de solidarité. Je ne vous raconte pas la fin mais ce sont les gros sanglots garantis à chaque fois.
Franchement j’adore ce film. Il est très touchant et très émouvant !

Une machine à voyager dans les films vient d’être inventée. Vous avez la possibilité de vivre les aventures d’un de vos héros cinématographiques d’enfance, dites nous qui ?

Mary Poppins sans aucun doute !!! Chanter, danser, se déplacer dans les airs, tout régler d’un claquement de doigts ! oh oui, le rêve quoi !

Dites nous en une phrase pourquoi vous aimez les Toiles Enchantées !

Parce qu’elles amènent un moment d’évasion aux enfants hospitalisés ou handicapés grâce à la magie du cinéma !

Tags: , , ,